Divers, Fantaisie

ILS OU ELLES ONT CHANTÉ DU CLASSIQUE – (PREMIÈRE SÉRIE)

Alors que certains chanteurs lyriques ne dédaignent pas chanter de la chanson dite de variété, le contraire est aussi vrai, et certains chanteurs de variété ne dédaignent pas d’interpréter des airs dits classiques.

Un peu d’humour pour commencer avec la Truite de SCHUBERT cuisinée par Francis BLANCHE et interprétée par les Frères JACQUES.

Blanche Schubert la truiteCliquez sur Blanche Schubert

Tino ROSSI n’a pas fait qu’interpréter Boris Godounov (selon HERGÉ, dans le Trésor de Rakham le rouge), il a aussi interprété le célébrissime Rêve d’amour de LISZT.

Liszt rossi rêve d'amourCliquez sur Ferenc Rossi

Un peu de ROSSINI avec Jacques BREL et « l’air de la bêtise », librement inspiré de l’air de la calomnie du Barbier de Séville.

Brel Rossini Air de la bétiseCliquez sur Gioacchino Brel

Encore Rossini et son Barbier, avec Le Barbier de Belleville de Serge REGGIANI.

Reggiani Rossini le Barbier de SévilleCliquez sur Serge Reggiani

Quand Henri TACHAN invite chez lui MOZART, BEETHOVEN, Schubert et Rossini, ça donne ça :

Tachan Mozart Bethoven et al.Cliquez sur Henri Tachan et ses invités

Rufus WAINWRIGHT a interprété l’ensemble des Nuits d’été, de BERLIOZ. Je vous propose d’écouter le premier morceau de ce cycle « Absence ».

Berlioz Wainwright Nuits d'été absenceCliquez sur Hector Wainwright

David GILMOUR (des Pink Floyd) nous livre un très convaincant « Je crois entendre encore » des Pêcheurs de perles de BIZET, dans un français parfait !

Gilmour Bizet Je crois entendre encoreCliquez sur Gilmour Bizet

Johnny HALLIDAY a déposé un poème sur la septième symphonie de BEETHOVEN.

Johnny Beethoven la 7e symphonieCliquez sur Johnny Beethoven

Sur son album « Classical », Barbra STREISAND nous offre un très beau « Lascia ch’io Pianga », extrait du Rinaldo de HAENDEL.

Barbra Haendel Lascia ch'io piangaCliquez sur Barbra Haendel

Plus près de nous, la chanteuse de R’n’B Nâdiya a adopté la 2e valse de CHOPIN pour son titre « Amie-ennemie ».

Nâdiya Amies - ennemies (Chopin)Cliquez sur le clip de Frédéric Nâdiya

Voilà, j’ai encore plein de choses à vous faire entendre, alors si vous êtes sages, et si vous le demandez gentiment, je publierai une suite à ce billet.

Divers, nature

LES QUATRE SAISONS (7) – L’ÉTÉ (2)

Comme le disait Edgar Allan POE, « l’été, la nuit les bruits sont en fête ».

(Eh oui, ce billet s’inscrit dans le cadre de l’agenda ironique de juin 2020

https://palettedexpressions.wordpress.com/2020/06/02/agenda-ironique-de-juin/ .)

Je reviendrai ultérieurement sur les adaptations de Poe à l’opéra, dans un billet qui lui sera consacré.

Après le billet consacré il y a un an à l’été, voici une nouvelle livraison d’airs en rapport avec la saison chaude.

Le solstice d’été correspond au jour le plus long de l’année, et donc à la nuit la plus courte. À partir de cette date, la durée du jour diminue jusqu’à l’équinoxe d’automne, date à laquelle la durée du jour devient égale à celle de la nuit.

Pour les poètes, l’été est la saison de la chaleur et des moissons. Et c’est un thème qui a inspiré bien des compositeurs.

Je ne peux évidemment pas passer à côté de VIVALDI et de ses célèbres quatre Saisons, avec son concerto l’Été. Écoutons en le « Presto » !

Vivaldi l'étéCliquez sur l’image

Un des oratorios les plus connus de Joseph HAYDN est Les Saisons (1801). Écoutons le chœur qui annonce l’orage, extrait de « l’Été ». (Je ne suis pas certain que le bruit de l’orage soit un bruit de fête.)

Haydn les saisons l'étéCliquez sur l’image

En 1841 BERLIOZ compose son cycle de mélodies Les Nuits d’été sur des poèmes de Théophile GAUTIER.

Berlioz Nuits d'été VillanelleCliquez sur l’image

Parmi les nombreuses adaptations du Songe d’une nuit d’été de SHAKESPEARE figure la musique de scène écrite par Félix MENDELSSOHN-BARTHOLDY en 1843, avec sa fameuse « marche nuptiale ». (Alors là, pour le coup, le « bruit organisé » qu’est la musique devient une fête.)

Mendelssohn le songe d'une nuit détéCliquez sur l’image

TCHAÏKOVSKI a composé un cycle pour piano intitulé Les Saisons, à raison d’une pièce par mois. Écoutons « Juillet » extrait de ce cycle peu connu.

Tchaïkovski les Saisons JuilletCliquez sur l’image

De Tchaïkovski également, on trouve au début d’Eugène Onéguine (1877) un chœur des paysans faisant la fête pour célébrer la fin des moissons (tiens, encore un chœur de Tchaïkovski !).

Tchaïkovski Eugène Onéguine Choeur des paysansCliquez sur le chœur des paysans

Et enfin, pour boucler la boucle, retrouvons le Songe d’une nuit d’été avec l’opéra du même nom de BRITTEN, datant de 1960.

Britten a midsummers night's dream

Cliquez sur l’image

Et pour avoir plus de musique sur ce Songe d’une nuit d’été, je vous invite à aller revoir le billet La Vie est un songe

Et puisque j’ai commencé avec Poe, je terminerai par cette citation de Lewis CAROLL : « Finalement, j’ai rencontré une brouette, et j’ai pensé qu’elle me prêterait une oreille attentive ».

Talbot Alice in wonderlandCliquez sur le chapelier fou

 

Divers, littérature, poésie

PORT DU MASQUE RECOMMANDÉ – partie 2

Après un premier billet consacré aux masques à l’opéra, voici une nouvelle livraison d’œuvres musicales ayant trait aux masques. (Il y aura probablement une troisième livraison liée aux  carnavals , qu’en pensez-vous ?)

À l’acte III de Don Carlos (1867) de VERDI, lors d’une fête de nuit à l’Escurial, Carlos qui aime Élisabeth de VALOIS, devenue l’épouse de Charles QUINT, est victime d’une méprise, car Élisabeth a envoyé la princesse EBOLI à sa place à leur rendez-vous. Celle-ci arrivant masquée, c’est à elle que Carlos déclare sa flamme. Or Eboli est elle-même amoureuse de Carlos et se rendant compte que la déclaration ne lui est pas destinée, jalouse, elle décide de se venger ! (Eh oui, ça se passe comme ça à l’opéra.)

Verdi don Carlos Chanson du voileCliquez sur l’image

Passons maintenant au poème Clair de Lune de Paul VERLAINE.

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Ce poème a été illustré en musique par DEBUSSY et FAURÉ.

DEBUSSY par deux fois avec Clair de lune (1882) et la Suite bergamasque (1890).

Debussy Clair de luneCliquez sur l’image

Il a aussi écrit Masques, une pièce de piano très debussyste :

Debussy MasquesCliquez sur l’image

FAURÉ lui a écrit Masques et bergamasques (1919), une musique de scène pour un divertissement tiré des personnages de la commedia dell’arte.

Fauré masques et bergamasquesCliquez sur l’image

En 1923, Sacha GUITRY s’est essayé à la comédie musicale (l’opérette) avec André MESSAGER. Le résultat en a été l’Amour masqué, créé avec sa femme de l’époque Yvonne PRINTEMPS.

Messager L'amour masquéCliquez sur l’image et écoutez Sacha Guitry et Yvonne Printemps

En 1932, Francis POULENC écrit une cantate, le Bal masqué, sur un texte du poète surréaliste Max JACOB.

Poulenc le Bal masquéCliquez sur le Bal masqué

En 1936, le même Poulenc écrit ses Sept chansons pour chœur a capella, dont le merveilleux « Marie », sur un poème de Guillaume APOLLINAIRE (Des masques sont silencieux, et la musique est si lointaine…)

Poulenc Sept chansons MarieCliquez sur l’image

Alors, carnavals ou pas carnavals ? Exprimez vous !

Divers, Histoire de l'opéra

PORT DU MASQUE RECOMMANDÉ – Partie 1

En ces temps où le port du masque est recommandé dans l’espace public, je me suis interrogé sur le thème « Masque et opéra ».

Un peu d’histoire pour commencer. Pendant la période élisabéthaine, il y avait une forme de théâtre appelée le masque, mélange de théâtre, de musique et de ballets. Le premier opéra anglais est ainsi Le Siège de Rhodes (1656) de William DAVENANT. Les semi-opéras de PURCELL, écrits une trentaine d’années après, dérivent de ces masques.

Faisons à présent un saut dans le temps avec des opéras où les héros sont masqués.

En 1788, dans son Don Giovanni, MOZART fait apparaître un trio de vengeurs masqués, arrivant au château de Don Giovanni pour lui faire payer ses crimes.

Mozart don Giovanni trio des masquesCliquez sur le trio des masques

En 1833, dans son Gustave III, roi de Suède, D.F.E. AUBER écrit une des plus brillantes scènes de bal masqué.

Auber Gustave III finalCliquez sur l’image (et écoutez moi chanter dans les chœurs)

Dans Benvenuto Cellini (1834 – 1837), BERLIOZ nous fait assister à un brillant carnaval romain.

Berlioz Benvenuto Cellini CarnavalCliquez sur le carnaval romain

Le livret que SCRIBE avait écrit pour Auber a resservi à VERDI pour son Bal masqué (Un ballo in maschera), mais la censure autrichienne a exigé que l’intrigue soit modifiée pour que l’on ne voit pas un régicide sur scène.

Verdi Un ballo in mascheraCliquez sur l’image

Dans le Masque de la Mort rouge (The mask of the Red Death) (1845), Edgar Allan POE fait intervenir la Mort rouge, symbole de la peste qui sévit à l’extérieur d’un château où un Prince et ses courtisans se sont réfugiés pendant l’épidémie. Ce conte, traduit en français par BAUDELAIRE, a inspiré une partition (1923) à André CAPLET, un disciple de DEBUSSY.

Caplet Conte fantastique le Masque de la mort rougeCliquez sur l’image

Au premier acte de Roméo et Juliette  (1867) de GOUNOD, Roméo et ses amis assistent, masqués, à la réception que le père de Juliette donne pour les 18 ans de sa fille. C’est le coup de foudre entre les deux jeunes gens.

Gounod Roméo et Juliette extraits (masques)Cliquez sur l’image

Sept ans plus tard, en 1874, c’est Johann STRAUSS qui orchestre une scène masquée, dans la Chauve-Souris (Die Fledermaus), où Rosalinde, sous le masque d’une comtesse hongroise, piège son mari, incurable coureur de femmes.

trauss Der fledermaus la comtesse hongroiseCliquez sur la comtesse hongroise

Retrouvez prochainement sur ce blog d’autres masques (plus légers) dans « Port du masque recommandé – Partie 2« .

 

Divers

DEUXIÈME ANNIVERSAIRE DU BLOG ET 300e BILLET !

Eh oui, déjà deux ans que j’ai ouvert ce blog consacré, de manière très large, au monde de l’opéra et de ce qui gravite autour !

 

monteverdi orfeo savallCliquez sur l’image

Il y a un an, je vous annonçais une première vidéo résumant l’histoire de l’opéra en 5 minutes, j’en ai depuis créé une deuxième qui fait 3 min 40 s :

 

En deux ans, donc, j’ai publié 300 billets. Au début, j’en publiais beaucoup pour enrichir ma base de connaissances, et maintenant je suis arrivé à un rythme d’un billet tous les 3 jours (sauf événement spécial.)

Vous vous êtes mis à plus de 5 700 visiteurs cumulés, venus de 93 pays, pour regarder plus de 16 000 vues sur ce blog.

J’ai consacré 56 billets à mes opéras préférés, de l’Orfeo de MONTEVERDI à Tommy des WHO, ou de Aïda de VERDI à Werther de MASSENET. Le plus regardé est celui consacré aux Contes d’Hoffmann d’OFFENBACH, juste devant La Traviata.

barcarolleCliquez sur l’image

verdi traviata adio del passato netrebkoCliquez sur l’image

J’ai également consacré 40 billets à des compositeurs, de Monteverdi à BRITTEN. Le compositeur qui vous a le plus intéressé est François-Adrien BOÏELDIEU (!!!)

Une autre catégorie pour laquelle j’ai créé un métabillet vous permettant de vous y retrouver facilement est celle des écrivains liés au monde de l’opéra ou de la musique. Il y a à ce jour 29 écrivains passés à ma moulinette, le plus consulté étant celui consacré à Raymond QUENEAU (!!!)

Voilà, il y a encore bien d’autres catégories, consacrées à l’histoire, au cinéma, à la nature, à la bande dessinée, à la poésie, à l’OuLiPo, au dessin animé…

J’ai créé il n’y a guère deux nouvelles catégories. Une, dont le chapitre existait dans mon livre, mais presque vide, consacrée aux grandes maisons d’Opéra et une autre consacrée aux compositrices.

J’espère que vous serez encore nombreux à venir partager ma curiosité pour tous ces thèmes qui gravitent autour de l’opéra !

Et pour finir ce billet, un air de PURCELL, interprété par la grande Jessye NORMAN.

Purcell Didon NormanCliquez sur l’image

Divers, histoire

BERCEUSES ET CHANSONS POUR LES ENFANTS

Après les opéras pour les enfants, je parlerai aujourd’hui des chansons pour enfants (vous comprendrez pourquoi à la fin de ce billet.)

Une des chansons pour enfants les plus populaires doit être « Au clair de la lune », mais sait-on toujours que l’auteur en est LULLY ?

lully au clair de la lune

Un autre classique est le canon « Frère Jacques », dont l’auteur serait RAMEAU. MAHLER a transformé ce thème en une envoutante marche funèbre dans sa première symphonie.

Mahler Symphonie 1 3e mvt (Frère Jacques)

En 1780, FABRE D’ÉGLANTINE écrit son fameux « Il pleut, il pleut, bergère » dans un opéra-comique, la bergère en question représentant la reine Marie-Antoinette, déjà impopulaire, et l’orage qu’on entend gronder préfigure la Révolution française.

On trouve quelques berceuses à l’opéra, et ce dès l’origine du genre puisque dans le Couronnement de Poppée (1642) de MONTEVERDI, la nourrice chante à Poppée un air pour l’endormir (Air : « Oblivion soave ».)

Monteverdi Couronnement de Poppée Oblivion soave

Dans la Damnation de Faust de BERLIOZ, Méphisto chante un air pour endormir Faust et lui faire apparaître en songe Marguerite (Air : « voici des roses ».)

voici des roses

On trouve une autre berceuse dans Wozzeck (1917 – 1922) de BERG, où Marie chante une berceuse à son enfant pour l’endormir.

Berg Wozzeck Wiegendlied

Le fameux « Summertime » du Porgy & Bess (1935) de GERSHWIN n’est autre qu’une berceuse que Clara chante à son baby au début de l’opéra. À la fin, c’est Bess qui le chante au bébé de Clara, après la mort de celle-ci.

Gershwin Porgy & Bess Summertime

À la fin du premier acte du Songe d’une nuit d’été (1960) de BRITTEN, Tytania demande à ses fées de chanter une berceuse pour endormir Lysandre.

Vous me connaissez, je ne rate jamais une occasion de mettre du BRAHMS sur mon blog, même s’il n’a pas écrit d’opéra, alors voici sa célèbre Berceuse.

Brahms Berceuse (Lullaby)

Et maintenant voici le moment de dévoiler le pourquoi de ce billet consacré aux chansons pour enfants. Il s’agit d’une vidéo-karaoké, réalisée en temps de confinement par les Vocalistes européens, dans laquelle vous pouvez voir monsieur T-shirt rouge.

Vous y retrouverez « Frères Jacques » et « Il pleut, il pleut, bergère » avec d’autre titres, dans un arrangement plutôt sympa !

Vous aimez le Karaoké des Vocalistes Européens et vous chantez les Comptines avec eux devant votre écran ?

Si vous souhaitez vous retrouver à leur côté dans leur prochain Karaoké, enregistrez une vidéo sur les paroles des Comptines Confinées et envoyez la à :

les.vocalistes.europeens@gmail.com

Humour, fantaisie, mime poétique… toutes les vidéos artistiques sont possibles.

Il suffit juste d’être synchronisé au mieux avec les images et les paroles.

Vous pouvez enregistrer votre vidéo seul, en famille ou entre amis…les vidéos sélectionnées seront incrustées dans le prochain Karaoké des Vocalistes Européens.

Envoyez vos vidéos avant le vendredi 1er 8 mai 22:00. Merci!!!

Vous pouvez aussi la voir sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=BA2VWFABUn8 .

 

Divers

PÂQUES À L’OPÉRA

En cette période de Pâques, j’ai cherché quelles représentations on pouvait en trouver dans le répertoire classique.

Pâques, qui a lieu chaque premier dimanche qui suit la première lune qui suit l’équinoxe du printemps, est fêté par les chrétiens comme le jour de la résurrection du Christ. Symboliquement, il s’agit de fêter le renouveau, comme le printemps signifie le renouveau de la vie.

À tout seigneur tout honneur, je vais commencer par Jean-Sébastien BACH, qui n’a pas écrit d’opéras, mais essentiellement de la musique sacrée. Parmi elles, il y a ses oratorios que sont la Passion selon Saint-Jean et la Passion selon Saint-Matthieu.

Bach Matthaus-passionCliquez sur l’image

En 1786, HAYDN reçoit commande d’une musique pour la semaine sainte. Ce sera Les sept dernières paroles du Christ. D’abord écrite pour orchestre, puis pour quatuor à cordes, Haydn en fait un oratorio en 1795 – 1796.

Haydn les 7 dernières paroles TerremotoCliquez sur l’image

En 1801, BEETHOVEN écrit son seul oratorio, Le Christ au mont des Oliviers, encore influencé par le style de HAYDN.

Beethoven Le Christ au mont des OliviersCliquez sur l’image

Au début de La Damnation de Faust de BERLIOZ, les villageois célèbrent le retour du printemps, le jour de Pâques, dans le magnifique chœur « Christ vient de ressusciter ».

Berlioz Damnation de Faust Christ vient de ressusciterCliquez sur l’image

(Le Faust de GOUNOD se termine aussi par un Christ est ressuscité.)

Un autre Pâques a été célébré en musique par RIMSKI-KORSAKOV avec sa grande Pâque russe.

Rimski Grande paque russeCliquez sur l’image

Un des sommets de la musique de WAGNER se trouve dans « l’Enchantement du Vendredi saint » de son dernier opéra, le drame sacré Parsifal.

Wagner Parsifal enchantement du vendredi saintCliquez sur l’image

En 1893, RACHMANINOV termine sa suite pour deux pianos par un mouvement intitulé « Pâques », évoquant les cloches sonnant à toute volée.

Rachmaninov PâquesCliquez sur les pianistes

Dans son Dialogue des Carmélites (1955) d’après BERNANOS, POULENC fait célébrer par l’aumônier du couvent où se déroule l’action une cérémonie clandestine, le jour du Vendredi saint. Il promet de revenir pour Pâques mais, traqué par les révolutionnaires, il ne fait que passer, avant de prendre la fuite.

Poulenc Dialogue des Carmélites tableau IVCliquez sur l’aumônier qui vient de dire sa dernière messe

Contes et légendes, Divers, Fantaisie, Oulipo, poésie

QUELQUES HAÏKAÏS (2)

Le haïkaï (ou haïku) est une forme de poésie japonaise qui se compose, dans notre alphabet occidental, de 3 vers de cinq, sept et cinq pieds.

Après un premier billet consacré aux haïkus, voici une deuxième série de haïkaïs créés sur le thème de l’opéra.

La Travia-ta

Et la Dame aux camélias

Est la même personne.

Verdi la Traviata Pretty YendeCliquez sur la Traviata

 

Sur une suggestion de Max-Louis :

Couleurs d’opéra

Aïda, Tannhaüser

VERDI et WAGNER.

 Verdi Aïda marche Met      Wagner Tannhauser ouverture Karajan

Cliquez sur les images ci-dessus

Sur une suggestion de Marie-Anne :

Le piano rit

du rire carnassier de

ses quatre-vingts touches.

 

Schubert Liszt Yuja WangCliquez sur les touches

Sur un haïkaï de Luciole :

Le chat de Noël

Devant ces mille lumières

Rêve-t-il aussi?

Cats the musical MemoryCliquez sur le chat

Sur un haïkaï de Solène :

Au-dessus du pont

La pleine lune luit

Dans la nuit, tranquille

Le pont by SolèneCliquez sur l’image

 

Hansel und Gretel

Un opéra d’HUMPERDINCK

Un conte pour enfants

Humperdinck Hänsel und GretelCliquez sur Hänsel et Gretel

Vous pouvez encore m’envoyer des haïkaïs si le cœur vous en dit 😀 !

Et retrouvez une nouvelle série en cliquant, sur ce lien.

 

Divers, Grandes maisons d'Opéra

L’OPÉRA DE STUTTGART S’INVITE CHEZ VOUS

Après le MET, l’Opéra de Paris et l’Opéra de Vienne, c’est l’Opéra de Stuttgart qui met en ligne un certain nombre de ses productions.

C’est dans cette salle datant de 1912, classée monument historique, qu’a été créé Ariane à Naxos (Ariadne aus Naxos) de Richard STRAUSS.

À voir absolument en ce moment (jusqu’au 27 mars), l’excellent, et rare, Amour des 3 oranges de Prokofiev, plus toute une série de concerts plus alléchants les uns les autres.

Prokofiev l'amour des 3 oranges Stuttgart

 

À partir du 27 mars, ce sera Lohengrin, de WAGNER, que vous pourrez ainsi écouter.

Pour retrouver la programmation, c’est ici :

https://www.staatsoper-stuttgart.de/spielplan/oper-trotz-corona/

Divers, Grandes maisons d'Opéra, histoire, Histoire de l'opéra

L’OPÉRA DE PARIS S’INVITE CHEZ VOUS

Après le MET, c’est l’Opéra de Paris qui met à disposition du public une sélection d’opéras et de ballets sur le site https://www.france.tv/spectacles-et-culture/

Avec ses 351 ans, l’Opéra de Paris est une des plus anciennes maisons d’opéras en activité. En effet, c’est en 1669 que l’abbé PERRIN obtient le privilège royal d’établir une Académie d’Opéra pour « y représenter et chanter en Public des Opera & Représentations en Musique & vers François, pareilles & semblables à celles d’Italie ». Le nouveau théâtre est inauguré en 1671, mais dès 1672, après une faillite frauduleuse de ses promoteurs, Lully rachète ce privilège et,  rebaptisant l’Opéra « Académie royale de musique », règne désormais en maître absolu sur l’opéra français.

Après 1687, à la mort de Lully, une nouvelle forme d’opéras apparaît, l’opéra-ballet, qui représente des sujets plus légers que ceux de la tragédie lyrique lullienne. Comme son nom l’indique, la présence de la danse se fait plus forte, et il n’y a plus forcément de continuité dramatique entre les différents actes (que d’ailleurs on appelle entrées). De nos jours, une des comédies-ballets encore largement représentées est Les Indes galantes, de RAMEAU.

En 1697, la Comédie Italienne, qui faisait concurrence à la Comédie Française, ferme. Les comédiens italiens s’installent alors sur les foires parisiennes de Saint-Germain et Saint-Laurent, au Théâtre de la Foire. On y donnait des pastiches, c’est à dire des paroles nouvelles placées sur des airs connus, ou sur des airs à boire. Mais la Comédie Française, défendant son privilège royal de spectacle dialogué, empêche la représentation de spectacles parlés, d’où l’apparition des dialogues écrits, présentés sur des cartons ou des écriteaux descendus des cintres. De même, l’Académie royale de musique, forte de son privilège de musique chantée, limitait à deux le nombre de voix dans les spectacles. En 1714, le théâtre de la Foire prend le nom de théâtre de l’Opéra-Comique, et les forains obtiennent le privilège de Louis XIV de donner des spectacles parlés et chantés, ce qui donnera naissance à la forme opéra-comique. Après une succession d’interdictions et de relances, l’Opéra-Comique est relancé en 1752, le chansonnier Favart faisant partie de ses fondateurs.

À cette même époque, la rivalité entre les écoles italienne et française, rivalité qui a duré près de deux siècles, prend une tournure originale avec la querelle des Bouffons.

En 1774, GLUCK, soucieux de se faire reconnaître en France arrive à PARIS. C’est l’occasion d’une nouvelle querelle franco-italienne, entre les partisans de Gluck, qui cherche l’équilibre entre les airs et les récitatifs, et les partisans de l’école italienne de l’opera seria, favorisant la mélodie (et les excès de certains divos ou certaines divas.)

À l’aube de la révolution, l’existence de l’Opéra, qui accumule les déficits, est menacée, si bien que Louis XVI cède l’Opéra à la ville de Paris en 1790. Mais la Révolution française, qui met fin au système des privilèges, entraîne l’ouverture de nombreux théâtres. Finalement, le premier gouvernement révolutionnaire sauve l’Opéra de Paris.

Au XIXe siècle, il se crée même un nouveau genre, le GOF, le grand Opéra à la Française, qui tire ses livrets de sujets historiques, avec ballet imposé et décors fastueux. Dès lors, il devient important pour les compositeurs de toute l’Europe de triompher à Paris, et l’Opéra de Paris passe des commandes à des composteurs tels que VERDI ou WAGNER.

Au XXe siècle l’opéra continue cette politique de commandes aux compositeurs contemporains. (C’est comme ça que j’ai eu la chance d’assister, pour mon premier opéra à Garnier à la création de Saint-François d’Assise, de MESSIAEN.)

En 1989, une nouvelle salle est inaugurée pour les représentations, l’opéra Bastille.

L’Opéra de Paris, actuellement fermé pour cause de confinement lié au COVID-19, a décidé de mettre un certain nombre de ses spectacles en ligne gratuitement (offre réservée à la France) :

Manon de MASSENET, du 17 au 22 mars

Massenet Manon ODP

Don Giovanni de MOZART, du 23 au 29/03

Mozart Don Giovanni ODP

Le Lac des Cygnes de TCHAÏKOVSKI du 30 mars au 05 avril 

Le Barbier de Séville de ROSSINI du 06 au 12 avril 

Rossini le barbier de Séville ODP

Soirée Jérôme ROBBINS du 13 au 19 avril 

Les Contes d’Hoffmann d’OFFENBACH du 20 au 26 avril 

Offenbach Les contes d'Hoffmann ODP

Carmen de BIZET du 27 avril au 03 mai

Bizet Carmen ODP