Compositeurs

Gabriel FAURÉ (1845 – 1924)

Gabriel FAURÉ (1845 – 1924), est un des plus fins musiciens français de la fin du XIXe – début du XXe siècle.

Il est né à Pamiers, dans l’Ariège, où son père était instituteur. Il part ensuite à Foix, toujours en Ariège, avant que de partir faire ses études musicales à Paris en 1854, à l’école Niedermayer. Il y reste 11 ans et étudie le piano, l’orgue, la composition et l’harmonie. Il y a notamment comme professeur Camille SAINT-SAËNS. En 1865, pour le concours de sortie de l’école, il écrit le Cantique de Jean RACINE, qui obtient le premier prix de composition.

Fauré Cantique de Jean Racine opus 11Cliquez sur l’image

En 1870, il s’engage dans l’armée pour combattre les Prussiens qui assiégeaient Paris, et en 1871, pendant la Commune, il part en Suisse. De retour à Paris, il devient titulaire de l’orgue de Saint-Sulpice. À cette époque, il fréquente grâce à Saint-Saëns le salon de Pauline VIARDOT-GARCIA.

Quand Saint-Saëns fonde la Société nationale de musique, qui avait pour vocation, après la guerre de 1870, de libérer la musique française de son influence prussienne, Fauré le rejoint. C’est pour lui l’occasion d’exprimer son talent au travers de musiques pour le piano, de musique de chambre ou de ses mélodies.

Fauré sonate pour piano et violon opus 13Cliquez sur l’image

En 1874, il prend la place de Saint-Saëns à l’orgue de La Madeleine, où il est également chef de chœur. C’et pour ce chœur qu’il écrit en 1875 les Djinns, sur un poème de Victor HUGO.

Fauré les DjinnsCliquez sur l’image

Alors qu’il était fiancé avec Marianne Viardot, la fille de Pauline, Marianne rompt ses fiançailles, ce qui affectera fortement Fauré. C’est de cette époque que naîtra la bouleversante Élégie.

Fauré Élégie opus 24Cliquez sur la pianiste et la violoncelliste (et le tourneur de pages)

En 1883, il se marie avec Marie GRÉMIET, avec qui il aura deux enfants.

En 1886, il rencontre la comtesse GREFFUHLE (qui a servi de modèle à la duchesse de GUERMANTÈS de PROUST), qui l’aidera dans sa carrière. C’est à elle qu’il dédie sa Pavane, une de ses premières partitions restées célèbres.

Fauré PavaneCliquez sur la partition

En 1888, il donne à La Madeleine une première version de son Requiem, sans doute son œuvre la plus connue, dans une version avec une orchestration légère : pas de cordes hormis un violon solo, et le « Pie Jesu » final chanté par un jeune garçon de la maîtrise. Par là, Fauré voulait rompre avec la tradition des « grosses » machines à la BERLIOZ, qui avait plus de rapport avec l’opéra qu’avec la musique religieuse. Une version réorchestrée, plus lourde, fut réalisée par un de ses élèves, Roger DUCASSE. Pour des raisons financières, c’est cette version qui a longtemps été mise en avant par l’éditeur, qui pouvait ainsi louer aux orchestres un matériel plus important. Je crois que je vais m’arrêter là pour le Requiem, mais j’ai tellement de choses à raconter sur ce Requiem que je crois que je faire un billet rien que sur lui. Qu’en pensez-vous ?

Fauré Requiem Pie JesuCliquez sur le Pie Jesu

En 1896, Fauré succède à MASSENET comme professeur de composition au conservatoire de Paris, où il a comme élèves RAVEL, ENESCO, KOECHLIN ou encore Nadia BOULANGER (la grande sœur de Lili).

En 1898, il écrit une musique de scène pour le Pelléas et Mélisande de MAETERLINCK (1893). (Le « Pelléas et Mélisande » de DEBUSSY date de 1894 – 1902.)

Fauré Pelléas et Mélisande sicilienneCliquez sur l’image

En 1899, pour écrire son opéra Prométhée, qui sera créé aux arènes de Béziers en 1900, il se rend dans cette ville où avait été créé le Déjanire de Saint-Saëns en 1898. Pénélope 1913. La création a lieu sous un déluge d’eau (source {BNF, Gallica) !

Fauré Prométhée création (source Gallica)

À partir de 1903, il commence à devenir sourd et, chose très gênante pour un musicien, il entendait « faux ».

En 1913, c’est la création de son second opéra, Pénélope, sur Pénélope attendant le retour d’Ulysse dans sa patrie, qui n’aura malheureusement pas beaucoup de succès.

En 1920, Fauré prend sa retraite du conservatoire. Il meurt de pneumonie en 1924, quelques mois après avoir achevé son dernier Quatuor à cordes.

La mélodie aura occupé Fauré pendant toute sa vie, et ce jusqu’à l’Horizon chimérique en 1921.

Fauré Clair de Lune opus 46 n 2Cliquez sur l’image

Ce billet vous a plu ? Retrouvez une autre sélection de musiques de Gabriel Fauré dans le billet consacré à JANKÉLÉVITCH et Fauré.

Et puis, tiens, pour ceux qui sont allés jusqu’au bout de ce billet, un petit cadeau Bonus.

Point d'interrogationCliquez sur le cadeau bonus

14 réflexions au sujet de “Gabriel FAURÉ (1845 – 1924)”

  1. Que dire au moment où mes yeux sont encore couverts de brume ? Quelle émotion ce Pie Jésu par Aksel Rykkvin. J’ai entendu un ange. Sublime !

    Ce billet est magnifique. Aussi, j’ai fait le contraire de d’habitude: j’ai pris le temps d’écouter tous les morceaux choisis.(Et même de retourner sur le billet des Réquiems, puis celui de Vladimir Jankélévitch et la musique. Parmi tes plus beaux billets avec celui-ci)….

    Ce qui ne m’empêchera pas d’y revenir. Donc je vais l’enregistrer avant de repartir. Quant à Pavane que j’ai écouté tant de fois en boucle, je crois que je ne m’en lasserai jamais.
    En tout cas, je m’étais réveillée « grognon » et me voilà toute détendue, le cœur léger.

    Fauré va faire ma journée. MERCI J-L. Et toute bonne journée à toi. A bientôt.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci SOlène. Ça fait plaisir d’avoir affaire à quelqu’un qui apprécie la musique (des anges 😇) !
      Initialement, j’avais prévu un billet sur Stravinsky, mais quand je me suis rendu compte que le 2 avril, ce sera le 50e anniversaire de son décès, j’ai changé de compositeur, et trop facile, j’ai opté pour mon cher Fauré.
      La difficulté pour moi sur ce billet, ça a été de me limiter tellement il y a de belles choses dans la musique de Fauré.
      En tout cas, je suis bien content de t’avoir dégrognonnisée.
      Bonne journée à toi. 🌞🙂🎼

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je comprends, c’est un peu frustrant d’être obligé de se limiter. Cela m’est arrivé récemment avec mon billet Liszt et Chopin.
        Au fait, Béatrix, tu comptes le publier un jour ? Je suis curieuse de voir ça étant donné que Balzac s’est inspiré de George Sand, de Liszt et du couple qu’il formait avec la belle Marie. Ce n’est pas un secret 😉
        Belle fin d’après-midi.

        Aimé par 1 personne

      2. Je reviens de chez Régis après avoir rattrapé un peu de retard dans mes réponses aux commentaires. Mais j’ai de plus en plus de mal à suivre.
        J’ai aussi allumé qq minutes la tv ( savoir ce qui se passe un peu ailleurs que chez moi) . Paris île de France et Hauts de F, en confinement le week-end ? Pff, pas près de revoir ma famille. J’ai préféré éteindre. A plus. Prends soin de toi.

        Aimé par 1 personne

      3. Ah, on reconfine les Hauts de France le ouikènde aussi ! L’Île de France, je m’y attendais, les Hauts de France j’espérais qu’on allait y couper.
        Et donc les répétitions vont être suspendues aussi…
        C’est comme ça, en attendant qu’il y ait suffisamment de gens vaccinés pour que la propagation de l’épidémie puisse être sérieusement jugulée.
        Pas rigolo, tout ça !
        Bonne soirée quand même (tu te mets sous la couette, et tu écoutes du Fauré, il n’y a rien de tel 😉🎼)

        Aimé par 1 personne

      4. Oui, bon, pas que le ouikènde, un nouveau mois de confinement parce que tout le petit monde de la politique, de la droite à la gauche, n’a pas voulu prendre ses responsabilités, face à une troisième vague que tout le monde voyait venir (sauf nos brillants politiciens [de la gauche à la droite] qui s’imaginent que, parce qu’ils ont fait l’ENA, leurs croyances prendront le pas sur la réalité scientifique). Ça m’agace prodigieusement, tout ça !
        (P.S. un jour je te raconterai une blague sur l’ENA que je faisais lors de mes formations auprès des jeunes embauchés de mon entreprise, mais seulement si tu me le demandes gentiment 😉).

        Aimé par 1 personne

      5. Oui, je les ai écoutés ce soir. Et je comprends que cela t’agace. Ça fait des mois, que ça m’agace, moi. Et cette 3e vague, c’est clair qu’ils en ont été prévenus, qu’on la voyait venir…
        Mais bon, que veux-tu, c’est comme ça.
        ( Euh, rappelle-moi de te rappeler de me la raconter cette blague 😊)
        Allez, essaie de bien dormir, malgré tout. A demain.

        Aimé par 1 personne

      6. Oh, la blague, c’était sur la conduite à tenir face à une difficulté rencontrée, conduite qui se résumait en OCA : Observer, Comprendre, Agir.
        Tout le monde n’applique pas cette règle simple. Par exemple, les universitaires s’arrêtent à Observer et Comprendre, puis une fois qu’ils ont compris l’origine du problème, ils passent à autre chose. D’autres personnes, plus impulsives, Observent et Agissent, mais sans Comprendre l’origine du problème. Les énarques, enfin, n’ont pas besoin d’Observer pour Comprendre et Agir, parce qu’il estiment que le fait d’avoir fait l’ENA leur permettent de savoir tout. Et c’est pour celà que trop souvent, les décisions prises par ces gens tombent à coté de la plaque. Bien entendu, cette blague est aussi schématique que caricaturale ! 😉
        Je te souhaite une très bonne journée, SOlène. 🌞🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Ben oui,cela semble difficile de résumer le Requiem en juste un ou deux morceaux.
    Donc je veux bien un billet consacré au Requiem.
    Et si certains extraits sont orchestrés de manière musclée, j’ai bien aussi.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Jean-Louis! Moi qui écoute très souvent Faure je suis ravie de ton billet ! Cette mélodie « clair de lune » inspirée de Verlaine me plaît beaucoup ! Mais avec les mélodies françaises c’est en général difficile de comprendre les paroles, bien que les airs soient très beaux ! Sinon sa musique de chambre vaut la peine aussi. Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s