Mes opéras préférés

LA BOHÈME, de PUCCINI (1892 – 1895)

Adapté des Scènes de la vie de Bohème, un roman naturaliste français de Henry MURGER, la Bohème est un opéra de PUCCINI se passant dans le milieu bohème de Paris à la fin du XIXe siècle. De par son sujet, et du traitement que lui donne Puccini, cet opéra ressort du vérisme, lancé en 1890 par MASCAGNI avec son Cavalleria Rusticana. La Bohème a été créé en 1896 à Turin, sous la direction de TOSCANINI. On peut dire de cet opéra qu’il est vérismissime !

Le pitch : Dans le Paris du XIXe siècle, quatre amis vivent pauvrement. L’un d’eux, Rodolfo, tombe amoureux de leur pauvre voisine, Mimi. Celle-ci, affaiblie par les privations, tombe malade et, faute de soins, meurt.

Acte I : La nuit de Noël, Marcello le peintre et Rodolfo l’écrivain luttent contre le froid dans leur mansarde parisienne. Pour alimenter le feu, ils brûlent le drame que Rodolfo est en train d’écrire. Colline le philosophe entre : il n’a pas réussi à mettre ses livres en gage pour avoir un peu d’argent. Enfin arrive Schaunard le musicien, porteur de cigares, de vin et de nourriture. Il a gagné de l’argent grâce à un riche Anglais à qui il a donné des cours. Il les invite au café Momus, au Quartier latin. Ils partent tous, sauf Rodolfo, qui doit terminer un article. On frappe à la porte. C’est une jeune voisine qui vient chercher du feu pour rallumer sa bougie éteinte. Au moment de repartir, elle cherche sa clé, mais les bougies s’éteignent et les deux voisins se retrouvent dans le noir. Rodolfo trouve la clé et l’empoche pour rester avec la jeune femme. Il lui prend la main, se présente, et lui déclare son amour (Air « Che gelida manina »). La voisine, Mimi, répond sur le même ton, elle s’appelle Mimi, est brodeuse, et vit seule dans sa chambre sous les toits (Air : « Mi chiamano Mimi »).

Puccini la Bohème Mi chiamani Mimi (Callas)Cliquez sur Mimi Callas

En bas, les amis de Rodolfo l’appellent. Le couple sort enfin (duo d’amour : « O suave fanciulla »).

Puccini la Bohème O soave fanciullaCliquez sur Rodolfo et Mimi

Acte II : La petite bande traverse la foule du quartier latin et se dirige vers le café Momus (Chœur avec enfants à la Carmen : « Aranci, datteri »). Rodolfo achète une petite coiffe pour Mimi. Musetta, l’ancienne maîtresse de Marcello, arrive, avec un vieux conseiller d’État, Alcindoro. Furieuse que Marcello l’ignore, elle entonne un air coquin destiné à éveiller la jalousie de Marcello (Air : « Quando me n’vo soletta »).

Puccini La Bohème Quando me'n vo solettaCliquez sur Musetta

Pour se débarrasser d’Alcindoro, elle l’envoie chez le cordonnier faire réparer sa chaussure. Musetta et Marcello tombent dans les bras l’un de l’autre. Le garçon arrive avec l’addition, mais l’argent de Schaunard ne suffit pas. Musetta fait porter l’addition sur le compte d’Alcindoro. Les amis, ravis, la portent en triomphe et partent. Quand Alcindoro revient avec la chaussure de Musetta, le garçon lui présente la note. Alcindoro s’effondre sur un siège.

Acte III : Aux portes de la ville, les balayeurs et les laitières franchissent la barrière. Mimi entre, toussant fortement. Elle cherche Marcello, qui peint des fresques sur les murs d’une taverne. Elle lui dit que Rodolfo vient de la quitter. Marcello répond que Rodolfo est dans la taverne. Rodolfo, qui vient de se lever, rejoint son ami. Mimi écoute, cachée, Rodolfo expliquer qu’il est parti parce que Mimi joue les coquettes, avant d’avouer la vérité. Il révèle que Mimi est très malade et que, étant trop pauvre, il ne peut rien pour elle. Il la pousse donc à le quitter pour trouver quelqu’un de riche qui pourra la soigner. Mimi, qui a tout entendu, révèle sa présence en toussant. Elle lui fait ses adieux, lui disant de garder la petite coiffe qu’il lui avait offerte, en souvenir de son amour (Air : Donde lieta usci).

Puccini La Bohème Donde lieta usciCliquez sur Mimi

Rodolfo et Mimi tombent dans les bras l’un de l’autre et décident de se séparer au printemps, pendant que Marcello, jaloux, et Musetta se disputent.

Acte IV : Dans leur mansarde, Rodolfo et Marcello parlent de leurs amours passées. Schaunard et Colline arrivent avec le dîner, frugal. Ils font semblant d’être à un festin avant d’improviser un ballet burlesque. Musetta paraît : elle a croisé Mimi dans la rue, gravement malade, et l’a ramenée à la mansarde. Pour payer le médecin, Musetta décide de céder ses boucles d’oreille et Colline va porter son manteau au clou. Schaunard laisse enfin Rodolfo et Mimi seuls. Ils se rappellent leur première rencontre. Rodolfo lui montre la petite coiffe qu’il lui avait achetée. Les autres reviennent avec une potion. Un médecin va venir, mais Mimi s’est évanouie. Mimi meurt pendant que Musetta prie. Schaunard découvre le décès. Rodolfo, comprenant ce qui vient d’arriver se précipite et crie le nom de son amour « Mimi ! ».

Puccini La Bohème finalCliquez une dernière fois sur Mimi et Rodolfo 😢

Et voici maintenant un bonus surprise :

Point d'interrogationCliquez sur le bonus surprise si vous l’osez !

26 réflexions au sujet de “LA BOHÈME, de PUCCINI (1892 – 1895)”

  1. Le Bonus surprise m’a fait un petit choc, même si j’ai plus de vingt ans !
    C’est émouvant la scène finale, le duo au milieu des vieux matelas éventrés, c’est bien de moderniser un peu les histoires !
    Pauvre Mimi ! C’est triste…

    Aimé par 2 personnes

  2. Encore un bien beau billet. Billet stratégique aussi car tu n’as pas le droit de te louper sur un grand classique comme celui-là, il peut devenir une vitrine de ton blog. Mais je te rassure ce n’est pas le cas, que ce soit tes textes, le choix des morceaux ou même le bonus, tout est nickel-chrome.

    Et la petite Sondra Radvanovsky, qu’est-ce qu’elle est devenue ? Est-ce que sa carrière a décollée après son coup d’éclat ?

    Aimé par 2 personnes

  3. Eh bien, j’en avais pris du retard ! Je viens de répondre à une trentaine de commentaires sur le blog poésie ( me reste LMDS) et je n’avais pas encore vu ce billet. Un chouette billet encore une fois Puccini, en plus ! Bon, Aznav’ je ne dirai pas que c’est la cerise sur le gâteau, ni une énorme surprise (;obligé qu’on y pense à la bohème d’Aznav’).. Sympa quand même
    Sinon MERCI pour « ma » Callas. Mais pas que, merci pour le billet tout entier.
    Toute belle continuation d’après-midi, douce soirée, bonne nuit et excellente semaine à venir.
    A bientôt. Au plaisir de te lire.

    Aimé par 2 personnes

    1. Belle histoire d’amour, qui se termine mal comme souvent !
      Mais quelle belle musique Puccini a trouvé. D’ailleurs je me suis rendu compte que j’avais mis un extrait de la Bohème dans un des billets « les plus beaux duos d’amour » et un autre dans « les histoires d’amour finissent mal, en général ».
      Bonne fin de journée et bonne soirée, SOlène.

      Aimé par 1 personne

      1. Si je venais pas de recevoir une notif de like pour mon comm’, j’aurais loupé le tien ( comment se fesse?)
        Rho désolée!
        Tu disais donc ? Ah oui, Puccini. Au fait, justement hier, Roberto a mis un extrait de La Bohème ( tu sais de son album Puccini In love) dans sa story sur FB.
        Quant à tes « plus beaux duos d’amour » et « les histoires d’amour finissent mal en général « , il m’en souvient ( comme d’hier) 😊
        Bonne soirée Jean-Louis

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s