Blog

Compositeurs, Contes et légendes, histoire

François-Adrien BOÏELDIEU

Le petit François-Adrien BOÏELDIEU (en France, n’oubliez pas le tréma sur le I) naît à Rouen fin 1775. Il suit ses premières études musicales à la cathédrale de Rouen où il est enfant de chœur.

Il compose son premier opéra-comique, la Fille coupable en 1793, à l’âge de 17 ans. Cette oeuvre est montée au Théâtre des Arts de Rouen. (Le théâtre des Arts à Rouen était une des seules scènes à donner encore des spectacles lyriques pendant la Terreur.) L’année suivante, Boïeldieu publie ses premières romances.

En 1796 il s’installe à Paris et commence à écrire des opéras-comiques pour la Salle Favart.

En 1798, il devient professeur au tout nouveau Conservatoire de musique de Paris (créé en 1795), tout en assurant une abondante production d’opéras, comme le Calife de Bagdad (1800).

Boïeldieu le Calife de Bagdad OuvertureCliquez sur le portrait de Boïeldieu

En 1803, il devient directeur de l’opéra français à la cour impériale de Saint-Pétersbourg où il reste jusque fin 1810. Ses œuvres de l’époque, comme les Voitures versées, sont donc créées là-bas. Certaines seront adaptées ultérieurement pour les scènes françaises.

Boïeldieu Les Voitures verséesCliquez sur l’image

En 1808, il écrit une musique de scène pour Athalie, de Jean RACINE.

En 1815, il devient musicien de la Cour, et en 1818, il succède à MÉHUL à l’académie des Beaux-arts. En 1818, il écrit un Petit Chaperon rouge, d’après le conte de PERRAULT.

En 1825, il compose Pharamond à l’occasion du couronnement de Charles X, mais surtout son œuvre la plus célèbre (encore aujourd’hui), la Dame blanche, sur un livret de l’incontournable SCRIBE, d’après Walter SCOTT. La Dame blanche est ainsi considéré comme un des premiers opéras gothiques.

Boïeldieu la Dame blanche Viens, gentille dameCliquez sur l’image

Les plus tintinophiles d’entre vous se souviendront que c’est un air de la Dame blanche que Tintin, enivré par les vapeurs d’alcool, chante dans l’album « le Crabe aux pinces d’or ».

Tintin et Boïeldieu

Vers la fin de sa vie, Boïeldieu a de sérieux ennuis de santé, doublés par la perte de ses revenus après la faillite de l’Opéra-comique et la chute de la royauté en 1830 (Charles X lui versait une pension). THIERS décide de lui faire verser une pension en remplacement.

Il meurt en 1834.

Outre son abondante production d’opéras comiques et de romances, Boïeldieu est aussi l’auteur de deux concertos pour harpe que l’on joue encore de nos jours.

Boïeldieu Concerto pour harpe en UtCliquez sur l’image

 

littérature, nature, poésie

LA TEMPÊTE (LES TEMPÊTES)

La tempête a béni mes éveils maritimes
Plus léger qu’un bouchon, j’ai dansé sur les flots
Qu’on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l’œil niais des falots.
                                                                Arthur Arc-en-ciel RIMBAUD, le Bateau ivre

Alors qu’une tempête vient à nouveau de traverser la France et l’Europe, il m’est venu à l’idée de chercher les plus belles mises en musique de tempêtes à l’opéra.

La Tempête (1610) est une des pièces de SHAKESPEARE qui a été le plus mise en musique. Dès 1695, PURCELL a écrit un semi-opéra sur ce thème. Cette pièce a également inspiré BEETHOVEN pour sa sonate n°17, dite La Tempête.

Beethoven sonate la TempêteCliquez sur le pianiste

Fromental HALÉVY, le beau-père de BIZET a lui aussi écrit un opéra sur La Tempête, en 1850.

Outre ces adaptations du grand William, la tempête (maritime) a inspiré bien des compositeurs. Dès 1706, Marin MARAIS met en musique une des premières scènes de tempête à l’opéra, dans son Alcyone, d’après OVIDE.

Marais Alcyone la tempêteCliquez sur l’image

Une vingtaine d’années plus tard, VIVALDI écrit la Tempesta di mare, un concerto pour flûte, dans son opus 10.


Vivaldi la tempesta di mareCliquez sur l’image

Le thème du voyageur perdu dans la tempête et rejeté sur un rivage inconnu est un thème récurrent, que l’on retrouve par exemple chez VIVALDI dans Orlando Furioso (1727), chez RAMEAU dans Les Indes galantes (1735), chez GLUCK dans Iphigénie en Tauride (1779)

Gluck Iphihénie en Tauride ouverture et airCliquez sur cette malheureuse Iphigénie

et jusqu’à ROSSINI avec son Italienne à Alger (1813). (Cf. à ce sujet l’orientalisme à l’opéra.)

Le mouvement intellectuel « Sturm und Drang » (« Tempête et passion« ) est consubstantiel au romantisme allemand. Aussi est-ce sans surprise que l’on retrouve une tempête dans la scène de la Gorge aux loups du Freischütz (1821) de WEBER. WAGNER, impressionné par la découverte de cet opéra alors qu’il avait sept ans, met en musique une tempête au début de son Vaisseau fantôme (1843).

Wagner Vaisseau fantôme ouverture KarajanCliquez sur le bateau en détresse dans la tempête

Et on continue à trouver de belles évocations de tempête dans le Guillaume Tell (1829) de ROSSINI, dans l’ouverture de l’Otello (1884) de VERDI.

Verdi Otello ouvertureCliquez sur l’image

Le XXe siècle continue la représentation de tempêtes avec par exemple Porgy and Bess (1935) de GERSHWIN ou le Peter Grimes (1944) de BRITTEN.

Britten peter Grimes la tempêteCliquez sur Benjamin Britten

littérature, Mallarmé, Oulipo, poésie

« SAINTE », de MALLARMÉ

Après Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx, je vous propose un autre poème traité à la sauce OuLiPo, choisi dans le riche corpus mallarméen. (Rappel du principe, je prends un poème parmi mes préférés, et j’illustre les images évoquées par ce poème par des citations musicales en rapport avec ces images.)

Aujourd’hui, je vous propose donc Sainte, qui correspond à une description d’un vitrail représentant Sainte Cécile, patronne des musiciens.

À la fenêtre recélant

Rossini Barbier ecco ridente in cieloCliquez sur l’image

Le santal vieux qui se dédore
De sa viole étincelant
Jadis avec flûte ou mandore,

Est la Sainte pâle, étalant

Gounod messe de Sainte Cécile SanctusCliquez sur l’image

Le livre vieux qui se déplie
Du Magnificat ruisselant

Jadis selon vêpre et complie :

 

Monteverdi Vêpres MagnificatCliquez sur l’image

À ce vitrage d’ostensoir
Que frôle une harpe par l’Ange

Messiaen Saint François d'Assise l'ange musicienCliquez sur l’image

Formée avec son vol du soir
Pour la délicate phalange

Du doigt que, sans le vieux santal
Ni le vieux livre, elle balance
Sur le plumage instrumental,
Musicienne du silence.

 

Cage 4 min 33 sCliquez sur le pianiste

Citations :

À la fenêtre : Dans le Barbier de Séville de ROSSINI, le comte Almaviva chante une sérénade à la fenêtre de Rosine (ecco ridente in cielo.)

la Sainte : Puisqu’il s’agit de Sainte Cécile, je vous propose un extrait de la messe de Sainte Cécile de GOUNOD.

Magnificat et Vêpre : j’ai choisi ici le Magnificat extrait des Vêpres pour la bienheureuse Vierge Marie, de MONTEVERDI.

viole et l’Ange : dans Saint-François d’Assise, MESSIAEN met en musique un ange musicien qui s’apprête à jouer de la viole.

Musicienne du silence : John CAGE, 4 min 33 s, un vrai morceau de musique qui dure 4 minutes et 33 secondes, entièrement silencieux, sur des paroles de HAVRE et CAUMARTIN.

 

Mes opéras préférés

FIDÉLIO, de BEETHOVEN

L’argument de Fidélio, de BEETHOVEN, est tiré de Léonore, ou l’amour conjugal, une pièce française tirée d’un fait divers sous la révolution française, représentée en 1798, et qui exalte les notions de liberté et de fraternité, deux thèmes chers à Beethoven.

Mise en chantier en 1803, l’œuvre est achevée et donnée en 1805, sous le titre Léonore. Devant le mauvais accueil du public, Beethoven remanie son opéra, et en donne une deuxième version en 1806. Mais Beethoven se fâche avec le directeur du théâtre et reprend sa partition après la deuxième représentation. Il faudra alors attendre 1814 pour avoir la version définitive, titrée Fidélio.

À l’occasion de ces remaniements, Beethoven a écrit plusieurs ouvertures, qui sont encore jouées au concert (dont celle dite de Léonore III.)

Stylistiquement, Beethoven a suivi la voie ouverte par Mozart en 1791 avec sa Flûte enchantée, un des premiers opéras écrits en langue allemande, et Fidélio préfigure l’opéra romantique allemand, qui n’allait pas tarder à venir avec le Freischütz (1821) de Weber.

Suivant la classification de G.B.SHAW, nous sommes là en présence d’une structure du type (S+T)/B.

Acte I : Marceline, la fille de Rocco, le geôlier, repousse les avances de Jacquino, l’assistant de son père. Marceline est amoureuse de Fidélio, un gardien qui vient d’arriver (Air : « O wär ich schon ».)

Beethoven Fidélio O wär ich schonCliquez sur l’image

Rocco arrive avec Fidélio pour faire les comptes de la prison. Il est content de son travail, et verrait bien un mariage entre sa fille et Fidélio. Marceline se laisse aller à son amour pour Fidélio, ce qu’il/elle ne supporte pas (il/elle chante en aparté qu’il/elle est Léonore, la femme de Florestan, un prisonnier politique qu’elle est venue délivrer), Rocco approuve les sentiments de sa fille, alors que Jacquino croie être dans un mauvais rêve (Quatuor : « Mir ist so wunderbar ».)

Beethoven Fidélio Mir ist so wunderbarCliquez sur le quatuor

Fidélio réussit à faire dire à Rocco qu’il y a un prisonnier qui est là sur l’ordre d’un supérieur et demande à le voir, mais Rocco lui dit qu’il doit avoir la permission de Pizzaro, le gouverneur. On annonce la venue d’un ministre qui vient inspecter la prison.

Entrent Pizzaro et sa garde (marche militaire). Pizzaro ordonne que l’on fasse tuer Florestan avant la venue du ministre. Fidélio qui a tout entendu chante son indignation (Air : « Komm Hoffnung ».) À la demande de Fidélio, Jacquino permet aux prisonniers de sortir pour la promenade. Ils chantent leur joie de respirer à l’air libre (Chœur : « O welche Lust ».)

Beethoven Fidélio O welche LustCliquez sur le chœur 

Rocco dit à Fidélio que Pizzaro lui a donné la permission de l’embaucher comme assistant et de descendre avec lui aux cachots, mais pour creuser une tombe pour Florestan. Pizzaro revient, fâché qu’on ait laissé sortir les prisonniers. Rocco s’excuse et les fait rentrer (Quintette avec chœur.). Pizzaro lui dit que quand la tombe sera creusée, il descendra dans le cachot et tuera Florestan.

Acte II : Dans son cachot, Florestan chante sa solitude, expliquant qu’il est au cachot pour avoir dit la vérité, mais que ce qui le soutient, c’est la conscience d’avoir fait son devoir (Air : « Gott, Welch Dunkel hier ».) Il évoque son amour pour Léonore avant de s’endormir.

Beethoven Fidélio Gott welch Dunkel hierCliquez sur Florestan

Rocco et Fidélio arrivent. Tout d’abord, ils croient Florestan mort, avant de se rendre compte qu’il dort. Rocco ordonne à Fidélio de vider une citerne où on jettera le corps de Florestan. Le travail fini, Florestan se réveille. Rocco lui donne à boire, mais quand Florestan apprend qu’il est au cachot sur l’ordre de Pizzaro, il se sent perdu et demande qu’on prévienne sa femme, Léonore (Trio).

Rocco appelle Pizzaro, qui arrive et dit à Florestan qu’il va le tuer. Léonore se dévoile alors et menace Pizzaro avec un pistolet. À ce moment, des trompettes annoncent l’arrivée du ministre. Pizzaro s’enfuit. Les deux époux se retrouvant expriment l’amour qui les unit (Duo : « O namenlose Freude ».)

beethoven fidelio o namenlose freudeCliquez sur Florestan et Léonore

Les prisonniers et le peuple lancent au ministre un appel à la liberté. Rocco lui raconte toute l’histoire et le ministre demande à Léonore d’ôter elle-même les chaînes de son époux. Tous rendent gloire à dieu (Sextuor & chœur : Heil sei dem Tag.)

Beethoven Fidélio finale Heil sei dem TagCliquez sur l’image

Écrivain, littérature

JEAN ECHENOZ – AU PIANO

Jean ECHENOZ, qui vient de faire paraître Vie de Gérard Fulmard (2020, Éditions de Minuit), est un de nos écrivains en activité les plus subtils. C’est aussi un fin connaisseur de la musique dite classique.

Après le billet consacré à son roman Ravel, en voici donc un autre sur Au piano (2003, Éditions de Minuit), où il nous raconte la vie et l’après-vie d’un pianiste concertiste.

Son héros est donc pianiste (classique). Dès la page 12, au parc Monceau à Paris, il voit les statues d’Ambroise THOMAS, de GOUNOD et de CHOPIN.

Page 16, il joue le 2e concerto de Chopin Salle Pleyel. Et page 18, il décrit de façon très réaliste le concert de toux et raclements de gorge que le public offre aux musiciens dès que le silence se fait entre deux mouvements (on s’y croirait.)

Chopin concerto no 2Cliquez sur la pianiste

Page 20, il est question de l’enregistrement d’une intégrale CHAUSSON.

Chausson Quelques danses pour pianoCliquez sur le pianiste

Page 24, dans un travail d’analyse musicale, le héros « démonte » la partition comme une petite mécanique (allusion à RAVEL qui, passionné d’automates, les collectionnait) pour trouver la panne (les fausses notes qu’il a faites le soir en concert).

Page 35, il répète la sonate1.X.1905 de JANACEK.

Janacek Sonate 1.X.1905Cliquez sur la pianiste

Page 37, il donne un programme FAURÉ au théâtre Graslin à Nantes.

Fauré nocturne no 6Cliquez sur le pianiste

Page 79, il joue les Scènes d’enfants, de SCHUMANN.

Schumann scènes d'enfantsCliquez sur la pianiste

Page 125, au purgatoire, il rencontre Dean MARTIN qui lui chante The night is young and you’re so beautiful.

Dean Martin The night is youngCliquez sur le crooner en technicolor (vu de dos)

Page 179, dans l’avion, il écoute un Impromptu de SCHUBERT, l’allegro en mi bémol majeur de l’opus 90.

Schubert impromptu no 2 op 90Cliquez sur la pianiste

Enfin, page 208, il joue (encore) du Chopin.

Chopin nocture Op 72 no 1Cliquez sur la pianiste

Contes et légendes, Divers, histoire, littérature

L’ORIENTALISME À L’OPÉRA

​On le sait (ou pas), il y a eu une vague d’orientalisme en art et en littérature aux XVIIe et XVIIIe siècles. On pense par exemple à la turquerie du Bourgeois gentilhomme (1670) de MOLIÈRE, ou aux Lettres persanes (1721) de MONTESQUIEU. Il faut voir aussi l’accueil prodigieux qui a été réservé à la traduction en français des Mille et une nuits au début du XVIIIe siècle. (Je reviendrai dans un billet spécifique aux adaptations en musique [occidentale] de ces Mille et une nuits.) En 1747 – 1748, c’est VOLTAIRE qui place Zadig, un de ces contes philosophiques, dans un orient inventé.

L’opéra, toujours prompt à suivre les modes littéraires, s’est donc emparé de ce thème illustrant un certain choc des cultures.

Je ne reviendrai pas ici sur les opéras qui se passent en Égypte, un billet leur ayant déjà été consacré (cf. l’Égypte et l’opéra.)

Parmi les œuvres qui participent de ce genre orientaliste, une des premières est donc la comédie-ballet Le Bourgeois gentilhomme de LULLY et Molière.

Lully le Bourgeois gentilhomme marche turqueCliquez sur l’image

Dans les Indes galantes (1735) de Rameau, la première entrée s’intitule « Le Turc généreux ». C’est l’histoire classique d’Occidentaux échoués sur un rivage exotique après une tempête. Osmine, le turc s’éprend de la belle occidentale mais finit par la laisser partir avec son amoureux.

Rameau Indes galantes Turc généreuxCliquez sur l’image

Cinquante ans plus tard, c’est MOZARTavec son Enlèvement au sérail (1782) qui se soumet à la loi du genre. On y trouve Constance, capturée par des pirates et vendue au pacha Selim. Belmonte, son fiancé veut la délivrer du sérail où elle est enfermée, sous la garde d’Osmin. À la fin, Selim, généreux leur accorde pardon et liberté.

Mozart l'enlèvement au sérail ouvertureCliquez sur l’image

Mozart est aussi l’auteur d’une autre « turquerie » célèbre : sa fameuse Marche turque.

Mozart marche turqueCliquez sur la pianiste

Trente ans après, ROSSINI, qui marque la fin d’une époque, est un des derniers à se livrer à l’orientalisme, avec l’Italienne à Alger (1813) et le Turc en Italie (1814).

Dans l’Italienne à Alger, les rôles sont inversés et c’est Isabella qui part à Alger chercher son fiancé, prisonnier du bey d’Alger.

Rossini l'Italienne à Alger ouvertureCliquez sur l’image

Dans le Turc en Italie, nouveau changement de rôle, puisque l’action se passe cette fois en Italie. Fiorilla tombe amoureuse d’un Turc, Selim, et ils projettent de s’enfuir ensemble. Mais c’est sans compter sur Zaïda, une bohémienne autrefois maîtresse du turc. En effet, celle-ci s’arrange avec le mari de Fiorilla pour récupérer son ancien amant et reformer ainsi les couples.

Divers, littérature, Mythologie

ARIANE (ADRIANA)

Dans la mythologie grecque, Ariane (Ariadne) était la fille de Minos et de Pasiphaé (Minos étant lui-même le fils de Zeus et d’Europe, Ariane est donc la petite-fille d’Europe, et c’est pourquoi on a donné son nom au lanceur européen). OVIDE nous en parle dans le livre VIII de ses Métamorphoses.

Ariane, séduite par Thésée qui devait combattre le Minotaure (lui-même issu de l’union entre Pasiphaé et un taureau [par une vengeance de Poséidon contre Minos]), Ariane lui donnera le moyen de se retrouver dans le labyrinthe du Minotaure en lui donnant un fil à dérouler derrière lui pour se retrouver. C’est le fameux fil d’Ariane. C’est ainsi son demi-frère qu’elle fera périr sous les coups de Thésée.

Plus tard, Thésée tombé amoureux de la sœur d’Ariane, Phèdre, abandonnera Ariane sur l’île de Naxos. Attiré par ses pleurs, Dionysos (Bacchus en latin) prendra pitié d’elle et la consolera. Il finira par en tomber amoureux.

Dans le monde de l’opéra, Ariane a été mise en musique par le père fondateur du genre, MONTEVERDI. Son opéra Ariane (1608), écrit alors que la femme de Monteverdi se mourait, a été perdu, et il n’en reste plus qu’un fameux et déchirant lamento.

Monteverdi lamento d'ArianeCliquez sur l’image

C’est l’épisode entre Ariane et Bacchus que Marin Marais mettra en musique en 1696.

Marin Marais Ariane et BacchusCliquez sur l’image

Ariane, c’est aussi le nom de l’héroïne de la pièce du dramaturge symboliste MAETERLICNK Ariane et Barbe-Bleue, qui sera mise en musique par Paul DUKAS en 1906.

Dukas Ariane et Barbe-bleueCliquez sur l’image

1906, c’est aussi l’année où MASSENET écrit son Ariane, une œuvre quelque peu tombée dans l’oubli.

Massenet ArianeCliquez sur l’image

Quelques années plus tard, c’est Richard STRAUSS qui décrira les tourments d’Ariane abandonnée sur l’île de Naxos dans son Ariane à Naxos (1911 – 1912).

Strauss Ariane à NaxosCliquez sur l’image

En 1920, Albert ROUSSEL écrit un ballet en deux actes, Bacchus et Ariane pour une chorégraphie de Serge LIFAR et avec des décors signés Giorgio de CHIRICO.

Roussel bacchus et ArianeCliquez sur l’image