Mes opéras préférés, Mythologie

ALCESTE, de GLUCK (1767 [Vienne], 1776 [Paris])

Comme pour Orphée, la version d’Alceste de GLUCK qui nous est parvenue est une adaptation pour la France d’un opéra en italien écrit pour Vienne dix ans auparavant. L’action en a été resserrée pour l’adaptation française, ce qui donne une œuvre proche de la tragédie grecque, avec l’omniprésence du chœur qui souligne l’action. L’aspect austère de cette version française a rebuté le public, et on a rajouté le personnage d’Hercule, qui pourtant était présent dans la version italienne, et retiré pour la France. C’est GOSSEC, un des maîtres de BERLIOZ, qui a procédé à cet ajout.

Acte I : Le peuple se lamente car Admète, le roi de Thessalie, va mourir (Chœur : Dieux, rendez-nous notre roi).

Gluck Alceste Dieux, rendez-nous notre roiCliquez sur le peuple qui se lamente

La reine Alceste entre, accompagnée de ses enfants. Elle espère que les dieux, émus par sa souffrance, auront pitié d’elle et de ses enfants (Air : Grands dieux, du destin qui m’accable).

 Le grand prêtre accompagné du peuple demande aux dieux d’écarter la mort du trône (Air & chœur : Dieu puissant, écarte du trône). Le grand prêtre annonce que le dieu va se manifester.

La reine revient implorer Apollon (Air : immortel Apollon). Apollon accède aux prières des humains, il accepte de sauver Admète si quelqu’un offre sa vie pour sauver celle du roi. Le peuple fuit, laissant la reine seule. Elle décide alors de mourir à la place de son mari (Air : Non, ce n’est point un sacrifice). Le grand prêtre rentre, annonçant que le roi va vivre, mais que quand arriveront les ténèbres de la nuit, Alceste devra rejoindre le royaume des morts. (Air : Divinités du Styx, je n’implorerai point votre pitié.)

Gluck alceste ombres, larves ...Cliquez sur Alceste

Acte II : Le peuple se réjouit, Admète est vivant. Le roi arrive et remercie son peuple. Il veut savoir par quel miracle il est revenu à la vie. On lui explique qu’un héros inconnu s’est sacrifié pour lui. Le roi demande à voir sa femme. Alceste revient une dernière fois avant la nuit, mais ne peut se réjouir avec le roi et le peuple, qui croient que c’est seulement grâce à ses prières qu’Admète est sauvé. Elle va devoir se résoudre à avouer la vérité (Air : Grands dieux, soutenez mon courage).

Gluck Alceste Grand dieux, soutenez mon courageCliquez sur Alceste

Admète lui demande de sécher ses pleurs (Air : Bannis la crainte). Alarmé par les pleurs d’Alceste, il demande à voir ses enfants, Alceste répond qu’ils vont bien. Enfin, elle dévoile la vérité. Admète refuse le sacrifice d’Alceste et veut mourir avec elle, car à quoi bon vivre si l’objet de son amour n’est plus !

Gluck Alceste Aux cris de la douleur devenez accessibleCliquez sur Alceste et Admète

Le peuple se lamente à nouveau sur le sort d’Alceste, qui partage ses pleurs avant de le faire taire (Air : Ah malgré moi mon faible cœur).

Gluck Alceste Ah malgré moiCliquez sur Alceste

Acte III : Alceste va mourir, et Admète ne lui survivra pas. Le chœur pleure (Chœur : Pleure, oh patrie). Hercule paraît, et demande pourquoi l’on pleure. Informé, il déclare qu’il va aller en enfer chercher Alceste (Air : Au pouvoir de la mort, je saurai la ravir).

Gluck Alceste Au pouvoir de la mort je saurai la ravirCliquez sur Hercule

Alceste, arrivant sur les rives des enfers chante (Divinités implacables). L’amour lui donne une force nouvelle pour aller jusqu’au bout. Mais Admète arrive à son tour et la supplie, pour ses enfants, de rester (Air : Alceste, au nom des dieux). Alceste persiste dans sa volonté de mourir. La trompe de Charon résonne, les enfers réclament leur dû. Alceste est attirée vers les ténèbres.

Admète veut la suivre, mais Hercule arrive et ramène Alceste. Apollon descend du ciel (c’est un deus ex machina) et libère Alceste de ses vœux, on le remercie (Trio : Reçois, dieu bienfaisant) avant que le peuple ne chante pour les fortunés époux.

Gluck Alceste finalCliquez une dernière fois sur Alceste

(Source : Je me suis essentiellement servi pour rédiger ce billet du (très beau) DVD de John Eliot GARDINER, avec la mise en scène hiératique de Robert Wilson. J’ai vu que c’est disponible sur Youtube, mais je ne sais pas si c’est légal).

Contes et légendes, Mes opéras préférés, Mythologie

IDOMÉNÉE (IDOMENEO), de MOZART (1780)

Idoménée, roi de Crète (Idomeneo, Re di Creta) est une commande du Prince Électeur pour le carnaval de Munich. MOZART, âgé de 24 ans, garde ici la structure de l’opera seria, c’est-à-dire une succession de récitatifs et d’airs avec reprises.

Le pitch : Après la guerre de Troie, Idoménée, roi de Crète qui s’est battu avec les Grecs envoie des prisonniers troyens chez lui, dont Ilia, la fille de Priam. Ilia est victime d’un choix cornélien entre l’amour qui naît entre elle et Idamante, le fils d’Idoménée, et la haine qu’elle doit ressentir pour celui-ci, qui a vaincu son peuple. Furieux de la défaite des Troyens, Neptune provoque une tempête sur le chemin du retour d’Idoménée. Pour apaiser sa fureur, Idoménée fait le vœu de sacrifier la première personne qu’il croisera de retour sur terre. Comme par hasard, il tombe sur son fils Idamante. Il décide d’écarter son fils de Crête, et l’envoie reconduire Électre, qui passait par là (et qui est également amoureuse d’Idamante) chez elle à Argos. Neptune, furieux à nouveau, relance une tempête qui les empêche de prendre la mer, et de laquelle surgit un monstre marin qui ravage la Crête. Idamante part tuer le monstre. Finalement, Neptune se calme et demande à Idoménée de laisser le trône à son fils, qui régnera avec Ilia comme épouse.

Voyons cela plus en détail :

Acte I : L’action se déroule en Crète, après la chute de Troie. Ilia, la fille de Priam, raconte qu’à son retour, la flotte grecque a été ravagée par une tempête, et qu’elle a été sauvée par Idamante, le fils d’Idoménée, le roi de Crête. Elle se lamente parce qu’elle aime Idamante, mais cet amour se heurte à la haine qu’elle devrait avoir pour ceux qui ont tué son père. Idamante paraît et, généreux et par amour pour Ilia, libère les prisonniers troyens (Chœur : « Jouissons de la paix ».) Électre, la fille d’Agamemnon qui s’est réfugiée en Crète après le meurtre commis par sa mère reproche cette libération à Idamante, pour lequel elle éprouve elle aussi une vive passion. Arbace, le confident d’Idoménée annonce la mort du roi, qui a péri dans un naufrage. Électre craint qu’Idamante, devenu roi, n’épouse Ilia (Air : « Je sens frémir en mon cœur » « Tutte nel cor vi sento »).

Mozart Idoménée Tutte nel cor vi sentoCliquez sur Électre furieuse

Sur le rivage, le peuple implore les dieux devant les flots déchaînés. La tempête se calme, et Idoménée descend sur terre. Il révèle que pour calmer la fureur Neptune, il a fait le vœu de lui sacrifier la première personne qu’il rencontrera sur la terre ferme. Mais c’est son fils Idamante que le roi voit s’avancer vers lui. Épouvanté, Idoménée fuit, laissant Idamante dans le désarroi (Air : « Il padre adorato »).

Mozart Idoménée Il padre adoratoCliquez sur Idamante

Acte II : Le peuple rend hommage à Neptune, qui lui a rendu son roi. Idoménée révèle à Arbace le vœu qu’il a fait. Arbace lui conseille d’éloigner Idamante. Le roi décide alors de l’envoyer à Argos pour raccompagner Électre dans sa patrie. Ilia remercie Idamante pour sa générosité envers son peuple (Air : « Si j’ai perdu mon père » « Se il padre perdei ».) Le roi touché par cette gratitude, lui promet sa protection. Il devine les sentiments qu’Ilia a pour Idamante (Air : « Je suis sauvé des flots, mais mon cœur chavire »).

Électre est ravie de rejoindre sa patrie, mais au moment du départ, la tempête reprend de plus belle, et un monstre sort des flots tumultueux. Idoménée se déclare responsable de la fureur de Neptune, et offre de se sacrifier lui-même au dieu barbare (Air : « Fuor del mar »).

Mozart Idoménée fuor del marCliquez sur Idoménée

Acte III : Ilia prend la nature à témoin de sa douleur (air : « Zéphir léger et charmant » « Zeffiretti lusinghieri ») quand Idamante survient.

Mozart Idoménée Zeffiretti lusinghieriCliquez sur Ilia

Devant l’indifférence apparente d’Ilia, il veut affronter le monstre qui ravage le pays. Ilia lui révèle alors ses vrais sentiments, et ils se déclarent mutuellement leur amour (Duo : « T’amo, t’adoro »).

idoménée duoCliquez sur Ilia et Idamante

Idoménée et Électre les surprennent, pressant Idamante de partir au plus tôt (Quatuor : « Andro ramingo e solo« ).

Mozart Idoménée andro ramingo e soloCliquez sur le quatuor

Devant les ravages causés dans le pays, le grand prêtre vient réclamer d’Idoménée qu’il accomplisse son vœu. Le roi révèle alors que c’est son propre fils qu’il doit immoler. Ils se dirigent vers le temple de Neptune, lieu du sacrifice, quand on apprend qu’Idamante a vaincu le monstre et qu’il revient s’offrir au sacrifice.

Au moment où Idoménée va frapper, Ilia s’interpose et s’offre comme victime. Un oracle de Neptune ordonne alors qu’Idoménée renonce à son trône, au profit de son fils, qui régnera avec Ilia comme épouse. La joie éclate. Pendant qu’Électre, furieuse, s’enfuit, la foule éclate de joie célébrant les nouveaux époux et la paix revenue.

Mes opéras préférés

JENUFA (Její pastorkyňa), de JANACEK (1893 – 1903)

JANACEK met dix ans à écrire la partition de Jenufa, de 1893 à 1903, avec une interruption de quatre ans entre l’acte un et les suivants, qui s’entend dans le changement de style entre les deux parties. Créé avec succès à l’opéra de Brno en 1904, il faut attendre la création à Prague en 1916 pour que cet opéra soit reconnu comme un chef d’œuvre au-delà des frontières de la Moravie. On notera l’orchestration post-wagnérienne somptueuse, et si cet opéra avait été italien, il se rangerait dans le vérisme.

Le pitch : Jenufa et Steva s’aiment, mais Steva est un bon à rien. Kostelnicka, la marâtre de Jenufa ne veut pas de lui pour beau-gendre et manœuvre pour favoriser l’amour que Laca, le demi-frère de Steva, a pour Jenufa.

Acte I : Dans son village, Jenufa attend le retour de son amant Steva. Elle prie pour qu’il ne soit pas enrôlé par les sergents recruteurs, ce qui empêcherait son mariage, et la condamnerait à l’enfer, car elle attend un enfant.  Sa grand-mère lui demande de se remettre au travail. Laca, le demi-frère de Steva dont il est jaloux, se plaint d’être rejeté par tout le monde, y compris par Jenufa dont il est secrètement amoureux. Il fera tout pour que le mariage ne se fasse pas.

Le meunier apprend à Jenufa que Steva ne part pas à l’armée. Les jeunes gens reviennent de la conscription, ivres, conduits par Steva. Le mariage pourra avoir lieu et l’honneur sera sauf. Steva se vante de ses succès auprès des filles avant de commencer une danse avec les autres jeunes.

Janacek Jenufa Dusa moja, Stevo, StevuskoCliquez sur l’image

La marguillière du village, Kostelnicka, mère adoptive de Jenufa, est choquée par l’attitude de Steva et lui impose une année sans être ivre avant de pouvoir se marier avec Jenufa. Elle sort. L’assemblée commente sa décision (bel ensemble). Jenufa supplie Steva de cesser de faire souffrir sa mère. Elle lui rappelle qu’elle attend un enfant de lui, et évoque le scandale que ce serait si on l’apprenait. Steva lui répond alors qu’il n’aime qu’elle, et qu’il n’est pas question qu’il la quitte.

Laca, jaloux et furieux de voir l’amour de Jenufa pour Steva s’emporte, et la blesse à la joue avec son couteau, la défigurant.

Janacek Jenufa Jak razm vsecko (final acte I)Cliquez sur Jenufa et Laca

Acte II : Quand Jenufa a avoué sa situation a Kostelnicka, celle-ci l’a cachée chez elle, et c’est là que Jenufa a accouché en secret. Jenufa exprime son amour pour son enfant alors que Kostelnicka lui demande de prier Dieu pour qu’il fasse disparaître l’enfant de la honte. Elle fait venir Steva, lui présente son fils et lui dit qu’il peut effacer la honte de Jenufa en se mariant avec elle. Mais celui-ci révèle que son amour pour Jenufa a disparu lorsqu’il l’a vue défigurée par Laca, et qu’il vient de se fiancer avec Karolka, la fille du juge. Il ne veut pas que l’on sache qu’il est le père de l’enfant de Jenufa.

Laca vient demander si Jenufa est revenue de Vienne, où sa belle-mère a prétendu qu’elle était pendant la grossesse. Il veut se marier avec Jenufa. Kostelnicka lui révèle alors la naissance du bébé. Sentant que l’existence de l’enfant de son rival gêne le souhait de mariage de Laca, elle lui dit que l’enfant est mort peu de temps après la naissance. Laca sorti, elle réalise ce qu’elle vient de dire. Elle enlève alors l’enfant et va le jeter dans la rivière gelée.

Janacek Jenufa Co chvila et fin acte IICliquez sur Kostelnicka

Kostelnicka revient et lui dit qu’elle a eu de la fièvre pendant deux jours et que pendant ce temps, son enfant est mort. Jenufa catastrophée demande des nouvelles de Steva. Kostelnicka lui dit de l’oublier, qu’il l’a abandonnée.

Jenufa se réveille. Inquiète de ne pas voir son enfant, elle adresse une prière à la Vierge (Air : « Zdravas Kralovno » [« Ave Maria]).

Janacek Jenufa Zdravas kralovno (Ave Maria)Cliquez sur Jenufa

Kostelnicka revient et lui dit qu’elle a eu de la fièvre pendant deux jours et que pendant ce temps, son enfant est mort. Jenufa catastrophée demande des nouvelles de Steva. Kostelnicka lui dit de l’oublier, qu’il l’a abandonnée.

Laca revient et demande Jenufa en mariage, aidé par Kostelnicka qui leur donne sa bénédiction et maudit Steva.

Janacek Jenufa final acte IICliquez sur Laca et Jenufa

Acte III : C’est le printemps. Jenufa et Laca vont se marier. Le juge et sa femme arrivent, annonçant la venue de Steva et de sa fille Karolka, invités par Laca en signe de réconciliation. Kostelnicka est rongée par le remords de ce qu’elle a fait.

Devant l’amour que se portent Karolka et Steva, qui doivent se marier deux semaines plus tard, Jenufa souhaite à Steva de ne pas souffrir par amour comme elle a souffert. Des villageoises viennent chanter une chanson de noces. Au moment de la bénédiction nuptiale par Kostelnicka (n’oublions pas que c’est la marguillière du village), on annonce qu’on a trouvé le cadavre d’un enfant dans la rivière prise par les glaces. Jenufa reconnaît les vêtements de son bébé. La foule accuse Jenufa, mais Kostelnicka avoue son crime. D’abord horrifiée, Jenufa lui pardonne ensuite, comprenant qu’elle a agi par amour pour elle. Kostelnicka reconnaît qu’elle a agi par égoïsme, alors que Jenufa pardonne à tout le monde.

Restés seuls, Jenufa demande à Laca de la laisser, mais lui maintient sa demande en mariage.

Janacek Jenufa finalCliquez sur Jenufa et Laca

(Source : je me suis servi pour élaborer ce billet de l’enregistrement en DVD du spectacle réalisé au Liceu de Barcelone, que l’on peut voir intégralement en cliquant sur le lien suivant.)

Janacek Jenufa intégrale LiceuCliquez sur le lustre du Gran Teatre del Liceu

Mes opéras préférés

ORPHÉE ET EURYDICE, de GLUCK (Vienne 1762 – Paris 1774)

Il existe plusieurs versions de l’Orphée et Eurydice de GLUCK. Une première version en italien a été créée à Vienne en 1762 (Orfeo ed Euridice). Le rôle d’Orphée était tenu par un castrat. Arrivé en France, Gluck en a donné une adaptation en français en 1774. Le rôle d’Orphée était alors tenu par un haute-contre. Enfin, BERLIOZ en a fait une adaptation en 1859, pour permettre à la mezzo Pauline VIARDOT de chanter le rôle d’Orphée.

Rappelons que le mythe d’Orphée est à l’origine du premier opéra (Orfeo [1607] de MONTEVERDI ) et même de l’archéopéra qu’est l’Eurydice de PERI (1600).

Acte I : Orphée et le chœur se lamentent sur la mort d’Eurydice.

Gluck Orphée et Eurydice OuvertureCliquez sur l’image

Orphée est prêt à mourir quand Amour lui annonce que Jupiter, pris de pitié par ses chants, lui permet de récupérer Eurydice s’il convainc Enfer de la laisser partir, et à la double condition qu’il ne regarde pas son épouse quand il sera en enfer, sans lui en donner la raison. Orphée a peur des réactions d’Eurydice face à cette attitude, mais il est décidé à aller la chercher.

Acte II : Orphée descend aux enfers. Un chœur infernal veut lui faire peur et rebrousser chemin. Orphée les supplie de le laisser passer, mais ils refusent. Il réussit enfin à émouvoir les esprits infernaux par son chant, et ils le laissent passer.

Gluck Orphée et Eurydice début acte IICliquez sur l’image

Orphée, arrivé à l’Élysée, imagine ses retrouvailles avec Eurydice. Il est accueilli par les âmes apaisées qui lui souhaitent la bienvenue et lui annoncent qu’Amour va lui rendre Eurydice. Celle-ci va venir, déjà « presque de retour à la vie ».

Gluck Orphée et Eurydice Danse des ombres heureusesCliquez sur les ombres heureuses

Elle apparaît et le chœur lui demande de saluer son époux.

Acte III : Eurydice retrouve Orphée, étonnée d’être vivante. Ils remontent vers le monde des vivants. Eurydice s’émeut de l’indifférence de son mari, qui se tait et ne veut pas la regarder. Devant cette attitude, elle préfère retourner à la mort. La chétive Eurydice supplie tant et si bien qu’Orphée se retourne et regarde sa femme, qui meurt alors dans ses bras. Orphée se lamente (Air : « J’ai perdu mon Eurydice » [« Che faro senza Euridice »]) et veut mourir à son tour.

Gluck Orphée et Eurydice Che faro senza EuridiceCliquez sur la version italienne (pour haute-contre) de cet air très célèbre

Mais l’Amour veille et descend du ciel. Il intervient à nouveau pour l’empêcher de se suicider et lui rend Eurydice. Un ballet et un chœur final célèbrent le triomphe de l’amour.

Mes opéras préférés

LES PÊCHEURS DE PERLES, de BIZET (1863)

Les Pêcheurs de perles est un opéra de jeunesse, écrit par BIZET à l’âge de 25 ans, en 1863, soit douze ans avant Carmen. Hector BERLIOZ a souligné la qualité de cette musique.

Acte I : L’action se déroule sur la plage des pêcheurs de perles, à Ceylan (Sri Lanka). Les pêcheurs donnent la fête rituelle qui débute la saison de la pêche aux perles. Au cours de cette fête, ils doivent chasser les démons pour que la pêche soit bonne. Zurga arrive et leur rappelle qu’ils doivent choisir leur chef, à qui ils devront obéissance. Tous lui jurent fidélité. Un nouveau venu, Nadir, arrive. C’est un ancien ami de Zurga, et quand ils étaient jeunes, ils étaient tous les deux amoureux de Leïla, la belle prêtresse. Au nom de leur amitié, ils s’étaient promis tous les deux de résister à leur amour.

Bizet Les Pêcheurs de perles Au fond du temple saintCliquez sur Nadir et Zurga

Le grand prêtre Nourabad et Leïla arrivent en pirogue. Elle doit passer la nuit à chanter pour chasser les mauvais sorts. Elle grimpe au temple saint et se met à chanter. Malgré son voile, Nadir reconnaît sa voix et décide de la rejoindre.

bizet spyresCliquez sur Nadir qui croit entendre encore…

Acte II : Au matin, Leïla se repose dans le temple. Nourabad lui rappelle l’importance de ses vœux sacrés pour le bien du village. Leïla lui raconte alors que quand elle était jeune, elle a eu l’occasion de sauver un jeune étranger qui, pour la remercier, lui a donné le collier qu’elle porte.

Restée seule, elle se met à rêver à Nadir.

Bizet Les Pêcheurs de perles Me voilà seule dans la nuitCliquez sur Leïla

Nadir vient la rejoindre, les deux jeunes gens sont enfin réunis.

Bizet Les Pêcheurs de perles De mon amie, fleur endormieCliquez sur l’image

Mais une tempête se lève. Nourabad les surprend et les condamne à mort. Mais Zurga veut les protéger avant que, découvrant que Nadir a trahi son serment, il les condamne lui aussi à mort.

Acte III : Après la tempête, la colère de Zurga est retombée, et il songe amèrement à ce qui vient de se passer. Leïla vient le voir et le supplie de sauver Nadir, offrant sa vie en échange. Mais l’amour qu’elle affiche ainsi ne fait que réveiller sa jalousie.

Bizet Les Pêcheurs de perles Je frémis, je chancelleCliquez sur Zurga et Leïla

Leïla lui confie alors son collier, lui demandant de le donner à sa mère après sa mort. En voyant le collier, il reconnaît celui-ci, qu’il avait autrefois offert à Leïla pour la remercier de lui avoir sauvé la vie. Il décide alors de sauver les deux amants en favorisant leur fuite du village.

Le bûcher a été dressé pour l’immolation des deux amants.

Bizet Les Pêcheurs de perles Sombres divinitésCliquez sur l’image

Soudain, Zurga arrive et déclare que le village des pêcheurs brûle. Tout le monde se précipite pour essayer de sauver les enfants restés au village, et Zurga libère Leïla et Nadir qui prennent la fuite (non sans avoir remercié Zurga).

Mes opéras préférés, Mythologie

LA BELLE HÉLÈNE, d’OFFENBACH (1864)

La belle Hélène est un opéra-bouffe écrit par OFFENBACH en 1864 sur un livret des joyeux duettistes MEILHAC et HALÉVY, et créé avec succès en décembre de cette même année. Repris un peu partout dans le monde dès l’année suivante (Vienne, Berlin, Prague, …). En l’honneur de cet opéra, le chef Auguste ESCOFFIER a créé le dessert qui porte son nom.

poire belle-hélèneCliquez sur ce délicieux dessert !

Acte I : Sparte s’apprête à célébrer les fêtes d’Adonis. On célèbre Vénus, qui a battu Junon et Minerve dans le concours de beauté du mont Ida, grâce au berger Pâris. Hélène questionne Calchas, le grand augure de Jupiter, sur « l’affaire du mont Ida ». Pour remercier Pâris, Vénus lui a offert en récompense la plus belle femme du monde, Hélène. Le neveu d’Hélène, Oreste paraît, mais Calchas l’empêche d’entrer dans le temple où Hélène s’est réfugiée.

Pâris débarque déguisé en berger et remet à Calchas une lettre de Vénus où elle demande à l’augure d’aider Pâris à séduire Hélène. Pâris lui raconte le jugement de Pâris (Air : Au mont Ida). Calchas accepte. Hélène apparaît et tombe sous le charme du faux berger.

Offenbach la belle Hélène Au mont IdaCliquez sur Pâris

Le cortège des rois arrive pour la fête d’Adonis (Chœur : Voici les rois de la Grèce).

la belle HélèneCliquez sur les rois de la Grèce

Celle-ci s’accompagne d’un concours consacré aux « choses de l’intelligence » : une charade, un calembour et des bouts rimés. Pâris remporte facilement l’épreuve et peut ainsi recevoir le trophée. Il se fait reconnaître comme étant Pâris, fils de Priam, le roi de Troie. Hélène, enchantée, le couronne. Dans le tonnerre, Calchas, obéissant à Vénus, rend son oracle. Il faut que Ménélas aille passer quatre semaines en Crète, laissant Hélène seule.

Acte II : Les quatre semaines se sont écoulées, et Hélène résiste toujours à son amour (Air : On me nomme Hélène la blonde). Pâris, impatient, lui décrit les trois moyens d’arriver au cœur d’une femme : l’amour, la violence et la ruse.

Offenbach la belle Hélène On me nomme Hélène la blondeCliquez sur Hélène la blonde

Les rois arrivent chez la reine pour une partie de jeu de l’oie (sic !) Calchas, trichant, rafle la mise mais éveille les soupçons des rois. Il est obligé de rendre la moitié de ses gains. Hélène, torturée par son amour naissant, lui demande de voir Pâris en rêve, puisqu’elle fuit le vrai. La reine s’endort. Pâris entre dans sa chambre et Hélène croit que c’est son rêve (Duo : Oui, c’est un rêve).

Offenbach la belle Hélène Ce n'est qu'un rêveCliquez sur Hélène et Pâris

Alors que Ménélas rentre de Crête, il trouve Pâris dans le lit de son épouse, et ameute les autres rois qui devaient veiller sur son honneur. Hélène rejette la faute sur Ménélas : un mari doit avoir la bienséance, lorsqu’il s’absente, de prévenir sa femme de son retour (Air : Un mari sage). Tout le monde s’accorde pour chasser Pâris de la ville.

Acte III : Oreste et le peuple célèbrent Vénus, mécontente de l’attitude de Ménélas (Air & chœur : En repoussant Pâris). Ménélas jaloux cherche à comprendre pourquoi Hélène a parlé de rêve quand il l’a trouvée au lit avec Pâris. Hélène, clame son innocence, et agacée, finit par le menacer de lui donner de vraies raisons de se plaindre (Air : Là, vrai, je ne suis pas coupable).

Agamemnon et Calchas font remarquer à Ménélas qu’il n’est pas bon de s’opposer au vœu d’une déesse, mais il s’entête : il ne cédera pas à sa femme (Trio : Lorsque la Grèce).

Offenbach la belle Hélène Trio patriotiqueCliquez sur le trio (patriotique)

Il fait venir de Cythère le grand augure de Vénus, qui débarque alors et rend son oracle : Hélène doit accompagner l’augure à Cythère. Ménélas pousse Hélène à accepter. Mais elle ne veut pas faire ce voyage pour Ménélas, puisque c’est lui le responsable du courroux de la déesse. Le grand augure lui révèle alors qu’il est Pâris. Ils s’embarquent tous deux pour Cythère.

Ils sont déjà hors de portée quand la supercherie est dévoilée. Hélène a été enlevée par Pâris. La guerre de Troie peut commencer.

Offenbach la belle Hélène FinalCliquez sur Pâris

Cinématographe, Mes opéras préférés

LUCIA DI LAMMERMOOR, de DONIZETTI (1835)

Opéra romantique de DONIZETTI, créé en 1835, d’après un roman de Walter SCOTT. L’argument en est un « Roméo et Juliette » dans l’Écosse du XVIe siècle. Cette œuvre a connu d’emblée le succès et a été remaniée en 1839, pour une version en français.

C’est dans Lucia di Lammermoor que se trouve un des airs les plus célèbres du bel canto, la « scène de la folie » de Lucia. FLAUBERT l’évoque dans son Madame Bovary, et il sera encore célèbre au XXIIIe siècle puisqu’on peut l’entendre dans le 5e élément de Luc BESSON.

Suivant la classification de G.B.SHAW, nous sommes ici dans une structure [(S+T)/(B+B)], puisqu’une soprano (Lucia) aime un ténor (Edgardo) alors qu’un baryton (Enrico) et une basse (Raimondo) cherchent à les séparer.

Acte I : Les hommes d’Enrico Ashton évoquent sa famille ruinée. Enrico entre. Dans un dialogue avec son veneur, Normann, on apprend qu’il voudrait que sa sœur Lucia accepte un mariage avec Lord Arturo, ce qu’elle refuse. Elle est en effet amoureuse d’Edgardo de Ravenswood, qui lui a sauvé la vie, mais dont la famille est rivale des Ashton.

Donizetti Lucia di Lammermoor Cruda funesta smaniaCliquez sur Enrico

Dans le parc du château, Lucia confie à son amie Alisa qu’elle a vu le spectre d’une jeune femme tuée par son amant, un Ravenswood. Son corps aurait été jeté dans la fontaine du parc.

Donizetti Lucia di Lammermoor Regnava nel silenzioCliquez sur Lucia i Alisa

Alisa comprend que cette vision est prémonitoire et conjure Lucia de renoncer à son amour.  Edgardo arrive et dit à Lucia qu’il doit partir le lendemain pour la France. Il compte demander sa main à son frère, mais Lucia craint ses réactions. Furieux, Edgardo lui rappelle son serment de vengeance contre les Ashton, responsables de la mort de son père.

Donizetti Lucia di Lammermoor Lucia perdona... Sulla tomba...Cliquez sur Lucia i Edgardo

Lucia le calme, et il s’éloigne, après qu’ils aient scellé leur amour avec un anneau nuptial. (Duo: « Verranno a te sull’aure ».)

Acte II : Enrico attend Lucia en tremblant. Pour que sa famille retrouve la fortune, il a arrangé un mariage entre sa sœur et Arturo Bucklaw, mais il craint qu’elle ne refuse. Normann lui dit qu’il a intercepté toutes les lettres qu’Edgardo lui envoie, pour qu’elle croie que celui-ci l’a oubliée. Les invités et Arturo arrivent au château lorsque Lucia entre, pâle. Elle reproche à son frère son manque d’humanité et les tourments qu’il lui inflige. Elle lui rappelle qu’elle a promis sa main  à Edgardo. Enrico lui montre alors une fausse lettre censée prouver l’infidélité d’Edgardo. Elle veut mourir en voyant cette trahison. Enrico lui explique que si elle ne se résout pas au mariage, c’est lui qui va mourir, car la situation politique a changé en Écosse avec l’arrivée au pouvoir de la reine Mary. Le chapelain, évoquant la mémoire de sa mère et le devoir qu’elle a envers son frère,  réussit à convaincre Lucia d’épouser Arturo. (Duo : « Ah, cedi, cedi ! »)

Donizetti Lucia di Lammermoor Ebben di tua speranzaCliquez sur Lucia i Arturo

Arturo est accueilli par un chœur. Il se présente en sauveur de la famille et demande où est Lucia. Enrico le prépare à la réaction de sa sœur. Cette dernière arrive et signe le contrat de mariage comme si elle signait son arrêt de mort. Edgardo survient, réclamant sa fiancée. Enrico, Arturo et Edgardo s’apprêtent à se battre lorsque le chapelain Raimondo produit le contrat de mariage signé de la main de Lucia. Edgardo reprend l’anneau de sa fiancée et part en la maudissant. (Sextuor « Chi mi frena in tal momento? »)

Donizetti Lucia di Lammermoor Chi mi frena (sextuor)Cliquez sur le sextuor d’élites

Acte III : Enrico rendu fou de rage par l’intrusion d’Edgardo chez lui se rend chez celui-ci et, attisant sa jalousie, le provoque en duel pour le lendemain à l’aube.

Alors que se déroulent les festivités du mariage, Raimondo bouleversé surgit et annonce que Lucia est devenue folle et vient de tuer Arturo. La jeune fille arrive, hagarde. Elle songe à son mariage avec Edgardo, et se revoit près de la fontaine, où le spectre qu’elle a vu vient s’interposer entre elle et Edgardo. (Scène de la folie.)

Donizetti Lucia di Lammermoor Il dolce Suono dessayCliquez sur Lucia

Enrico qui revient de chez Edgardo apprend la nouvelle du meurtre d’Arturo et, sans se rendre compte de l’état de sa sœur, la menace d’une peine exemplaire. Lucia prenant son frère pour son bien aimé Edgardo implore son pardon avant de le prier de veiller sur sa tombe. Elle s’effondre et on l’emporte, inanimée.

Edgardo attend Enrico avec l’intention de se jeter sur l’épée de son ennemi, croyant toujours à la trahison de Lucia. Les hommes d’Enrico lui apprennent le sort tragique de la jeune femme. Dans sa démence elle le réclame avant de mourir. Entendant sonner le glas, il comprend que Lucia est morte, ce que le chapelain confirme. Désespéré, Edgardo se donne la mort, non sans avoir évoqué une dernière fois son aimée, cet ange monté au ciel.

Donizetti Lucia di Lammermoor Tu che a Dio spiegasti l'aliCliquez sur Edgardo

Comme je ne peux pas terminer comme ça ce billet concernant un joyau du bel canto, retrouvons le prélude à l’air de la Folie, interprété par Maria CALLAS.

Donizetti Lucia di Lammermoor Il dolce Suono callasCliquez sur Lucia

Mes opéras préférés

IOLANTA, de TCHAÏKOVSKI (1892)

Dernier opéra de TCHAÏKOVSKI, composé sur un livret de son frère Modeste, cet opéra en un acte est écrit et créé en 1892, en même temps que le ballet Casse-Noisette (d’après E.T.A. HOFFMANN).

Tchaïkovski Casse-Noisette danse de la fée dragéeCliquez sur la fée Dragée

Moins connu que Eugène Onéguine ou la Dame de pique, Iolanta est un authentique chef-d’œuvre de Tchaïkovski, tiré de la pièce La Fille du roi René (1853) du Danois Henrik HERTZ.

Acte I : Iolanta, la fille du roi René, est aveugle de naissance, mais ignore son infirmité car son père a interdit à son entourage de lui en parler. Elle mène une vie protégée, ne connaissant que l’univers des sons, des odeurs, du goût et du toucher. (Air : « Pourquoi n’ai-je pas souffert autrefois ? »)

Tchaïkovski Iolanta Pourquoi n'ai je pas souffert autrefoisCliquez sur Iolanta

Le roi fait venir un médecin maure pour guérir sa fille. (Air du roi René : « Seigneur, si j’ai péché »).

Tchaikovski Iolanta Seigneur si j'ai péchéCliquez sur le roi René

Celui-ci déclare qu’il le peut à une condition, qu’on lui révèle son infirmité à Iolanta. Dans un discours sur l’inséparabilité des mondes spirituels et charnels, il déclare qu’avant d’ouvrir les yeux à la lumière, il faut que l’âme soit prête à découvrir ce sens (Air du docteur : « Il y a deux mondes », un petit bijou d’émotion !).

Tchaikovski Iolanta air du docteur il y a deux mondesCliquez sur le docteur

Mais le roi refuse et déclare que celui qui révélera son infirmité à sa fille devra mourir.

Deux chevaliers qui se sont perdus lors d’une partie de chasse arrivent. Il s’agit de Robert, duc de Bourgogne, et de Godefroid, comte de Vaudémont. Robert est promis de longue date à Iolanta, qu’il ne connaît pas, mais il est tombé amoureux d’une autre femme, Mathilde, et voudrait rompre ses fiançailles. (Air de Robert « Qui peut égaler ma Mathilde ? »)

Tchaikovski Iolanta air de Robert qui peut égaler ma MathildeCliquez sur Robert

Malgré l’interdiction qui figure à l’entrée du jardin, ils entrent et découvrent Iolanta endormie. Godefroid en tombe immédiatement amoureux (Air de Godefroid « Non ! Les charmes de la beauté agitée ne me disent rien »).

Tchaikovski Iolanta air de Godefroid non la beauté...Cliquez sur Godefroid de Vaudémont

Iolanta se réveille, mais ne reconnaît pas leurs voix. Ils disent être des chevaliers perdus. Robert part, laissant Godefroid seul. Iolanta lui offre à boire. Godefroid lui déclare sa passion, mais elle le repousse. Avant de partir, il demande à Iolanta de cueillir pour lui une rose rouge, qu’il gardera en souvenir d’elle. Mais par deux fois, elle cueille une rose blanche. Godefroid comprend alors qu’elle ne voit pas. Il s’efface, la laissant seule et désemparée. Quand il revient, il veut sécher ses pleurs. Lui demandant à quoi servent les yeux, elle répond qu’ils servent à pleurer. Elle demande ce qu’est la lumière, et il répond que c’est la première merveille de la création (Duo : « Je ne comprends pas ton silence »).

Tchaikovski Iolanta Duo Iolanta VaudémontCliquez sur Iolanta et Godefroid

Le roi arrive avec sa suite. Ils découvrent que Iolanta n’est plus seule dans le jardin. Il est mécontent qu’on ait dévoilé à sa fille son infirmité, mais le docteur dit que c’est peut-être là le salut de sa fille. Le roi dit à Iolanta qu’il est venu avec son médecin pour la guérir, si elle le veut. Pour la convaincre, il use d’un subterfuge, et rappelant que ceux qui entrent dans le jardin encourent la mort, déclare que Godefroid mourra si Iolanta ne retrouve pas la vue.

Iolanta se déclare alors prête et demande ce qu’elle doit faire. Le docteur déclare qu’il lui suffit de désirer ardemment la lumière. Elle se confie aux mains du médecin.

Robert arrive au secours de son camarade ! Godefroid lui rappelle qu’il doit tout avouer au roi, mais Robert a changé d’avis, et se dit prêt à honorer sa promesse, mais que son cœur restera fidèle à Mathilde. Le roi le libère de sa parole donnée, et accepte de donner sa fille à Godefroid si elle recouvre la vue. On annonce que l’opération a réussi et que Iolanta n’est plus aveugle. Bien sûr, quand elle ouvre les yeux, elle ne reconnaît pas ce qu’elle n’a déjà vu. Le médecin lui demande de lever les yeux au ciel. Découvrant le monde, elle demande à son père d’être son protecteur, mais il répond qu’il est trop vieux, et que ce sera Godefroid son protecteur.

Tchaïkovski Iolanta finalCliquez sur l’image

Mes opéras préférés

ARMIDE, de LULLY (1686)

Armide est le dernier opéra de LULLY composé sur un livret de QUINAULT, en 1686. Il est considéré comme étant le grand chef d’œuvre issu de la collaboration entre les deux hommes. Son livret est tiré de la Jérusalem délivrée, (la Gerusalemme liberata) du TASSE, et il a servi un siècle plus tard pour un « concours » entre GLUCK et PICCINI, où les deux compositeurs étaient invités à réécrire un opéra en se servant de ce livret.

Prologue : La Gloire et la Sagesse louent le Héros (c’est à dire Louis XIV) qui incarne ces deux qualités. Elles proposent de raconter l’histoire du chevalier Renaud.

Acte I : La magicienne Armide confie à ses deux suivantes, Phénice et Sidonie, le trouble de son cœur. Si elle a vaincu l’armée des croisés, le chevalier Renaud lui résiste (Air : « Un Songe affreux « ). Lui, pour qui elle devrait n’avoir que haine, a enflammé son cœur. Hydraot, un magicien oncle d’Armide, sentant venir la fin de ses jours, presse sa nièce de se marier.

Lully Armide Armide est encore plus aimableCliquez sur l’image

Armide ne veut pas des chaînes du mariage. Si elle se marie un jour, c’est la Gloire qui choisira son mari : ce sera le vainqueur de Renaud, s’il existe. Alors que l’on célèbre la victoire d’Armide, un messager arrive, un homme, seul, a délivré tous les prisonniers que l’on emmenait. Cet homme, c’est Renaud.

Acte II : Artémidore, un des chevaliers libérés par Renaud, voudrait le suivre, mais Renaud, banni par Godefroid, veut poursuivre seul son chemin. Hydraot et Armide préparent un charme pour tromper Renaud (Duo : « Esprit de haine et de rage »).

Lully Armide Esprit de haine et de rageCliquez sur l’image

Renaud, s’avançant le long d’une rivière, est victime de ce charme. Il ne veut plus partir.

Lully Armide Plus j'observe ces lieuxCliquez sur l’image

Au contraire, il s’endort, et les démons invoqués par les magiciens, déguisés en zéphirs et en bergers, lui chantent les plaisirs de l’amour. Armide paraît pour tuer Renaud, mais quand elle le voit ainsi endormi, elle est subjuguée par l’amour.

Lully Armide enfin il est en ma puissanceCliquez sur Armide

Honteuse de ne pouvoir le tuer, elle demande à ses démons de les transporter tous deux au bout de l’univers.

Acte III : Armide s’interroge : comment a-t-elle pu devenir dépendante de Renaud ? Comme ses suivantes se réjouissent de la victoire d’Armide sur Renaud, Armide chante son trouble. Ce n’est que par un charme artificiel que Renaud l’aime. Entre un amour faux et la haine, Armide choisit la haine, qu’elle invoque. La Haine surgit de l’enfer pour arracher l’Amour qui est dans le cœur d’Armide, mais au dernier moment, celle-ci renvoie la Haine en Enfer, et préfère garder son amour. La Haine la condamne à aimer Renaud toujours.

Acte IV : Le Chevalier Danois, accompagné d’Ubalde porteur d’un sceptre et d’un bouclier magiques capables de dissiper les enchantements d’Armide, paraissent. Des démons ayant pris l’apparence de paysans et de Lucinde, l’aimée du Chevalier Danois, les attirent. Ubalde cherche à prévenir le Chevalier Danois contre ces enchantements, mais en vain. Il touche la fausse Lucinde de son sceptre, et celle-ci disparaît. Au Chevalier Danois qui le félicite de n’avoir pas succombé à la crainte et à l’amour, Ubalde répond que quand la Gloire appelle, il faut laisser l’Amour. Mais un démon apparaît sous les traits de Mélisse, l’aimée d’Ubalde qui, lui, cède à son charme. À son tour le Chevalier Danois le délivre grâce au sceptre magique.

Acte V : Dans le palais d’Armide, Armide et Renaud chantent leur amour. Cependant, Armide, agitée d’un sombre pressentiment, doit consulter les enfers. Elle convoque les Plaisirs qui tiendront compagnie à Renaud en son absence.

Lully Armide passacaille acte VCliquez sur la passacaille

Quand Renaud congédie les Plaisirs, Ubalde et le Chevalier Danois profitent de ce qu’il est seul pour lui dessiller les yeux, grâce au bouclier magique. Godefroid le rappelle dans son armée. Sur le point de partir, Armide revient. Renaud lui annonce que la Gloire qui l’attend est plus forte que l’Amour. Armide convoque les démons pour qu’ils détruisent son palais, symbole de son amour perdu.

Lully Armide le perfide Renaud me fuitCliquez sur Armide

 

Mes opéras préférés

PETER GRIMES, de BRITTEN (1945)

Avec son premier opéra, Benjamin BRITTEN a frappé un grand coup, réveillant tel un prince charmant une institution anglaise assoupie depuis plus de deux siècles, depuis Henry PURCELL.

Fruit d’une commande du chef d’orchestre Serge KOUSSEVITSKI, Peter Grimes est créé à Londres en 1945, et c’est très vite installé dans le répertoire d’opéras du XXe siècle.

L’action se passe à Aldeburgh, dans le Suffolk cher à Britten. Et c’est à Aldeburgh qu’il créera quelques années plus tard un festival d’opéras.

Acte I : L’action commence au tribunal, où on juge le marin Peter Grimes, accusé de la mort de son apprenti sur son bateau. C’est l’occasion de présenter tous les habitants de ce village de pêcheurs. Ned Keene : le pharmacien, le révérend Adams : le maire, Auntie (Tantine) : la patronne du pub, Ellen Orford : la maîtresse d’école, Bob le pasteur méthodiste et Balstrode, un capitaine à la retraite. Après les explications de Peter, celui-ci est innocenté par le coroner, qui lui demande toutefois de ne plus prendre d’apprenti. Peter, soutenu par Ellen, veut un vrai procès, pour se laver de ce qu’on l’accuse à mots couverts (les villageois lui reprochent de vivre seul, sans femme) (Duo : « My voice out of the pain ».)

Le soir, au marché au poisson, villageois et pêcheurs se donnent rendez-vous devant le pub d’Auntie (Chœur : « Oh hang at open doors ».)

Britten Peter Grimes Oh, hang at open doorsCliquez sur la pochette de disque

Arrivent, notamment, le maire et le pasteur qui viennent voir les « nièces » de Tantine, dont l’établissement est un peu plus qu’un pub. Tout le monde s’amuse quand Peter Grimes revient de la pêche. Ned lui annonce qu’il a trouvé pour lui à l’hospice un nouvel apprenti. Le voiturier refuse d’aller le chercher, mais Ellen, s’opposant aux préjugés des villageois, propose d’y aller avec lui (Air : « Let her among, you ».)

La tempête venant du large menace le village. Tout le monde va se mettre à l’abri dans le pub. Seul Peter Grimes préfère la tempête. Il veut en mettre plein la vue aux villageois, qui ne s’intéressent qu’à l’argent, en faisant une très bonne pêche et en devenant riche avec sa cargaison. Il pourra alors se marier avec Ellen (Air : « What harbour shelters peace ».)

À l’heure de fermer le pub commence une scène de débauche avec les nièces d’Auntie, le méthodiste ne résistant pas à leurs charmes. (Chœur : « We live and let live ».) Ned arrive avec un médicament pour la veuve qu’il doit soigner, suivi de Peter qui tient des propos obscurs sur les étoiles et les constellations (Air : « Now the Great Bear ».)

Britten Peter Grimes Now the great bear

Les villageois entonnent un chant populaire pour chasser le trouble qu’a fait naître Peter  avec sa chanson (Chœur : « Old Joe has gone fishing »), mais Peter complète ce chant en ajoutant que lui est allé à la pêche, mais que c’est la mort qu’il y a rencontrée.

Britten Peter Grimes Ole John has gone fishingCliquez sur le pub

Ellen arrive enfin avec le nouvel apprenti. Peter Grimes sort avec lui, sous la réprobation de tous.

Acte II : Le dimanche matin, les villageois se rendent à la messe. Ellen veut profiter de ce moment pour discuter avec John, le jeune mousse de Peter, mais celui-ci ne répond pas (Air : « Glitter of waves ».) Elle espère que son arrivée sera l’occasion d’un nouveau départ pour Peter Grimes (et elle-même). Elle s’alarme en découvrant des bleus sur le corps de John. Peter Grimes arrive et réclame l’enfant, car il a vu un banc de poisson et veut partir pêcher. Ellen lui reproche de l’avoir fait travailler toute la semaine sans repos, et de ne pas respecter le jour du Seigneur. Elle lui demande à quoi tout cela va servir. Peter explique que le fruit de son travail va lui apporter un foyer et le respect, mais il apparaît que leur stratégie pour faire taire les commérages a échouée. La vieille rombière a vu les traces de coups sur John et en a parlé, si bien que quand les villageois sortent de l’église, ils sont tous persuadés que « Grimes a recommencé ». Ils accusent Ellen de complicité avec Peter. Elle leur explique ses projets (Ensemble : « We planned that their lives should have a new start »), mais les villageois lui répondent qu’elle doit être soit avec eux, soit contre eux.

Britten Peter Grimes We planned that their livesCliquez sur l’image

Ils décident d’aller voir Peter à sa cabane (Chœur : « Now is gossip put on trial ».) Les femmes restent seules. Elles se plaignent de servir de réconfort aux hommes dans la tempête, mais qu’après, ils repartent toujours (Chœur : « From the gutter, why should we trouble ».)

Britten Peter Grimes From the gutter, why should weCliquez sur les « nièces » de Tantine

Peter Grimes veut repartir en mer avec John. Il veut faire la pêche de sa vie pour devenir riche et pouvoir ainsi se marier avec Ellen et faire taire les villageois. Les entendant arriver, il prend peur, croyant que John l’a dénoncé. Il lui demande de descendre de la falaise pour aller au bateau, mais John tombe de la falaise. Peter Grimes s’enfuit et les hommes entrent dans sa cabane, vide. Ils la trouvent propre et bien tenue et s’en vont, rassurés.

Acte III : Les villageois s’amusent devant le pub d’Auntie. Mrs Sedley vient dire que l’on n’a vu ni Peter, si son mousse. Elle pense que Peter l’a tué, mais Keene ne veut pas l’écouter. Les vieux quittent la fête (Chœur : « Good night ».)

Le bateau de Peter est rentré au port. Ellen trouve le gilet qu’elle a brodé pour le mousse et s’inquiète (Air : « Embroidery in childhood ».)

Britten Peter Grimes Embroidery...Cliquez sur Ellen

Elle part à la recherche de Peter avec Balstrode. Mrs. Sedley lance la chasse (Chœur : « Who holds himself apart ».)

Britten Peter Grimes Who holds himself apartCliquez sur l’image

Leurs cris éveillent Peter qui s’était endormi près de son bateau. Il réfléchit à son destin et commence à délirer (Air : « There you are. Nearly home » [« Tu es arrivé, tu es presque à la maison »].)

Britten Peter Grimes There you areCliquez sur Peter

Ellen et Basltrode le trouvent. Balstrode lui dit de prendre le large avec son bateau et de le couler. Là, il trouvera enfin son foyer tant cherché.

Le lendemain matin, les pêcheurs s’apprêtent à prendre la mer. On signale qu’un bateau a fait naufrage pendant la nuit (Chœur : « To those who pass the Borough ».)

Britten a repris les interludes orchestraux pour en faire une suite d’orchestre.

Britten Peter Grimes 4 interludesCliquez sur la suite d’orchestre