Mes opéras préférés

LOHENGRIN, de WAGNER (1850)

Lohengrin est le dernier opéra de Richard WAGNER à être bâti sur un schéma classique, avec grands airs, ensembles et chœurs. Il fut créé en 1850 à Weimar sous la direction de LISZT. Wagner écrivait lui-même ses livrets en puisant ses sujets dans les légendes. Pour Lohengrin, il a puisé dans le corpus des légendes germaniques, notamment dans le Parsifal de Wolfram von ESCHENBACH. (Wagner rendra hommage à W. von Eschenbach en en faisant un des héros d’un autre de ses opéras: Tannhaüser.)

Lohengrin, donc, est une adaptation de la légende du Chevalier au cygne et était une des « folies » du roi Louis II de Bavière, qui s’est fait construire le château de Neuschwanstein à partir de cette légende.

Suivant la classification de G.B.SHAW, nous sommes ici dans la structure classique (S+T)/(M+B) où une soprano (Elsa) et un ténor (Lohengrin) s’aiment, et sont empêchés par une mezzo (Ortrud) et un baryton (Telramund).

Prélude :

Wagner Lohengrin PréludeCliquez sur l’image

Acte I : L’action se passe à la cour des ducs de Brabant. On annonce la venue de l’empereur de Germanie. Après neuf ans de paix avec les voisins de l’Est, l’ennemi hongrois est de nouveau aux frontières. Il faut ressouder l’empire. L’empereur Heinrich demande à Friedrich de Telramund de lui expliquer ce qui se passe au duché de Brabant, qui n’a plus de chef. Telramund explique qu’à la mort du duc de Brabant, celui-ci lui a confié ses deux enfants, Elsa et Gottfried. Mais un jour, le fils a disparu. Telramund accuse Elsa d’avoir tué son frère. Devant tant de félonie, il a renoncé à la main d’Elsa, que le duc lui avait promise en mourant, et s’est marié avec Ortrud [1]. Telramund réclame le duché à l’empereur. On appelle Elsa à comparaître. Pour sa défense, elle explique qu’elle a prié Dieu, et qu’elle a alors eu la vision d’un pur chevalier qui lui a apporté le réconfort (Air : « Einsam in trüben Tagen ».)

Wagner Lohengrin le songe d'Elsa Einsam in trüben TagenCliquez sur Elsa

L’empereur veut lui faire subir le jugement de Dieu lotrs d’un tournoi contre Telramund. Elsa réclame ce chevalier pour la défendre. Le héraut appelle les participants au tournoi, mais personne ne vient défendre Elsa. Elsa recommence sa prière à Dieu, et un chevalier apparaît sur une nacelle tirée par un cygne.

Le chevalier, renvoyant son cygne, salue l’empereur. Il déclare qu’il est venu défendre Elsa. Elle déclare qu’elle s’offre à lui s’il la défend. Il accepte, à une condition, qu’elle ne cherche jamais à savoir ni son nom, ni d’où il vient. Elsa le promet. Il se propose donc d’être son chevalier servant pour le jugement de Dieu. Le duel peut commencer. Le chevalier gagne. Il offre à Telramund la vie sauve, pour qu’il puisse se racheter. Tous félicitent Elsa et le chevalier. Seule Ortrud, à l’écart, se demande qui peut être ce chevalier.

Acte II : Le lendemain matin, Ortrud et Telramund, bannis, se préparent à partir. Ortrud veut rester pour se venger. Telramund lui reproche d’avoir tout perdu pour avoir suivi ses mauvais conseils. C’est sur son témoignage qu’il a accusé Elsa. Ortrud prétend alors que le chevalier inconnu n’est pas un envoyé de Dieu, et qu’il a vaincu Telramund par magie. Elle lui dit que ses pouvoirs magiques disparaîtront s’il lui retranche une partie, fût-elle minime, de son corps. Ils décident alors, dans un beau duo, de se venger.

Elsa arrive, chantant son bonheur et son amour. Ortrud l’appelle, faussement repentante, et lui dit comme elle et Telramund sont malheureux. Elle accuse Elsa d’être coupable de leur malheur. Elsa, qui est toute bonté, pardonne, et va jusqu’à inviter Ortrud à l’accompagner à l’église, le lendemain, pour son mariage. Ortrud jubile en son for intérieur et prie ses dieux à elle, Wotan et Freia (Tiens, ça ne vous rappelle rien ?). Insidieuse, Ortrud annonce à Elsa un malheur à venir, dont elle voudrait la protéger. Son chevalier inconnu pourrait bien la quitter, repartir comme il est venu. Mais Elsa ne doute pas de lui.

Wagner Lohengrin duo Elsa Ortrud Acte IICliquez sur Elsa et Ortrud

Au lever du jour, le héraut proclame le bannissement de Telramund et Ortrud ainsi que le mariage du chevalier avec Elsa. Le chevalier a renoncé au titre de duc de Brabant, aussi ne sera-t-il « que » Protecteur du Brabant. Dès le lendemain, il se mettra en route pour défendre l’empire germanique de l’invasion des Hongrois à l’Est. Les nobles protestent contre ce départ précipité, mais n’y peuvent mais. Telramund apparaît et déclare qu’il s’y opposera. Elsa arrive pour la cérémonie du mariage, mais Ortrud apparaît, richement vêtue, et réclame la première place. Elle prétend être la femme d’un homme reconnu de tous, alors que personne ne sait qui est le mari d’Elsa. Elle accuse même le chevalier d’être un magicien. L’empereur et le Protecteur du Brabant paraissent. Elsa explique au chevalier qu’elle a pardonné à Ortrud et l’a invitée. Celui-ci lui demande alors si le poison du doute s’est insinué en elle. Telramund apparaît et accuse à son tour le chevalier d’avoir été déloyal lors du jugement de Dieu, et d’avoir vaincu par magie. Il lui demande de révéler son nom et son origine, mais le chevalier refuse. Seule Elsa aurait le droit de le lui demander. Elsa renouvelle sa confiance en son fiancé et ils entrent dans l’église.

Acte III : Elsa et son mari entrent dans le palais, accompagnés par la fameuse marche nuptiale. Ils se disent leur amour dans un beau duo. Comme le chevalier l’appelle par son nom à elle, Elsa commence à suggérer qu’il pourrait lui dire son nom à lui, qu’il lui serait doux de le prononcer. Il lui répond alors qu’il l’estimera de savoir respecter sa promesse, et révèle qu’il a sacrifié pour elle la plus belle destinée du monde.

Wagner Lohengrin début acte IIICliquez sur Elsa et Lohengrin

Mais ces propos, au lieu de l’encourager, tombent dans le terreau du doute préparé par Ortrud, et Elsa commence à s’imaginer qu’il pourrait la quitter pour retrouver cette si haute destinée. Dans un moment de doute, elle pose la question fatale. Dans une pièce voisine, Telramund et quatre hommes se tenaient en embuscade. Le chevalier tue Telramund et il ordonne à ses complices de porter son corps devant l’empereur.

L’empereur remercie les hommes d’être venus si nombreux et demande où est le Protecteur du Brabant, qui doit les conduire au combat. Quand celui-ci arrive, derrière le cadavre de Telramund, il annonce qu’il ne vient pas en combattant, mais en accusateur. Il accuse sa femme d’avoir trahi sa promesse. Il va maintenant révéler son nom à tous, puisque c’est Elsa, la seule personne à pouvoir le faire, qui lui a posé la question. Il dit qu’il vient d’un pays lointain, du château de Montsalvat, qui abrite le temple du Graal. Le Graal répand sa foi sacrée sur la chevalerie. Lui est le fils de Parsifal, et il se nomme Lohengrin.

Wagner Lohengrin In fernem Land... Mein lieber SchwanCliquez sur Lohengrin

Au moment de partir avec son cygne, qui est revenu le chercher, il dit encore que sous cette forme, c’est le jeune Gottfried qui est là, métamorphosé par la magicienne Ortrud. Il annonce son retour à venir, et remet à Elsa un cor, une épée et un anneau à destination de son frère. Ortrud avoue qu’elle a agi ainsi pour venger ses anciens dieux. Le cygne se métamorphose alors en Gottfried. Lohengrin le présente à l’assemblée comme étant le duc de Brabant, leur chef, et il s’éloigne.

[1] Note pour les metteurs en scène : en habillant Elsa de blanc et Ortrud de noir, on obtient un très joli effet, et en plus, le spectateur comprend qui sont les gentils et qui sont les méchants.

Lohengrin sera proposé sur le site du MET le 19 mai 2020.

Cinématographe, littérature, Mes opéras préférés, Publicité

MADAME BUTTERFLY, de PUCCINI (MADAMA BUTTERFLY)

Composé d’après une nouvelle américaine tirée d’ « une histoire vraie », Madame Butterfly (Madama Butterfly) a été composé entre 1902 et 1903, avant d’être créé en 1904 à La Scala de Milan. Ce fut un échec, et PUCCINI et ses librettistes ont dû remanier l’opéra, avant de le remonter à Brescia, cette fois avec succès.

Il faut noter que Pierre LOTI avait écrit un roman Madame Chrysanthème, racontant en partie son voyage au Japon et son mariage « temporaire ». Un premier opéra en a été tiré dès 1893 avec une musique de MESSAGER.

Acte I : À Nagasaki, Goro fait visiter à Pinkerton, jeune lieutenant de la marine américaine, une maison en haut de la falaise, face à la mer. Il lui présente les domestiques et on attend la mariée. Le consul américain, Sharpless, arrive. Pinkerton lui explique qu’il a signé un contrat de 99 ans, dont il peut se sortir unilatéralement à la fin de chaque mois. Et qu’il en est de même avec le contrat de mariage qu’il s’apprête à signer ! (Air: « Dovunque al mondo, lo yankee vagabondo« .)

Puccini Butterfly Dovunque al mondoCliquez sur l’image

Sharpless le prévient de ne pas blesser le « papillon » qu’il prend pour femme. Pinkerton boit au jour de son vrai mariage, avec une Américaine. Cio-Cio-San arrive, toute joyeuse. (Air: « Ecco! Son giunte al sommo del pendio ».)

Puccini Butterfly Ecco. Son giunte al sommo del pendioCliquez sur l’image

On la surnomme Madame Butterfly à cause de sa beauté fragile comme celle du papillon. Répondant aux questions que les deux hommes lui posent, elle explique qu’elle a connu la richesse, mais que sa mère aujourd’hui vit dans la misère, et que son père est mort. Le commissaire impérial et la famille arrivent. Les cousines cancanent, et pronostiquent un divorce. Goro leur demande de se taire. Butterfly déballe son maigre paquetage, contenant tous ses biens, des mouchoirs, un éventail… ainsi qu’un étui long et étroit qu’elle porte directement dans la maison. Goro explique que c’est un sabre offert par le mikado à son père, avec l’ordre de se faire hara-kiri. Elle annonce qu’elle a adopté la religion de son mari. Une fois le mariage prononcé commence la fête. Arrive son oncle, le bonze qui, furieux de ce mariage, la renie. Les invités partis, Butterfly se met en vêtements de nuit, et l’acte se termine par un duo d’amour entre elle et Pinkerton. (Duo : « Viene la sera ».)

Puccini Butterfly Viene la seraCliquez sur l’image

Acte II : Suzuki prie ses dieux que Butterfly arrête de pleurer. On apprend que l’hiver venu, Pinkerton est parti en mission, laissant derrière lui Butterfly, promettant de revenir au printemps. Pendant trois ans, elle a attendu son mari, en élevant l’enfant qu’elle a eu de lui. Le consul Sharpless lui apporte une lettre de Pinkerton. Elle lui dit que, fidèle, elle a refusé les propositions d’un riche mariage, qui améliorerait sa situation. Au Japon, l’abandon vaut divorce. Elle répond que, dans son pays, l’Amérique, les choses ne se passent pas comme cela. Tout le monde est atterré en l’entendant s’accrocher ainsi à ses espoirs. Tous les jours, elle regarde la mer, espérant voir la fumée du navire qui lui ramènera son mari (Air : « Un bel di, vedremo ».)

Puccini Butterfly Un bel di vedremo CallasCliquez sur l’image

Sharpless essaie de la prévenir que la réalité pourrait être moins belle. Que se passerait-il si Pinkerton ne voulait pas la revoir à son retour? Elle dit qu’alors elle se tuerait plutôt que de redevenir geisha. Elle rentre dans sa maison en portant son enfant que Pinkerton ne connaît même pas. (Air : « Che tua madre dovrà ».)

On voit le bateau qui revient. Cio-Cio-San fleurit sa maison et se fait belle pour accueillir son mari.

Acte III : Épuisée, Butterfly qui a attendu son mari toute la nuit s’endort au petit matin. Pinkerton paraît, accompagné de Sharpless. Suzuki vient le prévenir que sa femme l’attend, mais honteux, il n’a pas le courage de venir la retrouver. addio, fiorito asil

Puccini Butterfly Addio fiorito asilCliquez sur l’image

Suzuki découvre que Pinkerton est venu avec sa femme américaine, Kate. Ils la chargent de prévenir Butterfly qu’il veut repartir aux États-Unis avec son fils japonais.

Butterfly arrive. En voyant Kate, elle comprend la vérité. Elle accepte de quitter son enfant, pour lui éviter une vie de déshonneur au Japon, mais demande que Pinkerton vienne chercher lui-même son fils. Au lever du jour, elle prend le sabre de son père. Suzuki fait entrer l’enfant. Après un adieu à son fils, elle prend le sabre, lit l’inscription sur la lame « Qui ne peut vivre dans l’honneur doit mourir avec honneur » et se tue. (Air : « Con onor muore ».)

Puccini Butterfly Con onor muoreCliquez sur l’image

Au moment où elle meurt, Pinkerton, saisi par le remords, arrive et crie son nom, mais il est trop tard.

Enfin, signalons que Frédéric MITTERRAND a porté cet opéra à l’écran.

Et le célébrissime « Un bel di vedremo » a évidemment servi de support à un certain nombre de publicités :

Puccini Madame Butterfly pub

littérature, Mes opéras préférés, Mythologie, Théâtre

HIPPOLYTE ET ARICIE, de RAMEAU (1733)

Tragédie lyrique de RAMEAU, inspirée du Phèdre (1676) de RACINE (la première version de cette pièce s’appelait Phèdre et Aricie). Elle a été créée en 1733 à l’Académie Royale de Musique de Paris.

C’est à la création de cette œuvre qu’a commencé la Querelle des Lullystes et des Ramistes.

Prologue : Diane et Amour se disputent pour savoir laquelle régnera sur le cœur des habitants de la forêt d’Erymanthe. (Duo : « Non, je ne souffrirai pas »). Jupiter paraît et tranche pour Amour. Il demande à Diane de respecter les arrêts du Destin. Elle accepte de protéger Hippolyte et Aricie.

Acte I : Dans le temple de Diane, Aricie s’apprête à prononcer ses vœux à Diane (Air : « Temple sacré, séjour tranquille ».)

Rameau Hippolyte et Aricie Temple sacré

Hippolyte, qui aime Aricie, cherche à l’en dissuader. (Les prêtresses de Diane devaient être vierges et le rester.) L’entendant, Aricie comprend que son amour sera perdu après ses vœux, et les deux jeunes gens prient Diane de veiller sur eux (Duo : « Tu règnes sur nos cœurs ».) La reine Phèdre, épouse de Thésée et amoureuse de son beau-fils Hippolyte (Hippolyte est le fils de Thésée et d’une amazone), soupçonnant Aricie d’aimer Hippolyte en retour, ordonne que l’on détruise le temple (Air : « Périsse la vaine puissance ».) Diane apparaît pour protéger les deux amoureux (Air : « Ne vous alarmez pas … ».) Un messager annonce que Thésée est descendu aux Enfers. La reine entrevoit que si son amour pour Hippolyte devient possible, elle joue à quitte ou double ou l’amour ou la mort.

Acte II : Aidé par son père Neptune, Thésée est descendu aux Enfers porter secours à son ami Pirithoüs (Air : « Puisque Pluton est inflexible ».)

Rameau Hippolyte et Aricie Puisque Pluton est inflexible

Thésée s’oppose à une furie, puis à Pluton et sa cour infernale. Pluton condamne le héros à partager les supplices de son ami. Thésée, prêt à partager le sort de Pirithoüs, invoque son père, qui lui avait offert trois vœux à exaucer, pour retrouver le jour. Mercure vient rappeler à Pluton le serment de Neptune. Pluton accepte donc de laisser partir Thésée, mais il ordonne aux Parques de lui révéler son destin (Trio : « Quelle soudaine horreur ton destin nous inspire ».)

Rameau Hippolyte et Aricie Quelle soudaine horreur

Acte III : Phèdre attend Hippolyte et veut lui déclarer son amour (Air : « Cruelle reine des amours ».) Hippolyte avoue son amour pour Aricie, déclenchant la fureur jalouse de la reine (Duo : « [Ma fureur va tout/ Gardez-vous de rien] entreprendre ».)

Rameau Hippolyte et Aricie final Ma fureur va tout entreprendre

Comprenant alors les sentiments de sa belle-mère, Hippolyte réclame aux dieux un châtiment pour elle. Phèdre lui demande de la tuer pour tuer son amour coupable.

De retour des Enfers, Thésée demande des explications. Hippolyte ne peut répondre, ne voulant pas accuser Phèdre. La confidente de la reine accuse Hippolyte et Thésée réclame à Neptune un châtiment pour son fils (air : « Puissant maître des flots ».)

Rameau Hippolyte et Aricie Puissant maître des flots

Acte IV : Dans un bois, Hippolyte se lamente (Air : « Ah, faut-il en un jour… ».) Aricie le rejoint. Les deux jeunes gens demandent à Diane de bénir leur union (Duo : « Nous allons nous jurer … ».) Les sujets de Diane se réjouissent quand soudain, Neptune envoie un monstre marin qui emporte Hippolyte. Phèdre attirée par les cris se sent coupable (Air : « Quelle plainte en ces lieux m’appelle? ».)

Rameau Hippolyte et Aricie final acte IV

Acte V : Thésée a vu Phèdre mourir, mais avant de se donner la mort, elle a lui dévoilé la vérité et il veut se jeter à la mer. Neptune l’en empêche et lui révèle qu’Hippolyte a en fait été sauvé par Diane. Il condamne Thésée à ne plus jamais revoir son fils. Dans la forêt, Aricie se lamente, avant que Diane ne lui annonce l’arrivée d’un héros, qui n’est autre qu’Hippolyte (Duo : « Est-ce vous que je vois? ») Les habitants de la forêt se réjouissent (Chœur : « Chantons sur la musette »)

Rameau Hippolyte et Aricie Chantons sur la musette

et Diane clôt l’œuvre (Air et chœur : « Que tout soit heureux sous les lois ».)

(source : article écrit en regardant le DVD du concert d’Astrée.)

Cinématographe, Mes opéras préférés

RIGOLETTO de VERDI

Rigoletto est un des nombreux opéras inspiré par Victor HUGO. Il a été créé en 1851 à La Fenice de Venise. Rigoletto est le premier opéra de l’impressionnante trilogie de VERDI, puisqu’en 1852 Verdi écrit Le Trouvère, et en 1853 La Traviata. Trois chefs-d’œuvre en trois ans.

Rigoletto a été écrit sur un livret de PIAVE d’après, donc, Le roi s’amuse. Victime de la censure autrichienne, l’action de VH a été transposée à la cour du duc de Mantoue.

À propos de l’air « La donna e mobile », Verdi, qui avait peur du piratage de son œuvre (déjà!), n’a remis sa partition au soliste et aux instrumentistes que la veille de la création. L’histoire lui a donné raison puisque dès le lendemain, tout le monde chantait cet air dans les rues, qui est devenu depuis un des plus connus de Verdi.

Suivant la classification de G.B.SHAW, on peut dire qu’on est dans le schéma classique (S+T/B), puisque Gilda (Soprano) et le duc (Ténor) s’aiment et que Rigoletto (Baryton) cherche à empêcher cet amour.

Acte I : Lors d’un bal chez le duc de Mantoue, le duc confie à son ami Borsa qu’il a des vues sur une belle femme qu’il voit à la messe depuis trois mois, et à qui un mystérieux inconnu rend visite tous les soirs.

Verdi Rigoletto Questa o quella per me pari sono

À Borsa qui lui fait remarquer les beautés présentes au bal, le duc répond avec cynisme qu’il est prêt à les aimer toutes, et qu’il n’est pas fait pour la constance. Voyant la comtesse Ceprano, il sort avec elle, devant son mari furieux. Rigoletto, le bouffon bossu du duc ridiculise alors le comte Ceprano. Arrive Marrulo, porteur d’une nouvelle : Rigoletto aurait une maîtresse ! Rigoletto rentre avec la comtesse et le duc, et il lui suggère différentes manières de se débarrasser du comte Ceprano. Le comte crie vengeance, et donne rendez-vous le lendemain à ses amis pour exercer cette vengeance. Arrive alors le comte de Monterone, dont la fille a été déshonorée par le duc de Mantoue. Au lieu de lui répondre, le duc envoie Rigoletto se moquer du comte, qui maudit le duc et son bouffon. Les gardes du duc arrêtent le comte et Rigoletto reste seul, horrifié par la malédiction.

Dans le fond d’une impasse, Rigoletto rentre chez lui, encore très affecté par la malédiction qu’il a reçue. Un spadassin, Sparafucile, vient lui offrir ses services, mais Rigoletto lui répond qu’il n’en a pas besoin pour le moment, mais lui demande où on peut le trouver, à l’occasion. Rigoletto entre chez lui où l’attend sa fille Gilda.

Verdi rigoletto Figlia, mio Padre

Il lui recommande bien de ne pas sortir, mais Gilda répond qu’elle ne sort que pour aller à la messe.

Entendant du bruit dans la ruelle, Rigoletto va voir à la porte. Le duc en profite pour entrer dans la cour et se cacher. En écoutant parler Gilda et Rigoletto, il comprend que Gilda est la fille de Rigoletto. Rigoletto sorti, il se déclare à Gilda, se faisant passer pour un jeune homme pauvre et amoureux, Gualtier Maldé. Gilda, qui l’avait déjà remarqué à l’église en est déjà amoureuse (Air : Caro nome)

Verdi Rigoletto Caro nome

Une troupe arrive, guidée par Ceprano. Ils viennent pour se venger de Rigoletto en enlevant celle qu’ils croient être sa maîtresse, mais Rigoletto étant revenu, ils lui font croire que c’est la comtesse Ceprano qu’ils viennent enlever. Rigoletto se mêle à eux, on lui bande les yeux pendant qu’il tient l’échelle qui servira à l’enlèvement. Ils enlèvent Gilda, et l’emportent, mais celle-ci laisse tomber son écharpe. Quand, resté seul, Rigoletto enlève son bandeau et trouve l’écharpe, il comprend le début de sa malédiction.

Acte II : Dans son palais, le duc est désespéré, on a enlevé l’objet de son amour. Borsa et la petite troupe arrivent, et racontent qu’ils ont enlevé la maîtresse de Rigoletto, et qu’ils l’ont emmenée au palais. Le duc comprend qu’il s’agit de Gilda et sort pour la retrouver. Survient Rigoletto, cherchant partout sa fille. Entendant un page dire qu’il ne faut pas déranger le duc, il comprend qu’il est occupé avec sa fille. Il tombe en pleurs et s’humilie devant les courtisans.

Verdi rigoletto Cortigiani, vil razza dannata

Gilda rentre et se précipite dans les bras de son père. Elle lui confesse son amour pour le duc.

Verdi Rigoletto Mio Padre Tutte le feste

 

Rigoletto est effondré. Passe le comte de Monterone que l’on conduit en prison. Monterone déclare que puisque sa malédiction n’a pas eu d’effet sur le duc, que celui-ci vive heureux, mais Rigoletto déclare qu’il sera, lui, le bras de la vengeance du comte (Air : « Si, vendetta, tremenda vendetta »).

Verdi rigoletti Si vendetta tremenda vendetta

Acte III : Rigoletto conduit Gilda près d’une taverne qui sert de repère à Sparafucile. Il montre à sa fille le duc qui vient d’arriver et chante son mépris des femmes (Air : « La Dona e mobile ».)

Verdi rigoletto La donna è mobile

Puis vient la sœur de Sparafucile, à qui le duc déclare son amour. Gilda réalise que le duc ne l’aimait pas, contrairement à ses belles paroles. Rigoletto l’envoie chercher un sac d’or à la maison, et lui recommande d’aller l’attendre à Vérone. Quand Gilda sort, Rigoletto commande l’exécution du duc auprès du tueur, dix pièces d’or à la commande, le solde à la remise du cadavre. La jeune femme et son frère conduisent le duc dans une chambre, mais elle trouve le duc trop beau garçon et essaie de convaincre son frère de ne pas le tuer. Ils se mettent d’accord : si quelqu’un se présente avant minuit à l’auberge, ils tueront ce passant à la place du duc. Gilda, qui était revenue et a tout entendu, décide de se sacrifier pour sauver le duc, qu’elle aime malgré tout. Elle frappe à la porte et entre, et c’est elle qui tombe sous les coups du reître. Rigoletto veut alors jeter au fleuve le corps dissimulé dans un sac, mais il entend au loin la voix du duc. Effrayé, il ouvre le sac, et y trouve Gilda mourante qui lui révèle son sacrifice.

Verdi Rigoletto V'ho ingannato, colpevole fui

Rigoletto comprend alors la deuxième partie de sa terrible malédiction.

On peut entendre l’air « Caro nome » dans la BOF du film de Woody ALLEN Match Point.

Match pointCliquez sur l’affiche

Et puisque je suis dans les bonus, je ne peux résister à cette version alternative de l’air « Caro nome »

salvador juanita banana

Cinématographe, littérature, Mes opéras préférés, philosophie

LA MORT À VENISE, de BRITTEN (DEATH IN VENICE)

Dernier des opéras écrits par Benjamin BRITTEN, d’après la nouvelle éponyme de Thomas MANN, créé en 1973 au festival d’Aldeburgh, le titre original est Death inVenice. Il s’agit du testament opératique de Britten, qui écrivait là aussi un des derniers rôles pour son compagnon Peter PEARS.

Acte I : À Munich, en 1911, l’écrivain Aschenbach est en panne d’inspiration. Mais pour lui, ne plus écrire, c’est la mort. Devant un cimetière, un étranger passe, qui lui donne des envies de Sud et de soleil.

Sur le bateau qui le mène à Venise, l’attitude frivole et choquante des jeunes et d’un vieux beau le dégoûte.

Arrivé à Venise, un gondolier étrange, qui n’est pas sans évoquer Charon, le mène directement à son hôtel. Arrivé à l’hôtel, le gondolier disparaît sans réclamer son dû. Le directeur lui présente sa chambre. Resté seul Aschenbach se demande s’il a bien fait de venir à Venise. À l’heure du dîner, les clients de l’hôtel arrivent, racontant leur journée. Parmi eux, Aschenbach est frappé par la beauté d’un jeune adolescent.

Sur sa terrasse, qui donne sur la plage, l’écrivain étouffe à cause du temps qu’il fait. Il songe à quitter Venise, mais le spectacle des enfants jouant sur la plage, et surtout du jeune homme déjà remarqué, l’en dissuade. Il apprend le nom du jeune Éros polonais, Tadzio.

Britten Death in Venice Tadzio

Assailli par les vendeurs à la sauvette et les mendiants, victime du sirocco, Aschenbach est tenté de rentrer chez lui, mais le lendemain matin, arrivé à la gare, il apprend qu’on a envoyé ses bagages dans une autre ville par erreur. Il rentre à son hôtel.

Les enfants jouant sur la plage font plonger Aschenbach dans une rêverie.

Britten Death in Venice jeux sur la plage

 

Il se trouve sur une plage grecque, où l’on célèbre le culte d’Apollon. Tadzio remporte tous ces « jeux antiques ». Le spectacle redonne l’inspiration à l’écrivain, mais alors qu’il voudrait féliciter le vainqueur, il n’y arrive pas. Il se rend compte qu’il est tombé amoureux du jeune homme.

Acte II : Aschenbach réfléchit à ses sentiments envers le jeune garçon. Au salon de coiffure de l’hôtel, il apprend du capilliculteur que les clients s’en vont, à cause de la maladie qui se répand sur la ville. Voyant arriver Tadzio et sa famille, il ne veut pas qu’ils soient mis au courant de l’épidémie, de peur qu’ils ne quittent la ville eux aussi. Il les suit à la messe à Saint Marc, puis sur le chemin du retour à l’hôtel, se mêlant à la foule peut-être déjà touchée par l’épidémie.

Une troupe de comédiens ambulants vient donner un spectacle. Aschenbach cherche à savoir la vérité sur la maladie, mais le chef de la troupe respecte les consignes officielles, il faut se taire pour ne pas faire fuir les touristes.

Les gens précipitent leur départ. À Aschenbach qui demande pourquoi, un employé finit par lui dire la vérité, une épidémie de choléra se répand sur Venise. Aschenbach est maintenant convaincu de prévenir la famille de Tadzio de quitter la ville. Mais au moment de parler à sa mère, il ne peut rien dire, ce qui l’amène à se poser des questions sur l’art et/ou le sens moral.

Il s’endort et fait un songe, où s’affrontent les côtés apolliniens et dionysiens de sa personnalité. (Pour faire simple, on peut dire que la pensée dionysienne est liée à la nature et à l’ivresse de l’instant présent alors que la pensée apollinienne est centrée sur la raison, et sur la culture qui prend le pas sur la nature.)

Britten Death in Venice Dionysos

À son réveil, il retourne au salon de coiffure se refaire une jeunesse, avant de suivre Tadzio dans la ville. Celui-ci le remarque, mais ne dit rien. Fatigué, Aschenbach s’arrête et achète des fraises, mais celles-ci sont moisies, ce qui lui inspire une réflexion philosophique sur la passion, la sagesse, la connaissance, la disparition.

Le directeur de l’hôtel constate que tous les clients quittent son établissement. Aschenbach apprend ainsi que la famille de Tadzio va regagner la Pologne. Il meurt, seul, à l’hôtel.

(Note : Les personnages qui figurent en gras dans le texte ci-dessus sont chantés par un seul chanteur, double du héros qui lui révèle ce qu’il ne veut pas (sa)voir consciemment. Le rôle de Tadzio est un rôle muet, et est joué par un danseur.)

N.B. la nouvelle originale de Mann a également inspiré VISCONTI pour son très beau film Mort à Venise, film dont la B.O. a révélé au grand public l’adagietto de la 5e symphonie de MAHLER.

Mahler 5e symphonie adagietto

Mes opéras préférés, Théâtre

L’AMOUR DES TROIS ORANGES de PROKOFIEV

Pour ceux qui voudraient regarder l’Amour des 3 oranges sur le site de l’Opéra de Stuttgart (jusqu’au 27 mars), voici un descriptif de ce chouette opéra de Prokofiev.

L’Amour des 3 oranges (1919) de PROKOFIEV (1891 – 1953) est issu d’une commande du directeur de l’Opéra de Chicago. Cet opéra est adapté d’une pièce de la commedia dell’arte du XVIIIe siècle. La mort du commanditaire en retarde la création et c’est finalement sous l’impulsion de Mary GARDEN, la créatrice du rôle de Mélisande dans Pelléas et Mélisande de DEBUSSY (1862 – 1918), que l’opéra sera créé en français et en 1921. C’est ainsi que l’on arrive à un opéra écrit en français sur un sujet italien par un Russe émigré aux États-Unis.

Prologue : La foule se dispute pour savoir quel type de pièce il faut monter, tragédie ou comédie. Les spectateurs sont invités à assister à un nouveau genre de spectacle : l’Amour des 3 Oranges. Ce chœur des tragiques et des comiques ponctuera de ses interventions et commentaires tout le déroulement de l’opéra.

Acte I : Le prince, fils du roi de trèfle, souffre d’une hypocondrie incurable. Le roi, inquiet de voir sa nièce Clarisse monter sur le trône après lui, demande à Truffaldino, son fou, de faire rire le prince pour le sortir de sa mélancolie. Il appelle Léandre, son Premier ministre, qui n’aime pas le prince. Clarisse promet le mariage à Léandre quand elle aura accédé au trône, après la mort du Prince. Léandre lui dit que pour ce faire, il empoisonne petit à petit son esprit avec de la poésie tragique. Clarisse, elle, pense à des moyens plus radicaux, l’opium ou une balle.

Sméraldine, esclave de la sorcière Fata Morgana (la fée Morgane) vient les prévenir que le prince bénéficie de l’appui du mage Tchélio, mais que Fata Morgana les aidera (Trio : Fata Morgana). Tchélio et Fata Morgana jouent le destin de Léandre et du roi aux cartes. La sorcière l’emporte.

Acte II : Les efforts de Truffaldino pour faire rire le prince échouent face à son hypocondrie. On traîne le prince au spectacle (« marche »), qui le laisse pourtant impassible.

Prokofiev 3 oranges marche

Durant le spectacle, Truffaldino s’en prend à Fata Morgana qui s’était invitée et la ridiculise, provoquant le rire du prince. Fata Morgana lui lance un anathème qui le condamne à subir l’amour de trois oranges et partir à leur recherche.

Prokofiev 3 oranges anathème

Le prince, sous l’emprise du sort de Fata Morgana et contre la volonté de son père, veut partir tout de suite chez la sorcière Créonte qui les retient captives.

Acte III : Tchélio invoque le mage Farfarello pour savoir où sont passés le prince et Truffaldino. Celui-ci dit qu’il a envoyé le prince et Truffaldino chez Créonte dans le désert en soufflant sur eux. Les ayant rejoints, Tchélio met en garde le prince contre l’horrible cuisinière qui garde les trois oranges. Il lui donne un ruban magique, et lui recommande de n’ouvrir les oranges que près d’une source.

Les voyageurs arrivant au château de Créonte, se rendent à la cuisine. La cuisinière se dresse devant eux. Pendant que Truffaldino détourne son attention avec le ruban magique, le prince dérobe les trois oranges.

Prokofiev 3 oranges creonte

Le prince et Truffaldino sont à nouveau dans le désert, avec les oranges, devenues énormes. Le Prince, épuisé, s’endort. Truffaldino assoiffé, ouvre une orange pour se désaltérer puis une autre. Il en sort des princesses, qui réclament à boire avant de mourir soif. Truffaldino fuit et le prince reste seul avec la troisième orange, d’où sort la princesse Ninette.

Prokofiev 3 oranges Ninette

L’intervention des Ridicules (du prologue) qui apportent de l’eau la sauve de la mort. Le prince déclare son amour à Ninette et veut l’emmener au palais, mais la princesse ne veut pas y aller habillée comme elle est. Le prince part à la recherche d’une robe digne d’une princesse. Pendant son absence, Sméraldine et Fata Morgana la transforment en rat et Sméraldine prend la place de Ninette. Le prince revient avec le roi qui, trompé par les apparences, oblige son fils à se marier avec la fausse Ninette.

Prokofiev 3 oranges adieux ninette

Acte IV : Tchélio et Fata Morgana se battent à coups d’éclairs et de tonnerre. Les « figures de rêve » interviennent, neutralisent la sorcière et envoient Tchélio sauver le Prince.

La cour salue le roi, le Prince et sa fiancée, mais quand on ouvre le baldaquin, on découvre un gros rat. C’est Ninette, qui ne veut pas céder sa place à l’usurpatrice.

Prokofiev 3 oranges le rat

Tchélio lui rend sa forme humaine. Le roi ordonne que l’on pende Sméraldine, Léandre et Clarice. Fata Morgana vient les chercher et les entraîne dans les entrailles de la Terre. Le peuple se réjouit et célèbre le roi, le prince et la princesse Ninette.

Contes et légendes, histoire, littérature, Mes opéras préférés

TANNHAÜSER, de WAGNER

Il existe deux versions de l’opéra Tannhaüser. La première, écrite en 1845, est créée à Dresde. Wagner s’est inspiré pour le livret de vrais personnages, Wolfram von ESCHENBACH étant un vrai troubadour, qui a écrit un Parzifal que l’on retrouvera dans la geste wagnérienne, et de légendes anciennes. Cette légende avait été reprise notamment par Heinrich HEINE, qui avait déjà fourni l’argument du Vaisseau fantôme.

Une seconde version est composée pour l’Opéra de Paris en 1859, pour répondre aux canons de l’Opéra de Paris, et donnée en 1861. Les membres du Jockey Club avaient en effet l’habitude de venir voir leurs petites amies danser. WAGNER rajoute donc une scène entre l’ouverture et le premier acte, représentant une bacchanale chez Vénus. Mais les membres du Jockey Club qui avaient l’habitude d’arriver au deuxième acte, après avoir soupé, sont furieux de ne pas voir leurs petites amies du ballet danser, et montent une cabale contre lui. Malgré le soutien de Napoléon III, cette production fut un échec (il n’y eut que trois représentations), mais c’est elle qui fera découvrir Wagner aux artistes parisiens (BAUDELAIRE & Co). C’est cette version « rallongée » qui est le plus souvent donnée.

Ouverture : L’ouverture présente les principaux leitmotivs (motifs conducteurs) de l’opéra, soit le thème des pèlerins, puis le Vénusberg, suivi du chant passionné de Tannhaüser, accompagné de la menace des chevaliers.

wagner tannhauser ouvertureCliquez sur l’image

Acte I : Au Vénusberg (mont de Vénus), le poète Tannhaüser a cédé aux voluptés de Vénus, rompant avec l’amour courtois qu’il chantait auparavant. Mais au bout d’un an passé près de Vénus, il se rappelle le charme du printemps revenant sur terre, et songe à partir. Vénus essaie de l’en empêcher, mais finalement, face aux charmes de Vénus, il choisit la vierge Marie. À cette invocation, le Vénusberg disparaît.

Dans un frais vallon, au pied d’une statue de la Vierge, un pâtre chante le printemps tandis qu’une procession de pèlerins implore la protection de Marie sur le chemin qui les conduira à Rome, où ils vont chercher la rémission de leurs pêchés. Après leur départ Tannhaüser reste au pied de la statue. Des chevaliers et des chanteurs arrivent et le trouvent en prière. Ils le reconnaissent. Alors qu’il cherche à partir, Wolfram von Eschenbach lui parle d’Elisabeth, et lui apprend que depuis qu’il les a quittés, Elisabeth s’est isolée, et qu’elle ne participe plus aux tournois de poésie. Tannhaüser demande qu’on le conduise auprès d’Elisabeth.

Acte II : Elisabeth, ayant appris le retour de Tannhaüser, retrouve la joie qu’elle avait perdue.

Wagner Tannhaüser dich, teure HalleCliquez sur Elisabeth

Quand ils se retrouvent, Tannhaüser explique ce qui faisait le prix de ses poèmes lors des joutes poétiques qui avaient lieu : il chantait son amour pour Elizabeth. Celle-ci en est enchantée, mais Wolfram, qui a tout entendu, l’est moins. Le père d’Elizabeth, heureux de voir celle-ci revenir dans la grande salle des concours qu’elle avait désertée, lui demande ce qui lui arrive. Elle ne peut répondre. Il espère alors que le chant va permettre de révéler son secret. Il a en effet organisé un concours de chant. Ses invités arrivent pour le tournoi, dont le thème sera : dévoiler le mystère de l’amour.

Wagner Tannhaüser marche 2e acteCliquez sur les invités

Wolfram commence, célébrant une vision courtoise de l’amour, ce à quoi Tannhaüser répond par une célébration de l’amour voluptueux. Devant le scandale que son chant provoque, Tannhaüser va plus loin, et révèle que pendant son absence, c’est chez Vénus qu’il était parti. Tous se récrient, et veulent le tuer, mais Elisabeth s’interpose. Elle aime Tannhaüser. Le père bannit Tannhaüser et lui demande de se joindre aux pèlerins qui se rassemblent pour aller à Rome demander le pardon de leurs péchés.

Acte III : Quelques mois plus tard, Elisabeth prie au pied d’une statue de la Vierge, quand les pèlerins reviennent de Rome (« deuxième chœur des pèlerins »).

Wagner Tannhaüser 2e chœur des pélerinsCliquez sur l’image

Tannhaüser n’est pas avec eux. Wolfram, qui observait Elisabeth, supplie l’étoile du berger de veiller sur elle (« Romance à l’étoile ».)

Wagner Tannhaüser Oh du mein holder AbendsternCliquez sur Wolfram

Tannhaüser paraît. À Wolfram qui lui demande ce qu’il vient faire, puisqu’ il n’a pas obtenu le pardon, il répond qu’il vient chercher le chemin qui le ramènera au Vénusberg. Après avoir raconté comment la grâce lui a été refusée (son espérance de rédemption ne refleurira pas plus que son bâton de pèlerin,) il persiste dans son souhait de revoir Vénus. Vénus vient alors le chercher. Il est sur le point de succomber lorsqu’on apprend qu’Elisabeth est morte pendant qu’elle priait pour lui. On apporte son corps, et Tannhaüser s’écroule devant elle et meurt. Un miracle a eu lieu, son bâton de pèlerin a refleuri, signe qu’il est pardonné.

Wagner Tannhaüser finalCliquez sur l’image

Cette fin est une rédemption par l’amour, un thème cher à Wagner, que l’on trouvait déjà dans son premier « grand » opéra, le Vaisseau fantôme (der Fliegende Höllander), et qu’on retrouvera jusqu’à son dernier opéra, Parsifal.