Compositeurs

Félix MENDELSSOHN-BARTOLDY (1809-1847)

Felix Mendelssohn par Adrian

Félix MENDELSSOHN-BARTHOLDY est né le 3 février 1809 à Hambourg, dans une famille de juifs convertis au luthérianisme. Son père était banquier. En 1811, la famille s’installe à Berlin, où le jeune Félix peut jouir d’une éducation de qualité. Sa mère était musicienne, ainsi que sa grande sœur Fanny. Le dimanche, les parents organisent des concerts que fréquentent les artistes de passage à Berlin. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que Félix montre très jeune ses talents de compositeur. Ainsi, à l’âge de 14 ans, il a déjà écrit douze symphonies, la plupart pour orchestre à cordes, ainsi que quatre opéras.

En 1825, il écrit son Octuor opus 20, et l’année suivante une de ses œuvres les plus connues, l’Ouverture pour le Songe d’une nuit d’été de SHAKESPEARE.

Mendelssohn Le Songe d'une nuit d'été Marche nuptialeCliquez sur la marche nuptiale

En 1829, après ses études, Félix voyage en Angleterre et en Écosse. On trouve des traces de ces voyages dans sa Symphonie Écossaise ou dans l’Ouverture de la grotte de Fingal.

Mendelssohn Symonie ÉcossaiseCliquez sur l’image

L’année suivante, c’est en Italie qu’il voyage, ce qui nous vaudra sa Symphonie Italienne.

Mendelssohn Symphonie ItalienneCliquez sur l’image

Il voyage ensuite dans toute l’Europe, à la fois comme pianiste et comme chef d’orchestre. Il fait (re)découvrir les œuvres de J.-S. BACH, joue les symphonies de BEETHOVEN. Se liant d’amitié avec Robert et Clara SCHUMANN, il crée la neuvième symphonie de SCHUBERT en 1839, onze ans après la mort de celui-ci.

En 1837, Félix se marie avec Cécile JEANRENAUD, avec qui il aura quatre enfants.

En tant que compositeur, il écrit ses cinq « grandes » symphonies, deux concertos pour piano, son célébrissime concerto pour violon, des oratorios (Elias, Paulus) ou encore la Première nuit de Walpurgis, d’après GOETHE.

Mendelssohn Concerto pour violonCliquez sur la violoniste

Mendelssohn La première nuit de Walpurgis Es lacht der MaiCliquez sur l’image

Parmi ses nombreuses œuvres, j’ai un gros faible pour celles pour chœur, accompagnées ou a capella (et je ne peux m’empêcher de verser une larme à l’écoute de ces œuvres, parmi les premières que j’ai chantées.)

Mendelssohn Hör mein Bitten, Herr

Reconnu partout en Europe, Mendelssohn dirige le théâtre de Düsseldorf, puis le fameux Gewandhaus de Leipzig, avant de partir en 1840 à Belin, appelé par le roi de Prusse pour réorganiser le secteur musical.

Très affecté par la mort de sa sœur Fanny, il meurt quelques mois plus tard, le 4 novembre 1847 à Leipzig, à l’âge de 38 ans.

 

10 réflexions au sujet de “Félix MENDELSSOHN-BARTOLDY (1809-1847)”

  1. intéressant, le tour d’Ecosse dès 1829 (le voyage en Italie aussi, mais plus classique chez les jeunes banquiers amateurs d’art). avec sa Grotte de Fingal, Félix* était en plein romantisme celtique-ossiannique. Comme quoi un bon faussaire peut inspirer des oeuvres magnifiques et sincères !

    * paresseux, je trouve son prénom plus facile à écrire que son nom 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Ah oui, hier était la date anniversaire de sa mort, à Félix Mendelssohn-Bartoldy.( Ceci explique probablement cela)… Au fait, tu sais quoi ? Gabriel Fauré aussi est décédé un 4 novembre (1924). Je l’aime bien aussi, ce monsieur, son Requiem, Pavane…

    Sinon, encore un super billet. Et de la belle musique. Maintenant, comme tes deux derniers billets sont rapprochés et que j’ai pris du retard avec les deux précédents, il va me falloir encore du temps pour écouter tout ça, et aller me balader sur les liens.
    Bah, y’a pas le feu au lac, après tout.

    Te souhaite de passer un excellent week-end, à bientôt. Et MERCI à toi 🙏

    Aimé par 1 personne

  3. Mendelssohn, un grand monsieur. Son concerto pour violon a été pour moi un de mes chocs musicaux. Mais pas que, son concerto pour piano est également extraordinaire, même si je l’ai découvert plus tard. Et le reste, c’est tout aussi chouette, un grand monsieur.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, un grand bonhomme, ce Félix !
      Et heureusement qu’il a commencé tôt, parce que, mort à 38 ans, il n’aurait pas composé grand chose, sinon.
      Tu as vu, à l’opéra de Lill, en ce moment, il y a Freitag aus Licht, de Stockausen, extrait de l’opéra le plus long du monde (29 heures quand on joue les sept opéras qui le composent). Mais ce n’est pas dans Freitag que se trouve le célèbre quatuor d’hélicoptères. Dommage !
      Bonne journée, John Duff.

      Aimé par 1 personne

  4. Bêtement, j’ignorais que La Marche nuptiale était de lui – j’en suis toute ébahie.
    Je vois qu’il est mort presque aussi jeune que Mozart et qu’il était comme lui un génie précoce qui avait aussi comme lui une soeur très remarquable…
    Merci pour ce très beau billet, Jean-Louis et bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s