littérature, Oulipo, poésie

LE SONNET DES VOYELLES de RIMBAUD

Après Tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change, je vous propose un autre poème traité à la sauce OuLiPo, choisi parmi mes poèmes préférés. (Rappel du principe, je prends un poème parmi mes préférés, et j’illustre les images que m’évoque ce poème par des citations musicales en rapport avec ces images.)

Aujourd’hui, j’ai donc choisi d’illustrer le fameux Sonnet des Voyelles de Rimbaud. (Arthur Arc-en-Ciel pour les Anglos-Saxons.)

 

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

 

Offenbach duo de la moucheCliquez sur la mouche

 

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes;

Berlioz Les Troyens Nuit d'ivresseCliquez sur Didon et Enée

 

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux;

Berlioz Dmnation de Faust Le vieil hiverCliquez sur l’image

 

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,

Bizet Carmen clairons qui sonnent la retraiteCliquez sur les clairons qui sonnent la retraite

Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Citations :

Mouches éclatantes : Dans Orphée aux enfers (1858) d’OFFENBACH, Zeus se transforme en mouche pour mieux séduire.

Les ivresses : À l’acte IV de ses Troyens, BERLIOZ nous gratifie du très beau duo « Nuit d’ivresse et d’extase infinie » entre Didon et Enée.

L’alchimie imprime aux grands fronts studieux : Au début de La Damnation de Faust du même Berlioz, l’alchimiste Faust revient sur sa vie passée à la recherche.

Clairon : Dans Carmen (1875) de BIZET, alors que Carmen danse pour Don José, celui-ci entend les clairons qui sonnent la retraite et veut la quitter.

9 réflexions au sujet de “LE SONNET DES VOYELLES de RIMBAUD”

  1. J’aime bien l’humour de la mouche et le romantisme de la nuit d’ivresse – Les deux vont très bien avec Rimbaud, je trouve ! Par contre, je n’arrive pas à ouvrir le troisième lien, il me renvoie sur mon propre tableau de bord et mes stats :-\ bizarre bizarre …

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s