Blog

écrivains, littérature, Théâtre

Alexandre OSTROVSKI (1823 – 1886)

On connaît peu en France le dramaturge Alexandre Nicolaïevitch OSTROVSKI. Pourtant, considéré comme le père du théâtre russe, auteur de plus de cinquante pièces où il décrit le milieu des marchands (avides) ou la cruauté des relations familiales, il est en Russie aussi célèbre que peut l’être un MOLIÈRE chez nous.

Après des études de droit, Ostrovski entre au tribunal de commerce de Moscou, ce qui lui permet de devenir familier avec l’univers des marchands.

Il publie sa première pièce, Tableau de famille, en 1847. Cette pièce qui décrit une faillite frauduleuse est interdite par la censure impériale. En 1851, il est poussé à démissionner du tribunal ce qui lui permet de se consacrer à temps plein à l’écriture.

En 1864, le jeune TCHAÏKOSVKI, encore au conservatoire, écrit une ouverture pour une de ses pièces, l’Orage (1859). L’œuvre ne sera publiée qu’après sa mort.

Tchaïkovski l'OrageCliquez sur l’image

Cherchant un sujet pour son premier opéra, il demande un livret sur l’Orage à OSTROVSKI, mais celui-ci l’ayant déjà promis à un autre compositeur, lui propose une autre de ses pièces, le Voïévode (ou Voïvode). En 1867, Tchaïkovski travaille sur le livret qu’Ostrovski lui a fourni. Devant le peu de succès rencontré, il détruit sa partition (qui a été reconstituée depuis d’après les fragments ou le matériel d’orchestre retrouvés.)

Tchaïkovsky le voïvodeCliquez sur l’image

Anton ARENSKI (1861 – 1906), un élève de RIMSKI-KORSAKOV écrira lui aussi un opéra, Un rêve sur la Volga (1888), d’après le Voïvode.

En 1873, Tchaïkovski (encore lui) écrit une musique de scène pour une autre de ses pièces, Snegourotchka, la fille des neiges. C’est à partir de cette même pièce que RIMSKY-KORSAKOV écrira son Snegourotchka en 1881.

Rimsky-Korsakov Snegourotchka scène finaleCliquez sur l’image

Une autre des œuvres d’Ostrovki, Ne vis pas comme tu veux, mais comme Dieu l’a ordonné a été adaptée à l’opéra sous le nom La puissance du mal (1871), mise en musique par SÉROV.

On retrouvera L’orage au siècle suivant avec son adaptation par JANACEK en 1921, sous le titre de Katia Kabanova.

Janacek Katia Kabanova FinalCliquez sur l’image

Grandes maisons d'Opéra

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – Semaine du 15 au 21 juin

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste des opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 15 au 21 juin 2020.

Cette semaine, deux « petits » ROSSINI (ça existe, ça, un petit Rossini ?), un beau GLUCK, deux VERDI dont la Traviata avec Sonya Yoncheva, et surtout deux opéras de Philip GLASS, dont le fabuleux Akhneten (Akhenaton).

Pour aller sur le site du MET : c’est ici : https://www.metopera.org/

Lundi 15 juin Rossini Armida

Rossini Armida (MET)Cliquez sur l’image

 

Mardi 16 juin Rossini Semiramide

Rossini Semiramide (MET)Cliquez sur l’image

 

Mercredi 17 juin Gluck Iphigénie en Tauride

Gluck Iphigénie en Tauride (MET)Cliquez sur la bande-annonce

 

Jeudi 18 juin Verdi La Forza del Destino (La Force du destin)

Verdi La Forza del destino (MET)Cliquez sur l’image

 

Vendredi 19 juin Philip Glass Akhnaten (Akhenaton)

Glass Akhnaten (MET)Cliquez sur la bande-annonce

 

Samedi 20 juin Philip Glass Satyagraha inspiré de la vie de GANDHI.

Glass SatyagrahaCliquez sur Ghandi

 

Dimanche 21 juin Verdi La Traviata

Verdi la traviata addio del passsato (MET)Cliquez sur violetta

 

Grands chœurs

LES GRANDS CHŒURS DE TCHAÏKOVSKI

Après les grands chœurs de WAGNER et les grands chœurs de VERDI, je suis heureux de vous présenter quelques grands chœurs écrits par TCHAÏKOVSKI (1840 – 1893).

Tchaïkovski, compositeur fécond de musique symphonique, concertante, de chambre ou d’opéras, a également écrit de la musique religieuse, qui contient d’extraordinaires chœurs a cappella.

En 1873, il écrit une musique de scène pour Snégourotchka, la fille de neige, du dramaturge OSTROVSKY. (RIMSKI-KORSAKOV écrira un opéra d’après le même drame.) Écoutons la danse et le chœur des oiseaux de cette musique de scène.

Tchaïkovsky Snegourotchka danse et chœur des zoziauxCliquez sur l’image

Dans Eugène Onéguine (1877 – 1878), il y a la fameuse scène du bal et de la valse du 2e acte (Vot tak syurpriz [Ah, quelle surprise].)

Tchaïkovsky Onéguine choeur des paysans

Dans La Pucelle d’Orléans (1881), une version assez romancée de Jeanne-d’Arc, d’après la pièce de SCHILLER, on peut entendre ce chœur (« Slava, slava ».)

Tchaïkovski La Pucelle d'Orléans choeurCliquez sur l’image

De 1881 à 1883, il écrit Mazeppa, d’après POUCHKINE, opéra dans lequel on peut entendre ce chœur.

Tchaïkovski Mazeppa choeurCliquez sur la pochette du disque

C’est durant ces mêmes années qu’il écrit les Vigiles nocturnes, une musique pour les Vêpres de la liturgie orthodoxe (RACHMANINOV aussi, j’y reviendrai dans un prochain article sur les grands choeurs russes.)

Tchaïkovski Vêpres

Et dans la période 1884 – 1885, il écrit une musique pour la liturgie de Saint Jean Chrisostome, d’où est extrait ce sublime « Hymn to the Cherubin ».

Tchaïkovski Hymn to the cherubinsCliquez sur l’image

Au début de La Dame de pique (1890), Tchaïkovski, qui adorait le Carmen de BIZET, glisse un chœur d’enfants, jouant les petits soldats !

Tchaïkovski La Dame de pique chœur d'enfantsCliquez sur l’image

 

Mes opéras préférés

Le VAISSEAU FANTÔME, de WAGNER (1842) (DER FLIEGENDE HOLLÄNDER)

Premier des opéras de Richard WAGNER encore joués régulièrement (les précédents sont considérés comme des œuvres de jeunesse et sont très rarement joués), c’est probablement un de ceux dont l’abord est le plus aisé. Le découpage est encore traditionnel, avec une ouverture qui récapitule les différents thèmes musicaux abordés, des chœurs (chœur des marins, chœur des fileuses), et de grands airs comme les opéras italiens et français en comportaient à l’époque.

Écrit en 1841 – 1842 d’après une nouvelle de H.Heine. Le livret est de Richard Wagner. Alors que couvert de dettes, il fuit Riga, son bateau pour Londres est pris dans une tempête, et dérive jusqu’à une baie. Au sortir de la tempête, les marins heureux de s’en être sortis entonnent alors une de leurs chansons. Ce spectacle, joint au souvenir qu’il a de la légende du Hollandais Volant écrite par Heine quelques années plus tôt lui donne l’idée de cet opéra.

Présenté au directeur de l’Opéra de Paris, l’idée plait tellement au directeur qu’il veut racheter le livret, mais pour le faire mettre en musique par un autre compositeur. Après avoir résisté, Wagner cède le livret en français pour 500 francs, mais il travaille de son coté à la mise en musique de son texte en allemand.

Ouverture : Pour la première fois, Wagner se sert de l’ouverture pour exposer les leitmotivs qui formeront l’ossature du récit. On y entend successivement, le motif du Hollandais Volant, violent au début pour évoquer la tempête, puis repris calmement pour évoquer le mouillage sur la côte, et enfin le motif de Senta.

Wagner Vaissau fantôme ouvertureCliquez sur l’image

Acte 1 : Le capitaine Daland et son équipage sont pris dans une tempête qui les jette dans une baie de la côte norvégienne, loin de leur port d’attache. Le pilote de quart chante pour se tenir éveillé (Air : « Mit gewitter und sturm »), mais finit par s’endormir.

Wagner le Vaisseau fantôme Mit Gewitter und SturmCliquez sur le pilote

Le vaisseau du Hollandais Volant arrive. Pour avoir provoqué le diable dans une tempête, il a été condamné à errer sans fins sur les flots, n’ayant le droit de toucher terre qu’une fois tous les sept ans. Sa malédiction ne prendra fin que s’il rencontre une femme qui l’aimera d’un amour absolu, jusqu’à la mort si nécessaire.

Wagner le Vaisseau fantôme Die Frist ist umCliquez sur l’image

Daland qui s’était endormi, se réveille et remarque le bateau. Dans une discussion entre les deux capitaines, le Hollandais évoque sa riche cargaison, ce qui intéresse Daland. Il propose sa fille Senta en mariage. Dès le marché conclu, la tempête s’apaise, et les bateaux peuvent rejoindre le port d’attache de Daland.

Acte II : En attendant le retour des hommes, les femmes filent en chantant (Chœur des fileuses : « Summ und Brumm ».)

Wagner le Vaisseau fantôme choeur des fileuses

Senta elle, contemplant le portrait du Hollandais Volant, chante une ballade que lui a apprise sa nourrice racontant son histoire (Ballade de Senta : « Johohoe ! Traft ihr das Schiff ».) Elle déclare aux autres femmes qu’elle sera celle qui délivrera le Hollandais de sa malédiction.

Wagner le Vaisseau fantôme ballade de SentaCliquez sur Senta

Erik, un chasseur fiancé à Senta, a tout entendu et lui rappelle qu’ils sont fiancés. Il lui raconte un rêve qu’il a fait, où il l’a vue rencontrer le Hollandais et partir avec lui.

Daland et le Hollandais entrent, et Daland propose à sa fille le mariage avec le Hollandais, en échange des trésors de celui-ci. Restés seuls, Senta et le Hollandais, chantent la réalisation de leurs rêves. Pour le Hollandais, le repos, pour Senta, la fin de sa vie monotone à la maison et le désir de délivrer le Hollandais (Duo). Il lui demande si elle sait à quoi elle s’engage en se donnant à lui. Elle répond qu’elle s’engage jusqu’à la mort. Le Hollandais voit là son salut. Daland revient, et demande s’il peut annoncer un mariage à la fête qui se prépare pour le retour au port.

Acte III : C’est la fête qui suit le retour des marins sur la terre ferme, là où il fait bon aimer, boire et manger (Chœur : Steuermann, lass die Wacht).

Wagner le Vaisseau fantôme choeur des matelotsCliquez sur l’image

Marins et villageoises provoquent le Hollandais et son équipage restés à l’écart, si bien que les marins du vaisseau fantôme finissent par répondre, provoquant l’effroi de tous.

Erik rappelle à Senta, prête à suivre le Hollandais, sa promesse de mariage (Air : « Willst jenes Tags du nicht… ».)

Wagner le Vaisseau fantôme Willst jenes TagsCliquez sur Erik

Entendant cela, le Hollandais doute que Senta lui soit fidèle jusqu’à la mort. Il part, disant que Senta n’ayant pas encore juré son serment devant Dieu, elle peut encore échapper à la damnation. Senta se jette derrière lui dans les flots, donnant ainsi sa vie pour libérer le Hollandais. Le Hollandais et son Vaisseau Fantôme sont désormais libérés de leur malédiction. (C’est là la première rédemption par l’amour mise en musique par Wagner, il y en aura d’autres…)

Retrouvez d’autres ouvertures célèbres ainsi que d’autres chœurs de Wagner.

Grandes maisons d'Opéra

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – Semaine du 8 au 14 juin

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste des opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 8 au 14 juin 2020.

Par rapport aux semaines précédentes, il n’y a pas de grands classiques, mais la programmation mérite d’être écoutée, entre le (rare) Iolanta de TCHAÏKOVSKI et le Château de Barbe-bleue de BARTOK, ou l’opéra pour enfants d’HUMPERDINCK Hänsel und Gretel, la création des Fantômes de Versailles de CORIGLIANO ou Rodelinda de HAENDEL, et une rediffusion du « At Home Gala » du 25 avril dernier.

Pour aller sur le site du MET : c’est ici : https://www.metopera.org/

Lundi 8 juin Mozart La Clemenza di Tito (La clémence de Titus)

Mozart La Clemenza di Tito Garanca (MET)

Mardi 9 juin Tchaikovsky Iolanta et Bartók Bluebeard’s Castle (Le Château de Barbe-bleue)

Tchaikovski Iolanta Netrebko (MET)

Mercredi 10 juin Humperdinck Hänsel und Gretel

Humperdinck Hansel und Gretel (MET)

 

GHOST OF VERSAILLES 1600x685.jpg

Jeudi 11 juin John Corigliano The Ghosts of Versailles (les Fantômes de Versailles)

Corigliano The ghosts of Versailles (MET)Cliquez sur l’image

Cet opéra est une commande réalisée en 1980 par le MET pour célébrer son centième anniversaire en 1983, mais il n’a été finalement créé qu’en 1991. Il se passe à la Cour de Louis XVI, et l’on y rencontre des personnages comme Marie-Antoinette, le comte Almaviva Figaro ou Suzanne, mais également BEAUMARCHAIS lui-même.

Vendredi 12 et samedi 13 juin At-Home Gala

AtHomeGala 1600x685.jpg

Le 25 avril dernier, le MET nous donnait rendez-vous avec des artistes participant, de chez eux, à un gala lyrique souvent de très haute volée, les artistes intervenant en direct de chez eux et du monde entier. C’est cet enregistrement qu’il nous est donné de revoir.

MET Gala 2020 04 25Cliquez sur l’image

Dimanche 14 juin Haendel Rodelinda

Händel Rodelinda Io t'abbraccio (MET)Cliquez sur l’image

Et voilà, bonne semaine d’opéras avec le MET, see you a next week !

littérature, Mythologie, philosophie, poésie, Théâtre

LE MYTHE DE DON JUAN

Comme le mythe d’Orphée ou le mythe de Faust, le mythe associé au personnage de Don Juan, a inspiré les écrivains et les musiciens au cours des siècles.

Apparu en Espagne en 1630 dans la pièce de TIRSO de MOLINA El Burlador de Sevilla y Convidado di piedra (Le Trompeur de Séville et l’Invité de pierre), on le retrouve en Italie vers 1650 avec deux pièces Le convive de pierre (Il convitato di pietra) et le Festin de pierre (Il convito de pietra). De l’Italie, le personnage et son mythe arrivent en France avec MOLIÈRE et son Dom Juan ou le Festin de pierre (1665).

L’Italien GOLDONI écrira lui aussi un Don Juan en 1730.

En 1761, GLUCK écrit un ballet sur le Don Juan de Molière, un an avant son Orfeo ed Euridice.

Gluck Don JuanCliquez sur l’image

Autre adaptation de la pièce de Molière avec le Don Giovanni (1788) de MOZART et DA PONTE, un des opéras les plus fameux du répertoire.

Mozart Don Giovanni La ci darem la mano

 

Au XIXe siècle, les romantiques donnent un autre tour à Don Juan, qui perd son côté libertin, au sens ancien du terme, c’est-à-dire de libre penseur. Ainsi pour l’Anglais Lord BYRON, Don Juan n’est plus qu’une victime de la séduction qu’il suscite chez les femmes et le côté religieux, ou plutôt le rejet de la religion disparaît.

E.T.A. HOFFMANN, en bon admirateur de Mozart, écrira en 1813 Don Juan, une fantaisie, dans laquelle une cantatrice chante un air de Don Giovanni. Cette fantaisie fait partie des pièces qui ont été mises en musique 70 ans plus tard par OFFENBACH dans ses Contes d’Hoffmann.

Offenbach Les contes d'Hoffmann Stella

En 1830, c’est le Russe POUCHKINE qui s’empare du mythe, dans son Convive de pierre. Ce Convive de Pierre sera adapté pour l’opéra par DARGOMIJSKI (1813 – 1869), créé en 1872 après avoir été fini par CUI et RIMSKY-KORSAKOV.

Dargomyjsky Le convive de pierre

Le héros continue sa carrière littéraire en France avec BALZAC (1830), MÉRIMÉE (1834) ou DUMAS.

En 1844, l’Allemand LENAU commence un don Juan, pour qui le héros est à la recherche de l’Éternel féminin, ou de la femme qui le représenterait. Ce poème sera publié après sa mort, en 1851, et c’est lui qui a inspiré à Richard STRAUSS son poème symphonique (1887).

Strauss don JuanCliquez sur l’image

Retour en Russie avec le Don Juan de TOLSTOÏ (1862), pour lequel TCHAÏKOVSKI écrira cette « sérénade de Don Juan ».

Tchaïkovski sérénade de don JuanCliquez sur l’image

(Merci à Johan de m’avoir fait découvrir cette pièce sur son blog.

https://lespetitesanalyses.com/2020/05/29/coeur-de-chien-mikhail-boulgakov/)

MAHLER lui-même y est allé de sa Sérénade de Don Juan (publiée en 1909), une œuvre de jeunesse d’après l’œuvre originale de Tirso de Molina.

Mahler Serenade aus Don Juan

Au XXe siècle, Don Juan continue à inspirer les écrivains, comme Edmond ROSTAND avec sa dernière pièce La dernière Nuit de don Juan (1921) ou MONTHERLANT en 1958.

(Sources principales [pour la partie littéraire]

Dictionnaire des Personnages, 1960, Bouquins LAFFONT,

Encyclopaedia Universalis 2017.)

Uncategorized

LE WIENER STAATSOPER S’INVITE CHEZ VOUS (du 2 au 10 juin)

Comme les autres grandes maisons d’Opéra, l’Opéra d’État de Vienne (Wiener Staatsoper) continue sa programmation « en ligne ». Comme pour le MET, les opéras sont visibles pour une période de 24 heures, allant de 19 heures un jour à 19 heures le lendemain, à l’adresse ci-dessous :

https://www.staatsoperlive.com/live

Voici le programme pour la période allant du 2 au 10 juin, qui comporte du STRAUSS (opéra et ballet), du vérisme avec Andréa CHÉNIER et Adrienne LECOUVREUR, mais aussi du ballet avec Giselle ou la Légende de Joseph.

2 juin 2020 : ADÈS The Tempest (la Tempête, d’après SHAKESPEARE) (déjà vu récemment sur le site du MET.)

Adès the tempest (WrSO)

Dirigent: Thomas Adès
Mit Adrian Eröd, Audrey Luna, Thomas Ebenstein, Stephanie Houtzeel, Herbert Lippert

3 juin : Strauss Elektra

Strauss Elektra (WrSO)

Dirigent: Mikko Franck
Mit Anna Larsson, Nina Stemme, Gun-Brit Barkmin, Norbert Ernst, Falk Struckmann

4 juin 2020 : GIORDANO Andrea Chénier

Giordano Andréa Chénier (WrSO)

Dirigent: Marco Armiliato
Mit Anja Harteros, Jonas Kaufmann, Roberto Frontali, Ilseyar Khayrullova, Donna Ellen, Zoryana Kushpler, Boaz Daniel, Manuel Walser

5 juin : BEETHOVEN Fidelio première version (Leonore)

Dirigent: Tomáš Netopil
Mit Jennifer Davis, Katrin Röver, Benjamin Bruns, Falk Struckmann, Thomas Johannes Mayer, Samuel Hasselhorn, Chen Reiss, Jörg Schneider

6 juin : LORTZING Undine (Ondine)

Lortzing Undine

Conductor: Johannes Wildner
Mit Carlos Osuna, Annika Gerhards, Lydia Rathkolb, Tae-Joong Yang, Il Hong

6 juin : ADAM Giselle

Adam giselle (WrSO)

Dirigent: Valery Ofsyanikov
Mit Nina Poláková, Masayu Kimoto, Andrey Kaydanovskiy, Franziska Hollinek, Jaimy van Overeem, Kamil Pavelka, Vanessza Csonka, Alice Firenze, Leonardo Basílio, Rebecca Horner, Rikako Shibamoto, Elena Bottaro

7 juin : Ciléa Adriana Lecouvreur

Ciléa Adriana Lecouvreur (WrSO)

Dirigent: Evelino Pidò
Mit Angela Gheorghiu, Massimo Giordano, Roberto Frontali, Jongmin Park, Jinxu Xiahou

8 juin : Boris Godounov 

Moussorgski boris godounov (WrSO)

Dirigent: Marko Letonja
Mit René Pape, Margaret Plummer, Aida Garifullina, Zoryana Kushpler, Norbert Ernst, David Pershall, Kurt Rydl, Marian Talaba, Ryan Speedo Green

9 juin : VERDI Aïda

Dirigent: Philippe Auguin
Mit Sondra Radvanovsky, Jorge de León, Ryan Speedo Green, Luciana D’Intino, Sorin Coliban, Franco Vassallo, Jinxu Xiahou, Olga Bezsmertna

10 juin : Strauss Josephs Legende / Verklungene Feste

Strauss la légende de Joseph (WrSO)

Dirigent: Mikko Franck
Mit Denys Cherevychko, Kirill Kourlaev, Rebecca Horner, Roman Lazik, Maria Yakovleva, Vladimir Shishov, Kiyoka Hashimoto, Masayu Kimoto, Robert Gabdullin, Nikisha Fogo, Oksana Kiyanenko, Natascha Mair, Liudmila Konovalova

Mes opéras préférés, Mythologie

PLATÉE, de RAMEAU (1745)

Platée est une comédie lyrique, créée à Versailles en 1745 à l’occasion du mariage du dauphin avec l’infante d’Espagne. Malgré un accueil réservé à la création, dû aux nouveautés et aux arrangements pris avec les conventions alors en usage, Platée est devenue une des œuvres les plus populaires de RAMEAU, notamment grâce aux nombreux effets comiques qu’il a introduits dans sa partition (chœur des grenouilles, charivari des oiseaux, air de la Folie).

Prologue : Une troupe de vendangeurs, de satyres, et de ménades tente de réveiller Thespis, inventeur de la comédie, pour qu’il chante les louanges de Bacchus. Momus, le dieu de la raillerie, et Thalie, la muse de la comédie, se joignent au chœur pour raconter la manière dont Jupiter a guéri Junon de sa jalousie. Amour vient à son tour réclamer sa place dans cette histoire. Par ces leçons réjouissantes, ils corrigeront ainsi les humains.

Acte I : Cithéron, roi de Platées, est pris dans la fureur des éléments. Il demande aux dieux de se calmer, et Mercure lui explique que la jalousie de Junon en est la cause. Cithéron propose un stratagème propre à calmer Junon : Jupiter doit feindre d’être amoureux. Afin de ne pas succomber à son propre piège, il choisit pour cible Platée, une nymphe des marais, grenouille à l’aspect ridicule. Platée, persuadée que Cithéron est amoureux d’elle, attend de lui qu’il se déclare.

Rameau Platée Acte I scènes 3 à 5Cliquez sur l’image

Elle lui fait des avances, mais en vain (irrésistible « Chœur des grenouilles ».)

Rameau Platée chœur des grenouillesCliquez sur Platée

Mercure, descendu du ciel, annonce à Platée que Jupiter l’a choisie. Elle appelle ses nymphes.

Acte II : Mercure a envoyé Junon surprendre Jupiter à Athènes, ce qui laisse la voie libre à Jupiter qui descend du ciel avec Momus. Platée s’approche, et Jupiter prend la forme d’un âne, ce qui ravit Platée. Jupiter se change en hibou, et Platée invite les oiseaux à lui rendre hommage (« Charivari des oiseaux »). Comme le hibou s’envole, Platée se met à pleurer, mais Jupiter revient sous sa forme normale, armé de son foudre divin. Il fait sa déclaration à Platée et ordonne à Momus de préparer la cérémonie (Chœur : « Qu’elle est aimable ».)

Rameau Platée acte II scène 3 (avec les oiseaux)Cliquez sur Jupiter

Arrive la Folie qui, avec la lyre qu’elle a volée à Apollon, a le pouvoir de rendre gai un chant funeste et triste un chant badin (Air : « Aux langueurs d’Apollon »), avant d’inviter le chœur à célébrer les noces de Jupiter et Platée (Chœur : « Hymen, l’amour t’appelle ».)

Rameau Platée air de la FolieCliquez sur la Folie

Acte III : Junon revient d’Athènes, furieuse de n’y avoir pas trouvé Jupiter. Mercure la calme, et lui demande d’observer la scène qui va suivre sans intervenir.

Le cortège nuptial s’avance, mais Platée regrette qu’Hymen et Amour ne soient pas présents. À Jupiter qui demande pourquoi ces petits dieux ne le suivent pas, Momus répond qu’ils vont rarement ensemble. Momus paraît, déguisé en Amour. Il apporte à Platée les présents de l’Amour : pleurs, cris, langueur et espérance. Folie demande à Amour de lancer tous ses traits.

Rameau Platée Acte III scène 4 Amour lance tes traitsCliquez sur l’image

Rameau Platée Acte III scène 5 Hymen l'amour t'appelleCliquez sur l’image

Comme la cérémonie va se terminer, Jupiter s’inquiète de ne pas voir arriver Junon. Au moment de prononcer le serment, Junon en fureur fond sur eux. Elle arrache le voile de Platée, mais en découvrant le visage de la nymphe, elle éclate de rire. Platée s’enfuit, déconfite, et Jupiter et Junon remontent au ciel, réconciliés. Folie et le chœur se moquent de Platée.

Rameau Platée finaleCliquez sur Platée

Retrouvez plus d’opéras chroniqués en cliquant sur ce lien.

Cinématographe, Grandes maisons d'Opéra

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – Semaine du 1 au 7 juin

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste des opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 18 au 24 mai 2020.

Par rapport aux semaines précédentes, s’il y a quelques classiques : Tosca de PUCCINI ou Otello de VERDI, il y a aussi des œuvres plus proches de nous avec l’extraordinaire Lulu de BERG (laissé inachevé à sa mort en 1935) et l’adaptation à l’opéra de L’Ange exterminateur, ce film surréaliste de Luis BUNUEL.

Pour aller sur le site du MET : c’est ici : https://www.metopera.org/

Lindi 1er Juin BELLINI I Puritani (Les Puritains)

Bellini I Puritani (les Puritains) (Met)Cliquez sur Elvira

Mardi 2 juin Berg  Lulu

Berg Lulu (Met)Cliquez sur Lulu

Mercredi 3 juin GLUCK Orfeo ed Euridice

Gluck Orfeo ed Euridice Che puro ciel (MET)Cliquez sur l’image

Jeudi 4 juin Puccini Tosca

Puccini Tosca E lucevan le stelle Pavarotti (MET)Cliquez sur Cavaradossi

Vendredi 5 juin Thomas ADÈS The Exterminating Angel (l’Ange exterminateur)

Adès l'Ange exterminateur (MET)

Samedi 6 juin Verdi Otello

Verdi Otello Quando narravi (MET)Cliquez sur l’image

Dimanche 7 juin MASSENET Thaïs

Massenet Thaïs (Fleming) (MET)Cliquez sur l’image

Voilà, très bonne semaine à vous, see you a next week !

 

Divers, littérature, poésie

PORT DU MASQUE RECOMMANDÉ – partie 2

Après un premier billet consacré aux masques à l’opéra, voici une nouvelle livraison d’œuvres musicales ayant trait aux masques. (Il y aura probablement une troisième livraison liée aux  carnavals , qu’en pensez-vous ?)

À l’acte III de Don Carlos (1867) de VERDI, lors d’une fête de nuit à l’Escurial, Carlos qui aime Élisabeth de VALOIS, devenue l’épouse de Charles QUINT, est victime d’une méprise, car Élisabeth a envoyé la princesse EBOLI à sa place à leur rendez-vous. Celle-ci arrivant masquée, c’est à elle que Carlos déclare sa flamme. Or Eboli est elle-même amoureuse de Carlos et se rendant compte que la déclaration ne lui est pas destinée, jalouse, elle décide de se venger ! (Eh oui, ça se passe comme ça à l’opéra.)

Verdi don Carlos Chanson du voileCliquez sur l’image

Passons maintenant au poème Clair de Lune de Paul VERLAINE.

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Ce poème a été illustré en musique par DEBUSSY et FAURÉ.

DEBUSSY par deux fois avec Clair de lune (1882) et la Suite bergamasque (1890).

Debussy Clair de luneCliquez sur l’image

Il a aussi écrit Masques, une pièce de piano très debussyste :

Debussy MasquesCliquez sur l’image

FAURÉ lui a écrit Masques et bergamasques (1919), une musique de scène pour un divertissement tiré des personnages de la commedia dell’arte.

Fauré masques et bergamasquesCliquez sur l’image

En 1923, Sacha GUITRY s’est essayé à la comédie musicale (l’opérette) avec André MESSAGER. Le résultat en a été l’Amour masqué, créé avec sa femme de l’époque Yvonne PRINTEMPS.

Messager L'amour masquéCliquez sur l’image et écoutez Sacha Guitry et Yvonne Printemps

En 1932, Francis POULENC écrit une cantate, le Bal masqué, sur un texte du poète surréaliste Max JACOB.

Poulenc le Bal masquéCliquez sur le Bal masqué

En 1936, le même Poulenc écrit ses Sept chansons pour chœur a capella, dont le merveilleux « Marie », sur un poème de Guillaume APOLLINAIRE (Des masques sont silencieux, et la musique est si lointaine…)

Poulenc Sept chansons MarieCliquez sur l’image

Alors, carnavals ou pas carnavals ? Exprimez vous !