Uncategorized

LE WIENER STAATSOPER S’INVITE CHEZ VOUS (du 2 au 10 juin)

Comme les autres grandes maisons d’Opéra, l’Opéra d’État de Vienne (Wiener Staatsoper) continue sa programmation « en ligne ». Comme pour le MET, les opéras sont visibles pour une période de 24 heures, allant de 19 heures un jour à 19 heures le lendemain, à l’adresse ci-dessous :

https://www.staatsoperlive.com/live

Voici le programme pour la période allant du 2 au 10 juin, qui comporte du STRAUSS (opéra et ballet), du vérisme avec Andréa CHÉNIER et Adrienne LECOUVREUR, mais aussi du ballet avec Giselle ou la Légende de Joseph.

2 juin 2020 : ADÈS The Tempest (la Tempête, d’après SHAKESPEARE) (déjà vu récemment sur le site du MET.)

Adès the tempest (WrSO)

Dirigent: Thomas Adès
Mit Adrian Eröd, Audrey Luna, Thomas Ebenstein, Stephanie Houtzeel, Herbert Lippert

3 juin : Strauss Elektra

Strauss Elektra (WrSO)

Dirigent: Mikko Franck
Mit Anna Larsson, Nina Stemme, Gun-Brit Barkmin, Norbert Ernst, Falk Struckmann

4 juin 2020 : GIORDANO Andrea Chénier

Giordano Andréa Chénier (WrSO)

Dirigent: Marco Armiliato
Mit Anja Harteros, Jonas Kaufmann, Roberto Frontali, Ilseyar Khayrullova, Donna Ellen, Zoryana Kushpler, Boaz Daniel, Manuel Walser

5 juin : BEETHOVEN Fidelio première version (Leonore)

Dirigent: Tomáš Netopil
Mit Jennifer Davis, Katrin Röver, Benjamin Bruns, Falk Struckmann, Thomas Johannes Mayer, Samuel Hasselhorn, Chen Reiss, Jörg Schneider

6 juin : LORTZING Undine (Ondine)

Lortzing Undine

Conductor: Johannes Wildner
Mit Carlos Osuna, Annika Gerhards, Lydia Rathkolb, Tae-Joong Yang, Il Hong

6 juin : ADAM Giselle

Adam giselle (WrSO)

Dirigent: Valery Ofsyanikov
Mit Nina Poláková, Masayu Kimoto, Andrey Kaydanovskiy, Franziska Hollinek, Jaimy van Overeem, Kamil Pavelka, Vanessza Csonka, Alice Firenze, Leonardo Basílio, Rebecca Horner, Rikako Shibamoto, Elena Bottaro

7 juin : Ciléa Adriana Lecouvreur

Ciléa Adriana Lecouvreur (WrSO)

Dirigent: Evelino Pidò
Mit Angela Gheorghiu, Massimo Giordano, Roberto Frontali, Jongmin Park, Jinxu Xiahou

8 juin : Boris Godounov 

Moussorgski boris godounov (WrSO)

Dirigent: Marko Letonja
Mit René Pape, Margaret Plummer, Aida Garifullina, Zoryana Kushpler, Norbert Ernst, David Pershall, Kurt Rydl, Marian Talaba, Ryan Speedo Green

9 juin : VERDI Aïda

Dirigent: Philippe Auguin
Mit Sondra Radvanovsky, Jorge de León, Ryan Speedo Green, Luciana D’Intino, Sorin Coliban, Franco Vassallo, Jinxu Xiahou, Olga Bezsmertna

10 juin : Strauss Josephs Legende / Verklungene Feste

Strauss la légende de Joseph (WrSO)

Dirigent: Mikko Franck
Mit Denys Cherevychko, Kirill Kourlaev, Rebecca Horner, Roman Lazik, Maria Yakovleva, Vladimir Shishov, Kiyoka Hashimoto, Masayu Kimoto, Robert Gabdullin, Nikisha Fogo, Oksana Kiyanenko, Natascha Mair, Liudmila Konovalova

Grandes maisons d'Opéra, Uncategorized

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – SEMAINE du 25 au 31 mai

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste des opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 18 au 24 mai 2020.

Au sommaire deux BERLIOZ : La Damnation de Faust et Les Troyens, du bel canto avec la Somnambule et l’Élixir d’amour. Le STRAUSS hebdomadaire est Salomé et le PUCCINI Manon Lescaut.

Pour aller sur le site du MET : c’est ici. https://www.metopera.org/

Lundi 25 mai Berlioz La Damnation de Faust

Berlioz Damnation de Faust (MET)Cliquez sur Faust

Mardi 26 mai VERDI Ernani, d’après Victor HUGO

Verdi Ernani (MET)Cliquez sur Ernani, Elvira et don Carlo

Mercredi 27 mai Puccini Manon Lescaut

Puccini Manon Lescaut (MET)Cliquez sur Manon et Des Grieux

Jeudi 28 mai Berlioz Les Troyens

Berlioz Les Troyens (MET)Cliquez sur Didon

Vendredi 29 mai Bellini La Sonnambula (La somnambule)

Bellini La Sonnambula (MET) DessayCliquez sur Amina

Samedi 30 mai Donizetti L’Elisir d’Amore (L’Élixir d’amour)

Donizetti L'Elisir d'amore (MET) Quanto amoreCliquez sur Adina et Nemorino

 

Samedi 31 mai Strauss Salome

Strauss Salomé (Met)Cliquez sur Salomé

Et voilà, bonne semaine, see you a next week.

Uncategorized

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – SEMAINE DU 20 AU 26 AVRIL

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste des opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 20 au 26 avril 2020. Parmi les immanquables, on y trouve Tosca de PUCCINI, La Traviata de VERDI, les Contes d’Hoffmann d’OFFENBACH, mais aussi la Veuve joyeuse de LEHAR. Il est amusant que les trois derniers titres cités se passent à Paris.

Pour vous connecter, c’est ici :

https://www.metopera.org/

Lundi 20 avril STRAUSS Elektra

Strauss Elektra MET

Avec cet opéra, le MET continue son cycle consacré à la lune à l’opéra, déjà commencé avec Norma de BELLINI et Rusalka de DVORAK.

Mardi 21 avril Puccini Tosca

Puccini Tosca Vissi d'arte MET

Mercredi 22 avril Offenbach Les Contes d’Hoffmann

offenbach les contes d'hoffmann olympia

Jeudi 23 avril Lehar La Veuve joyeuse (The Merry Widow)

Lehar la Veuve joyeuse MET

Vendredi 24 avril Verdi La Traviata (un des derniers rôles de Nathalie DESSAY sur scène.)

Verdi Traviata Dessay MET

Samedi 25 avril Gala à la maison (At home gala) At-Home Gala
More than 40 leading artists perform in a live stream from their homes around the world.

Dimanche 26 avril ROSSINI La Cenerentola (Cendrillon)

Rossini Cerentola Non piu mesta MET

Une amusante mise en musique du conte populaire Cendrillon.

Grandes maisons d'Opéra, Uncategorized

L’OPÉRA DE BERLIN S’INVITE CHEZ VOUS

Comme beaucoup de maisons d’Opéra dans le monde, le Staatsoper Unter den Linden (Sous les tilleuls) de Berlin est fermé et met ses sepctacles à disposition de tous sur les sites de l’internet.

Je n’ai pas encore trouvé la programmation, mais si vous voulez voir une très belle version du Lac des Cygnes de TCHAÏKOVSKI, c’est maintenant et jusqu’à demain midi !

C’est ici :

https://www.staatsoper-berlin.de/de/

Construit à la demande de Frédéric II de Prusse, il a été inauguré en 1742.

Félix MENDELSSOHN-BARTHOLDY, le frère de la grande Fanny MENDELSSOHN y a dirigé des concerts en 1842.

En 1849, Otto NICOLAÏ y crée ses Joyeuses Commères de Windsor, d’après SHAKESPEARE.

Nicolai les joyeuses commères de Windsor

Cette tradition de créations perdure puisque en 1930, Darius MILHAUD y crée son Christophe Colomb, d’après Paul CLAUDEL.

Milhaud Christophe Colomb

Le théâtre a été entièrement détruit pendant la seconde guerre mondiale, et l’opéra ne rouvre qu’en 1955.

P.S. je n’ai pas de photo de moi travaillant derrière mon écran à rédiger ces billets d’actualités sur le monde de l’opéra, mais vous pouvez toujours imaginer…

 

 

 

Uncategorized

LE MET S’INVITE CHEZ VOUS – SEMAINE DU 23 AU 29 MARS

Le Metropolitan Opera de New York (MET) vient de communiquer la liste de ses opéras qu’il mettra à disposition sur son site pour la semaine du 23 au 29 mars 2020. Les amoureux de WAGNER, dont je suis, frétillent déjà d’impatience, puisque ce sera une semaine entièrement wagnérienne !

Pour vous connecter, c’est ici :

https://www.metopera.org/

Le 23 mars : Tristan und Isolde.

Wagner Tristan METCliquez sur l’image

Le 24 Mars : Rheingold (L’Or du Rhin).

Wagner Rheingold MET

Le 25 mars : Die Walküre (La Walkyrie).

Wagner Walkyrie MET

Le 26 mars: Siegfried (Siegfried).

Wagner Siegfried MET

Le 27 Mars : Götterdämmerung (Le Crépuscule des dieux).

Wagner Crépuscule des dieux MET

Le 28 mars : Die Meistersinger von Nürnberg (Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg).

Wagner Maîtres-chanteurs MET

Le 29 mars : Tannhäuser (Tannhäuser)

Wagner Tannhaüser MET

 

Uncategorized

LE PRINTEMPS S’INVITE CHEZ VOUS. LES QUATRE SAISONS (6) – LE PRINTEMPS (2)

Comme je l’écrivais il y a un an, le printemps marque l’équinoxe, ce jour si particulier où la durée diurne est égale à la durée nocturne. À partir de cette date, le taux d’allongement du jour décroît pour aller s’annuler au solstice d’été.

Pour les poètes, le printemps est la saison du renouveau de la nature, de la jeunesse, et des amours naissantes. C’est donc un thème de choix qui a inspiré les compositeurs.

À tout seigneur, tout honneur, je vais commencer par VIVALDI et ses quatre Saisons, avec son célébrissime Printemps. (Merci Ysabel pour ton cadeau de Noël qui m’a fait découvrir cette version.)

Vivaldi le Printemps Max RichterCliquez sur l’image

Dans son oratorio Les Saisons (1799 – 1801), HAYDN met évidemment le printemps en musique.

Haydn Les Saisons le printempsCliquez sur l’image

En 1802, BEETHOVEN écrit sa sonate pour piano et violon Le printemps. Écoutons le sublime mouvement lent.

Beethoven sonate le printemps 2e mvtCliquez sur l’image

Dans son très romantique recueil de mélodies Liederkreis (1840), Robert SCHUMANN termine par un Frühlingsnacht (Nuit de printemps.)

Schumann Liederkreis FrühlingstnachtCliquez sur Dietrich F.D.

Dans sa « Vilanelle » des Nuits d’été (1841), BERLIOZ fait chanter le printemps.

Berlioz Nuits d'été vilanelleCliquez sur Hector B.

Dans La Walkyrie (1855) de WAGNER, c’est l’entrée du printemps, passionné, dans la maison où se trouvent Sieglinde et Siegmund, qui révèle leur amour.

Wagner Walkyrie le printempsCliquez sur Jonas K.

RACHMANINOV a écrit sa cantate pour baryton, chœur et orchestre Le printemps, opus 20, en 1902. Écoutons-en le début.

Rachmaninov Le printemps (début)Cliquez sur l’image

 

Grandes maisons d'Opéra, Uncategorized

L’OPÉRA DE VIENNE S’INVITE CHEZ VOUS

Comme le MET et l’Opéra de Paris, le Wiener Staatsoper (Opéra d’État de Vienne), qui est fermé pour cause de coronavirus, a décidé de mettre en ligne un certain nombre de ses programmes, à raison d’un par jour.

https://www.wiener-staatsoper.at/die-staatsoper/aktuelles/detail/news/die-wiener-staatsoper-ist-geschlossen-spielt-aber-taeglich-online/

L’Opéra de Vienne a été inauguré en 1869.

Parmi les chefs d’orchestre qui l’ont dirigé, on peut mentionner Gustav MAHLER, de 1897 à 1907 (avant qu’il ne parte au MET de New York), ou Richard STRAUSS de 1919 à 1924.

Parmi les créations propres à cet opéra, on peut noter La Femme sans ombre de STRAUSS (à voir le 1er avril) en 1919.

18. März 2020: Die Walküre (La Walkyrie) de WAGNER

Wagner Die Walküre WSOCliquez sur l’image

19. März 2020: Falstaff de VERDI

Verdi Falstaff WSOCliquez sur l’image

20. März 2020: Tosca de PUCCINI

Puccini Tosca WSOCliquez sur la Tosca

21. März 2020: La Cenerentola de ROSSINI

22. März 2020: Siegfried de WAGNER

23. März 2020: Tosca de PUCCINI

24. März 2020: L’elisir d’amore de DONIZETTI

Donizetti L'Élixir d'amour WSOCliquez sur l’image

25. März 2020: La cenerentola de ROSSINI

26. März 2020: Tosca de PUCCINI

27. März 2020: Le nozze di Figaro de MOZART

28. März 2020: Götterdämmerung de WAGNER

Wagner Götterdämmerrung WSOCliquez sur l’image

29. März 2020: Roméo et Juliette de GOUNOD

Gounod Roméo & Juliette WSOCliquez sur Juliette

30. März 2020: Le nozze di Figaro de Mozart

31. März 2020: L’elisir d’amore de Donizetti

1. April 2020: Die Frau ohne Schatten (la Femme sans ombre) de Richard STRAUSS

Strauss La Femme sans ombre WSOCliquez sur l’image

2. April 2020: Peer Gynt de GRIEG.

Compositeurs, Compositrices, Historique, littérature, Oulipo, Uncategorized

QUELQUES (AUTRES) FEMMES COMPOSITRICES

Ce n’est pas parce que le 8 Mars est la journée internationale des Femmes (en France, on ajoute des droits des Femmes) qu’il faut en conclure que les 365 autres jours de l’année sont des journées de l’homme, messieurs (😉)

Après, donc, une première sélection de femmes compositrices parue en 2019, en voici une nouvelle avec des compositrices tout aussi passionnantes.

Hildegarde de BINGEN (1098 – 1179) est une des premières femmes compositrices recensée. Son activité ne se limitait pas à la composition, c’était aussi une femme de lettres et une théologienne, récemment reconnue comme Docteur de l’Église (une des quatre femmes à obtenir cette reconnaissance).

hildegarde von Bingen O JerusalemCliquez sur l’image

Maria Theresia von PARADIS (1759 – 1824) était une pianiste, chanteuse et compositrice viennoise pour qui MOZART aurait composé son dix-huitième concerto pour piano.

Von Paradis SicilienneCliquez sur l’image

Louise FARRENC (1804 – 1875), élève de CLEMENTI, REICHA ET HUMMEL, a enseigné le piano au Conservatoire de Paris.

Farrenc symphonie n 3 finalCliquez sur l’image

Augusta HOLMÈS (1847 – 1903) a publié ses premières partitions sous un pseudonyme masculin. Elle a écrit un opéra, la Montagne noire. Camille SAINT-SAËNS lui demande de l’épouser, mais c’est avec le poète Catulle MENDÈS qu’elle a une liaison et ses enfants.

Holmès BarcarolleCliquez sur l’image

Germaine ALBERT-BIROT (1877 – 1931) a écrit, avant Francis POULENC, une musique pour les Mamelles de Tirésias, d’APOLLINAIRE. Proche du mouvement Dada, elle a écrit de la musique Dada.

Germaine Albert Birot Dada 3Cliquez sur Dada

Kaija SAARIHAO, Finlandaise née en 1952, est l’auteure (notamment) de quatre opéras, dont deux écrits sur un livret d’Amin MAALOUF : Adriana Mater et l’Amour de loin. Elle a aussi écrit Graal Théâtre, un concerto de violon d’après l’œuvre du mathématicien et écrivain oulipien Jacques ROUBAUD.

Saariaho Graal ThéâtreCliquez sur le livre

Pour en savoir plus :

Hildegarde von BINGEN

Louise FARRENC

 

 

cinéma, Compositeurs, Historique, Mythologie, Uncategorized

Camille SAINT-SAËNS

Camille SAINT-SAËNS est né à Paris en 1835. Son père meurt quand il a deux mois, et il est élevé par sa mère, peintre, qui veut faire de son fils un artiste. Il apprend le piano avec une grand-tante, et se révèle vite être un enfant prodige. À onze ans, il donne son premier concert, où il joue le 3concerto de Beethoven. Il entre au Conservatoire de Paris en 1848, où il a GOUNOD comme professeur de composition. Il se distingue de ses petits camarades compositeurs français en n’obtenant pas le Grand Prix de Rome, et il sort du Conservatoire avec un prix d’orgue.

En 1853, à la sortie du Conservatoire, il est titulaire de l’orgue de Saint-Merri, où il se fait remarquer par BERLIOZ et LISZT. Avec un tel parrainage, il n’est pas étonnant qu’il se soit distingué plus tard avec ses poèmes symphoniques (Liszt est considéré comme « l’inventeur » du poème symphonique.) En 1857, il prend les commandes des grandes orgues de La Madeleine à Paris, où il restera 20 ans.

En 1861, il est professeur de piano dans une école de musique à Paris, où il a comme élève Gabriel FAURÉ et André MESSAGER. Pour le piano, il écrit cinq concertos, dont un en dix-sept jours seulement pour permettre à son ami Anton RUBINSTEIN d’avoir quelque chose de neuf à jouer lors d’un séjour à Paris. En 1870, il s’installe en Angleterre et a l’occasion de jouer devant la reine Victoria. Il produit également de la musique de chambre (sonate pour piano et violoncelle, rondo capricioso pour violon [1870]).

Saint-Saëns sonate piano violoncelle no 1Cliquez sur la pianiste et le violoncelliste (et la tourneuse de pages)

En 1871, de retour en France, il fédère autour de lui un groupe de jeunes musiciens français, et fonde la Société nationale de musique, pour défendre une musique conforme au génie français (on sortait alors de la guerre perdue contre la Prusse), société à laquelle adhèrent notamment César FRANCK ou son élève Gabriel Fauré.

En 1872, il compose un premier opéra, La Princesse Jaune, qui est un échec. Ses poèmes symphoniques qui datent de la même décennie connaissent plus de succès (Le rouet d’Omphale en 1871, Phaéton [1873] d’après les Métamorphoses d’OVIDE, La Danse Macabre en 1874…)

Saint-Saëns PhaetonCliquez sur l’image

En 1875, il se marie, mais son mariage est un échec. Après la mort de ses deux enfants en 1878, il se sépare de sa femme et assume désormais son homosexualité. 1875 est aussi l’année de sa première tournée à Saint-Pétersbourg, où il dirige La Danse Macabre.

Saint-Saëns la danse macabreCliquez sur l’orchestre

En 1877, il reçoit une forte somme de la part d’un mécène, qui meurt cette même année. Il écrit son chef-d’œuvre (pour l’opéra) Samson & Dalila (créé par Liszt en 1877 à Weimar).

Saint-Saëns Samson et Dalila Printemps qui commenceCliquez sur Dalila

En 1878, il crée son Requiem à la mémoire de son mécène. Il fait jouer les poèmes symphoniques de son ami Liszt en France.

Dans les années 1880, il entre à l’Académie des beaux-arts et reçoit la Légion d’honneur. En 1883, il compose l’opéra Henry VIII, et en 1886, sa monumentale Symphonie avec orgue, (dédiée à la mémoire de Liszt) et le délicieux Carnaval des animaux.

Saint-Saëns symphonie avec orgueCliquez sur l’organiste

Saint-Saëns le carnaval des animauxCliquez sur les animaux

À partir de 1888, après la mort de sa mère, il se met à voyager, notamment en Algérie et en Égypte, où il subit l’influence des musiques orientales (son cinquième concerto de piano est appelé « l’égyptien »).

En 1906, lui qui a déjà joué partout en Europe part en tournée aux États-Unis. En 1908, il est également le premier compositeur de musique de film (L’assassinat du duc de Guise). Il meurt à Alger en 1921.

Saint-Saëns autographe(autographe de Saint-Saëns, collection de l’auteur de ce blog)

Contes et légendes, littérature, Mythologie, poésie, Uncategorized

LES MÉTAMORPHOSES D’OVIDE (3)

Après les livres I à IV des Métamorphoses d’Ovide, continuons notre lecture de cette anthologie des contes et légendes connus au début de notre ère.

Nombreux sont les humains qui ont voulu se comparer aux dieux, et qui en ont été punis.

Ainsi dans le livre VI, Ovide nous raconte les aventures d’Arachné, cette tisseuse si prodigieuse qu’elle prétendait être meilleure tisseuse que la déesse Athéna elle-même. À l’issue d’un concours organisé entre elles, Arachné remporta la palme. Furieuse Athéna se précipita sur elle et la chassa. Arachné réfugiée dans sa chambre se pendit. Quand elle la vit ainsi suspendue à la corde, Athéna eut enfin pitié et lui rendit la vie, mais en la transformant en araignée condamnée à tisser toute sa vie.

Rufus Wainwright ArachneCliquez sur Rufus Wainwright

Ovide nous présente ensuite Niobé, fille de Tantale (lui-même fils de Zeus) qui se vanta du nombre et de la beauté des enfants qu’elle avait engendrés, se moquant de Léto qui n’avait donné naissance qu’à Artémis et Apollon (ce qui n’est déjà pas si mal). Furieux, les dieux firent en sorte que les deux enfants de Léto tuent tous les enfants de Niobé.

Steffani Niobe JarrouskyCliquez sur l’image

En 1951, c’est BRITTEN qui mettra en musique le mythe de Niobé dans ses 6 Métamorphoses d’après Ovide.

Britten Métamorphoses NiobéCliquez sur le hautboïste

Après nous avoir parlé du mythe d’Icare, qui s’est brûlé les ailes pour s’être approché trop près du soleil, Ovide aborde ensuite le mythe de Philémon et Baucis. Philémon et Baucis forment un couple de vieillards vivant de peu. Zeus et Hermès, déguisés en hommes, frappent à toutes les portes en demandant l’asile. C’est finalement chez Philémon et Baucis qu’ils trouvent le meilleur accueil, les deux vieillards se privant pour bien honorer leurs hôtes. Zeus leur donne le privilège d’être transformés en arbres enlacés après leur mort, afin que rien ne les sépare.

Cette légende a connu bien des fortunes en musique, puisqu’elle a inspiré tant HAYDN et GLUCK que GOUNOD (Philémon et Baucis [1860]).

Gounod Philémon et Beaucis O riante natureCliquez sur l’image

Ovide nous narre ensuite le mythe d’Orphée que l’on trouve aux livres X et XI. Je ne reviendrai pas dessus ici, puisque ce mythe qui sert de déclencheur à l’opéra, avec l’Orfeo de MONTEVERDI a donné lieu à un des tout premiers billets de ce blog.