Mes opéras préférés

L’ORFEO de Monteverdi

L’Orfeo (1607) de MONTEVERDI est souvent considéré comme le premier opéra de l’histoire. Il a été commandé à Monteverdi par le duc de Mantoue qui voulait rivaliser avec les fastes de la cour des Médicis, où l’on avait représenté en 1600 Euridice, de Jacopo PERI à l’occasion du mariage de Henry IV avec Marie de Médicis.

Et pour commencer ce voyage en opéra, je vous propose la symphonie d’ouverture, magistralement interprétée par Jordi Savall.

Acte I : Nymphes et bergers célèbrent les noces d’Orphée et Eurydice avant de se rendre au temple d’Apollon, le père d’Orphée, pour lui rendre hommage.

Acte II : Orphée et les bergers célèbrent Pan quand on annonce une funeste nouvelle, Eurydice, mordue par un serpent, est morte. Après une douloureuse complainte, Orphée décide d’aller chercher son Eurydice en enfer.

Acte III : Orphée guidé par Espérance arrive aux portes de l’enfer. Là, Espérance le laisse car, comme chacun sait depuis DANTE « Vous qui entrez ici, laissez toute espérance ». Charon lui interdit l’entrée, mais Orphée insiste. Jouant de sa lyre, il endort Charon et lui vole sa barque pour traverser le Styx.

Acte IV : Aux enfers, Proserpine émue par l’amour d’Orphée pour Eurydice supplie son époux Pluton d’exaucer sa prière. Pluton accepte à condition que, sur le chemin du retour, Orphée ne porte pas son regard sur Eurydice. Mais entendant du bruit derrière lui, il se retourne et la voit. Il perd à nouveau Eurydice tandis qu’on le reconduit vers le monde des vivants.

Acte V : De retour sur terre, Orphée inconsolable chante sa détresse, mais nul sinon l’écho ne répond à sa voix, répétant la fin de chacune de ses phrases. La folie s’empare de lui et Apollon descendant du ciel lui reproche de s’être laissé emporter par son hybris. Il l’invite à rejoindre le ciel où il jouira de l’immortalité et pourra contempler l’image de sa bien-aimée. Après son apothéose, le chœur des bergers et des nymphes chante la gloire de celui qui vécut sur terre, souffrit sa passion, descendit aux enfers avant de monter rejoindre son père au ciel (ça ne vous rappelle pas quelqu’un?)

1 réflexion au sujet de “L’ORFEO de Monteverdi”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s