écrivains, bande dessinée, littérature

Gustave FLAUBERT

Gustave FLAUBERT est un écrivain né à Rouen en 1821 et mort en 1880. Son style est reconnaissable par le souci qu’il avait de trouver le mot le plus juste, et par-dessus tout, le rythme de la phrase.

Si vous avez lu Madame BOVARY (1856) de l’ami Tatave, vous vous souvenez peut-être de ce chapitre où Emma va écouter Lucia di Lammermoor, de DONIZETTI, à l’Opéra de Rouen.

donizetti Lucia air de la folieCliquez sur Lucia

Il faudra attendre presque un siècle pour que ce roman soit adapté à l’opéra. En 1933, Darius MILHAUD écrit deux chansons sur ce thème, puis en 1951, c’est un autre Rouennais, Emmanuel BONDEVILLE, qui l’adapte dans un opéra-comique.

Bondeville Emma BovaryCliquez sur la partition

Salammbô (1857 – 1862) semble avoir une forme faite pour l’opéra. C’est à VERDI que Flaubert pense dès la fin de 1862 pour mettre son roman en musique, mais ce projet ne se réalisera pas. En 1863 – 1864, MOUSSORGSKI travaille au Lybien, un projet d’opéra d’après Salammbô. Finalement, c’est le post-wagnérien REYER (1823 – 1909) qui compose en 1890 un opéra inspiré de ce roman, opéra qui connaîtra un beau succès à son époque.

Reyer SalammbôCliquez sur Salammbô

Encore en 1998, le compositeur FÉNELON crée son Salammbô. Parmi les projets non aboutis de mise en musique de ce roman, on peut encore citer ceux de DEBUSSY ou de RACHMANINOFF.

Le conte Hérodias, tirés des trois contes (1877) servira à MASSENET pour son opéra Hérodiade (1881). C’est ce même sujet biblique qui inspirera MALLARMÉ pour son Hérodias, qui deviendra Salomé sous la plume de Richard STRAUSS.

Massenet HérodiadeCliquez sur l’image

De Flaubert, on connaît le Dictionnaire des idées reçues (publié à titre posthume en 1913). Si on le feuillette, on trouve :

à l’entrée Opéra : « Paradis de Mahomet sur la terre. »

à l’entrée WAGNER : « Ricaner quand on entend son nom, faire des plaisanteries sur la musique de l’avenir. »

Enfin, comme j’ai aussi une casquette Bande Dessinée (et une casquette space opera), je m’en voudrai de ne pas citer l’adaptation de Salammbô par Philippe DRUILLET en 1980.

druillet

Pour boucler la boucle, et puisque j’ai commencé ce billet avec l’air de la folie de Lucia di Lammermoor, je vais le terminer avec ce même air en version space opera, puisque Luc BESSON, dans son film le 5e élément fait chanter cet air par une diva galactique, Plavalaguna, qui chante l’air de la folie, de Lucia de Lammermoor, de DONIZETTI.

donizetti Lucia air de la folie le 5e élémentCliquez sur Plavalaguna

(P.S. promis, vous aurez un jour un billet sur le space opera.)

(P.P.S. j’avais presque terminé ce billet quand j’ai découvert le lien suivant, qui m’a permis de l’enrichir. Je vous le livre donc, si vous voulez en savoir plus sur Flaubert et sa mise en musique :

https://journals.openedition.org/flaubert/3546 )

 

 

21 réflexions au sujet de “Gustave FLAUBERT”

  1. Waw super ce billet ( encore une fois) ! Te l’ai jamais dit, mais je l’aime bien, moi, Gustave. Un bon !
    Vivement ce soir ! Je me rejouis de me plonger dans ce billet bien au chaud sous la couette ( ça pèle today)… Allez, enregistré !
    Merci Jean-Louis, un tout grand MERCI 🙏. Des bisous et un bel après-midi a toi. A plus tard. 😘❤🌹

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui, toi aussi tu aimes bien l’ami Tatave !
      Quelle prose ! Salammbô, ça préfigure les Chants de Maldoror, de Lautréamont.
      Je n’ai pas encore fini ses œuvres complètes, mais promis, dès que je suis à la retraite, je m’y remets !
      Très bonne journée à toi, SOlène.

      J'aime

      1. Ah mais voui, c’est vrai, ça: tu n’es qu’en pré -retraite. Nuance !
        La nuance est dans le fait qu’en « pré » on n’a pas encore assez de temps pour (re) lire Flaubert et Balzac.
        Compte sur moi pour te rappeler cette promesse faite un jour d’automne en l’an de grâce 2019
        👅

        Aimé par 1 personne

      2. Yourcenar est tout en haut de ma PAL. Rousseau, j’ai tellement passé de temps dans sa Pleiade que j’en suis imbibée à vie, je crois. Mais j’y reviens de temps à temps à autre. Quant à Balzac, c’est prevu pour dans un avenir proche. Proust, un jour peut-être. Quand je serai en retraite. 😉

        Aimé par 1 personne

      1. Merci Manouchka.
        Tu sais (ou pas), je suis originaire de Rouen, la ville de Gustave FLAUBERT et de son papa Achille (chirurgien de profession), et même de leur quartier (la maison où j’ai grandi était à moins de 100 m du musée Achille Flaubert et de l’Avenue Gustave Flaubert). Donc pour moi, les Flaubert, nonobstant les qualités d’écriture de Gustave (ah Salammbô, ah madame Bovary !), c’est toute ma jeunesse !
        Je te souhaite une excellente fin de journée, Manouchka !

        Aimé par 1 personne

  2. Il a déjà été publié celui-ci, je retrouve mon blabla 😊
    N’empêche je l’aime toujours. Et tu sais quoi ? J’ai commencé mon dernier billet ( planifié pour ce matin) avec une citation de Flaubert. Plus exactement un court extrait d’une lettre qu’il avait écrite à Maupassant.
    En tout cas, ça fait plaisir de revoir ce billet sur le fil.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s