Cinématographe, Compositeurs, littérature, Shakespeare, Théâtre

Antonio SALIERI (1750 – 1825)

Contemporain de MOZART, BEETHOVEN et SCHUBERT, Antonio SALIERI ne connaît pas aujourd’hui une reconnaissance à la hauteur de son talent.

Né dans la région de Vérone en 1750, il part à 15 ans faire ses études musicales à Venise. En 1766, il suit son maître à Vienne où il est présenté à METASTASE et à GLUCK. En 1774, il est nommé compositeur de la Cour et directeur de l’opéra italien de Vienne. Il voyage en Italie et en France pour assister aux représentations de ses opéras. C’est ainsi qu’à Paris, Gluck donne un opéra les Danaïdes sous son propre nom, avant de révéler que Salieri en est l’auteur.

Parmi ses élèves à Vienne, il faut relever les noms de Beethoven et Schubert, déjà cités, mais aussi ceux de LISZT ou de MEYERBEER.

Salieri était à Vienne en même temps que Mozart, mais avec des fonctions et une reconnaissance beaucoup plus importantes que celles de Wolfgang Amadeus. En fait, Salieri admirait l’œuvre de son cadet. Il a écrit plusieurs opéras sur des livrets de Lorenzo DA PONTE, et il a confié à Mozart le livret du Cosi fan Tutte que Da Ponte avait écrit pour lui, n’ayant pas le temps d’en composer la musique.

Une légende colporte que Salieri aurait fait empoisonner ce dernier. C’est POUCHKINE qui est à l’origine de cette infox, dans sa nouvelle intitulée Mozart et Salieri (1830), reprise par RIMSKY-KORSAKOV dans son opéra éponyme (1898).

Rimsky-Korsakov Mozart et SalieriCliquez sur l’image

Au XXe siècle, Peter SCHOFFER en a fait une pièce, Amadeus, brillamment portée à l’écran par Milos FORMAN.

Forman Amadeus affiche

Ne cliquez par sur l’affiche

Parmi les nombreux opéras de Salieri, on peut citer un Don Quichotte (Don Chisciotte alle nozze di Gamace) (1771) d’après CERVANTES,

Salieri Don QuichotteCliquez sur l’image

un Armida (1771) d’après Le TASSE,

Salieri ArmidaCliquez sur l’image

la Locandiera d’après GOLDONI,

Salieri la LocandieraCliquez sur l’image

Semiramide sur un livret de Métastase et les Horaces (1786), d’après CORNEILLE,

Salieri les horacesCliquez sur l’image

Tarare (1787) sur un livret de BEAUMARCHAIS,

Salieri tarareCliquez sur l’image

ou encore Falstaff (1799) d’après SHAKESPEARE.

Salieri FalstaffCliquez sur l’image

Avec le XIXe siècle, Salieri se consacre de la musique pour son employeur, l’empereur François II, et à de la musique religieuse (Te Deum, Requiem). Il devient malade en 1820. Il prend sa retraite et meurt en 1825.

 

15 réflexions au sujet de “Antonio SALIERI (1750 – 1825)”

      1. Certainement, et Mozart était un auteur prolifique et toujours endetté. A l’époque, il n’y avait pas de droits d’auteur. Aussi, Saliéri ne devait pas supporter cette dure concurrence.

        J'aime

  1. Oui, on connait surtout Salieri pour sa rivalité supposée avec Mozart, qu’il n’a pas empoisonné, certes. N’empêche que sur la fin de sa vie, et alors qu’il perdait la boule, c’est ce qu’il disait, Salieri, qu’il avait empoisonné Mozart ( ce qui est totalement improbable) . Mais c’est de là que la légende est partie, avec l’aide de Pouchkine. 😊
    Sans aucun doute un compositeur de talent ce Salieri, mais oublié face au génie de Mozart. Même le fils de Mozart ( dont Salieri s’est occupé justement) a été toute sa vie éclipsé par le génie de son père.
    Bon ben, je m’en vais écouter les morceaux que tu nous a choisis. Et compris, je ne clique pas sur l’affiche du film. Bonne soirée monsieur Toutlop’.

    Aimé par 1 personne

    1. Je serai peut-être moins catégorique que toi concernant Mozart et Salieri.
      L’Encyclopédie Universalis spécifie même que, avant sa mort, il s’est expressément défendu d’avoir fait empoisonner Mozart, comme la rumeur l’en accuse.
      En attendant, pour avoir écouté pas mal d’extraits de sa musique pour composer ce billet, la tonalité générale que j’en tire, c’est que, entendu plus de deux siècles après, c’est du bon Mozart.
      Très bonne soirée à TOi, SOlène.

      Aimé par 1 personne

  2. Oui, Salieri ne méritait sans doute pas sa terrible réputation de mauvais musicien, jaloux et empoisonneur ! Le film de Milos Forman a complètement démoli le personnage.
    Là, en écoutant les extraits, je trouve sa musique plutôt pas mal et très inspirée par Mozart.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord avec toi, Marie-Anne. Quand j’ai recherché des extraits significatifs de son œuvre pour écrire ce billet, la tonalité générale que j’en ai retenu est que ça « sonnait » comme du Mozart, et même comme du bon Mozart.
      Je te souhaite une bonne soirée.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s