Écrivains, Cinéma, littérature, Théâtre

Alexandre POUCHKINE (1799 – 1837)

J’en parlais dans le récent billet sur la Dame de pique, voici un billet sur Alexandre POUCHKINE (1799 – 1837). Ce fils de la noblesse russe, ce romantique russe, né le 26 mair 1799 à Moscou, a beaucoup écrit de contes, nouvelles et pièces de théâtre pendant sa courte vie. Il est mort à Saint-Pétersbourg le 29 janvier 1837 à 37 ans des suites d’un duel d’honneur. Sa femme Natalia fréquentant un officier français, le duel devint vite inévitable. Touché au ventre lors de ce duel, le poète devait décéder deux jours plus tard.

Nombreux sont les opéras qui sont des adaptations de ses écrits.

Le premier compositeur a avoir adapté Pouchkine est Mikhaïl GLINKA, le père de la musique russe. C’était un ami d’enfance de Pouchkine (ils étaient en pension ensemble à Saint-Pétersbourg), et il a mis en musique Rouslan et Ludmila (1837 – 1842), d’après un de ses poèmes épiques.

ruslan et ludmila ouvertureCliquez sur l’image

Son élève DARGOMYJSKI, un autre précurseur de la musique russe, a composé La Roussalka (1856) et Le Convive de pierre (1866 – 1869) d’après deux drames de Pouchkine.

Parmi les monuments mondiaux de l’opéra figure le Boris Godounov (1869 – 1872) que MOUSSORGSKI a composé, d’après Pouchkine.

Mousssorgski Boris Godounov scène du couronnementCliquez sur Boris

TCHAÏKOVSKI a composé ses deux chefs-d’œuvre que sont Eugène Onéguine (1877 – 1878) et La Dame de pique (1890) sur des textes de Pouchkine, et un autre de ses opéras, moins connu, est Mazeppa (1881), adapté d’un poème épique de Pouchkine.

duel onéguineCliquez sur Lenski et Onéguine

L’ami RIMSKI-KORSAKOV a mis en musique Mozart et Salieri (1897), une courte pièce qui fait l’hypothèse que le compositeur SALIERI aurait tué MOZART. C’est de cette pièce de Pouchkine qu’est issu, indirectement, le film Amadeus de Milos FORMAN.

forman amadeusCliquez sur l’image

Rimski-Korsakov a également mis en musique Le Tsar Saltan (1899 – 1900) et Le Coq d’or (1909), d’après des contes écrits par Pouchkine.

rimsky le tsar saltanCliquez sur l’image

Un autre membre du Groupe des cinq, César CUI, a écrit Le Festin en temps de peste (1900) et RACHMANINOV Le Chevalier avare (1904) et Aleko (1892).

rachmaninov alekoCliquez sur l’image

Au XXe siècle, les textes de Pouchkine ont encore inspiré STRAVINSKY avec Mavra (1922) et BRITTEN qui a composé des mélodies pour Galina Vishnevskaïa, la femme de son ami Rostropovitch : The poet’s echo (1965).

briten the poet's echoCliquez sur l’image

21 réflexions au sujet de “Alexandre POUCHKINE (1799 – 1837)”

  1. Un nom célèbre pour une vie brève, c’est le destin tragique des grands « romantiques » : un duel d’honneur et une mort à 37 ans… Ses écrits auront ainsi perpétué son nom.
    Merci et très bon dimanche.

    Aimé par 3 personnes

  2. Alors… alors, tout d’abord cher Jean-Louis, felicitations pour ce superbe billet. A l’heure de ma pause -café religieuse, comment ne pas penser au café Pouchkine à Paris ?
    Et puis Pouchkine, l’honneur du poète bafoué par le galant français de Natalia de son épouse. Le duel et la mort.
    Mourir à 37 ans pour ça ( que pour ça, j’ai envie de dire), pff.
    Une courte vie, mais quelle oeuvre ! Merci de si bien la résumer.
    Je regarderai les vidéos de mon ordi. Donc à plus tard, mon ami.

    Aimé par 2 personnes

      1. Euuuuh non, je ne me qualifierais pas de pilier de bistrot.
        Pour la chanson Nathalie de Bécaud, c’est celle-ci:

        Et de mémoire, j’ai dû lire quelque part qu’à l’époque où Bécaud écrivait sa chanson, il n’existait pas de Café Pouchkine sur la Place rouge.

        Aimé par 1 personne

      2. Je connais cette chanson, j’étais déjà née, tu sais.
        Bon ok, peut-être pas place rouge, mais ailleurs dans Moscou.
        Pour l’heure, je suis Adrien sur C News, mais je reviendrai sur tes billets demain, jeudi. Me suis bien avancée today, en fin d’aprem’. Me sens mieux. 😁

        Aimé par 1 personne

      1. Je pensais que tous les français connaissaient cette histoire:

        Natalia est une femme coquette. Traînant son époux à toutes les fêtes, elle y tombe sous le charme d’un officier alsacien, le baron Georges-Charles de Heeckeren d’Anthès.

        Ce dernier se faisant de plus en plus pressant, les rumeurs de plus en plus venimeuses, Pouchkine tente de provoquer un duel.
        L’affrontement est évité de justesse.

        Le 25 janvier 1837, une lettre anonyme apprend à Pouchkine que Natalia a eu un entretien avec d’Anthès. Le duel entre les deux hommes est inévitable.

        D’Anthès touche le poète au ventre. Pouchkine est décédé des suites de sa blessure deux jours plus tard.

        Son cercueil est ensuite transporté près de sa propriété familiale pour être enterré au monastère Sviatogorski dans le gouvernement de Pskov.

        Après le décès de Pouchkine, d’Anthès fut incarcéré à la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg, puis passa en jugement. Il fut gracié par l’Empereur, puis reconduit jusqu’à la frontière.

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s