histoire, littérature, philosophie

LOUIS XV ET L’OPÉRA

Après mon billet sur Louis XIV, intéressons-nous à son successeur, Louis XV (1710 – 1774). Petit-fils de Louis XIV, il a cinq ans à la mort de celui-ci. Il y a donc une période de régence avant sa majorité (le jour de ses quatorze ans) et son accession au trône.

La période du règne de Louis XV est extrêmement intéressante par le bouillonnement intellectuel qui s’y déroule, période qui assure la transition entre la monarchie absolue que pouvait représenter Loulou XIV et le début de la fin de la monarchie avec Louis  XVI.

Dans le domaine des idées, c’est l’époque des encyclopédistes avec des penseurs tels que DIDEROT et D’ALEMBERT, mais aussi VOLTAIRE et ROUSSEAU. Pour la musique, c’est l’époque de la querelle des lullistes et des ramistes, qui a opposé le style ancien hérité de LULLY et le style nouveau apporté par RAMEAU. C’est aussi la querelle des Bouffons, qui opposa Rameau et Rousseau.

Parmi les compositeurs qui ont œuvré durant le règne de Louis XV, le plus connu est probablement Jean-Philippe RAMEAU (1683 – 1764) qui a écrit La Princesse de Navarre sur un livret de VOLTAIRE, œuvre jouée pour le premier mariage du dauphin Louis (le père de Louis XVI) en 1745, et les Fêtes de l’hymen et de l’amour, opéra-ballet donné pour le second mariage du dauphin en 1747.

Rameau les Fêtes de l'HymenCliquez sur l’image

En 1752, à l’occasion d’une représentation du Mariage secret de PERGOLÈSE à Paris débuta la querelle des Bouffons. En fait derrière cette querelle, c’est une opposition de style profonde qui se révélait, entre Rousseau intéressé par l’expression mélodique qui était « naturelle » et Rameau, plus occupé par l’harmonie que par la mélodie, c’est-à-dire par une conception « culturelle » de la musique. On était donc en pleine opposition nature/culture. Dans cette querelle qui a occupé bien des intellectuels à cette époque, la reine a soutenu le clan des Siciliens Italiens alors que le roi et la Pompadour soutenaient le clan des Français.

Un autre compositeur, moins connu, était Antoine DAUVERGNE (1713 – 1797). Compositeur d’œuvres orchestrales, il passe à la scène avec Enée et Lavinée (1758), sur un livret de FONTENELLE, Hercule mourant (1761) ou encore Persée (1770) sur le livret que QUINAULT avait écrit pour Lully un siècle auparavant. Devenu directeur de l’académie Royale de Musique (l’ancêtre de notre Opéra de Paris), c’est lui qui fera jouer GLUCK quand il viendra à Paris, « recommandé » par son ancienne élève en Autriche, Marie-Antoinette.

Dauvergne Hercule mourantCliquez sur l’image

GRÉTRY (1741 – 1813) est un compositeur né à Liège qui ayant fait ses études musicales à Rome se trouve donc au cœur de l’opposition entre l’école italienne et l’école française. Il quitte Rome pour Genève, et c’est dans cette ville qu’il rencontre Voltaire qui le pousse à venir à Paris. Là, il commence une collaboration avec MARMONTEL. Leur première œuvre commune, Le Huron (1768) d’après l’Ingénu de Voltaire, conduit immédiatement Grétry au succès, succès qui se poursuivra avec Zémir et Azor (1771) et qui lui vaudra une rente royale. Dans La Dame de pique, TCHAÏKOVSKI fait chanter à la vieille comtesse russe un air de sa jeunesse, quand elle vivait à Paris, et rencontrait le roi et la marquise de Pompadour. Cet air est une citation du Richard Cœur de Lion de Grétry.

Grétry Richard Coeur de lion je crains de lui parlerCliquez sur l’image

À Versailles, Louis XV a continué la tâche de Louis XIV en faisant construire sur le domaine l’Opéra Royal, qui sera inauguré en 1770.

Louis XV meurt en 1774, l’année où GLUCK, arrivé à Paris en 1773, donne Iphigénie en Aulide (cinq ans avant son Iphigénie en Tauride).

Gluck Iphigénie en Aulide ouvertureCliquez sur l’image

Enfin, on peut noter que dans le délicieux L’Enfant et les sortilèges, COLETTE et RAVEL font discuter un fauteuil et une bergère Louis XV.

Ravel Enfant et Sortilège bergèreCliquez sur le fauteuil et la bergère Louis XV

 

9 réflexions au sujet de “LOUIS XV ET L’OPÉRA”

  1. Magnifiques les orchestrations des premières vidéos…

    La voix soulève la musique et la musique soulève la voix…j’irai donc vers  » Je crains de lui parler la nuit  » – Mady Mesplé, pour ma préférence . J’ai aimé sa voix, agréable….

    Belle découverte que  » L’enfant et les sortilèges  »…..Je me suis bien amusée à visionner.

    Et bien…encore merci…je manque un peu de vocabulaire dans le livre de ma gratitude…😊

    Bonne soirée Jean-Louis
    Becs du Québec 😘🎼🎵🎶

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Manouchka pour ton commentaire encore une fois si bienveillant.
      Pour l’air « Je crains de lui parler la nuit », j’ai hésité à mettre en regard la version / hommage de Tchaïkovski. qu’en penses-tu ?
      Pour l’Enfant et les Sortilèges, c’est toujours un vrai bonheur que de retrouver cette œuvre.
      Je te souhaite une excellente journée. 😘🎼

      J'aime

  2. Bonjour Jean-Louis…

    En prenant mon café ce matin, j’ai écouté en boucle les deux interprétations :  » Je crains de lui parler la nuit  »…
    J’avoue avoir été émue et impressionnée par la prestation et la personnalité imposante de Martha Moedl, dont la voix vieillie, percevable ( était-ce voulu ?) , cadre plus avec le personnage de la vieille dame qui se remémore un air de sa jeunesse.
    Mais, j’ai apprécié la version de Mady Mesplé et sa belle voix douce.

    Voilà mon ami
    À bientôt 😘🎼
    Excellent weekend à toi et….

    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Manouchka. Oui, je pense que cet effet voix vieillie est voulue. L’air est écrit comme ça, pour une vieille comtesse qui se remémore sa jeunesse. C’est un (relativement), petit rôle, mais pour ce que j’ai pu en voir, c’est confiée à d’anciennes grandes chanteuses (comme Martha Moedl), mais qui doivent avoir une très grande technique pour donner cet effet « d’usure », sur un air tout juste murmuré, mais qui doit être entendu dans toute la salle.
      Je te souhaite un très bon ouikènde, et à bientôt, sur ton blogue ou sur celui-ci. 😘🎼

      Aimé par 1 personne

  3. Coucou Jean-Louis 😀. J’espère que tout va bien de ton côté. Sans doute es-tu peut-être en congés où pas…
    Quoi qu’il en soit, tes airs d’opéra étaient très agréable à écouter ce matin…
    La dernière vidéo était surprenante…
    Il ne me reste plus qu’à te souhaiter un bel été.
    Gros bisous et à très bientôt 💋💋 !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s