littérature, Mallarmé, Maria Callas, Oulipo, Poésie

LA CHEVELURE VOL D’UNE FLAMME A L’EXTRÊME, de MALLARMÉ

Après Renouveau de Stéphane MALLARMÉ, je vous propose un autre poème traité à la sauce OuLiPo, choisi dans le riche corpus mallarméen. (Rappel du principe, je prends un poème parmi mes préférés, et j’illustre les images évoquées par ce poème par des citations musicales en rapport avec ces images.)

Aujourd’hui, donc, lisons « La chevelure vol d’une flamme à l’extrême », un poème de 1887 qui est une allégorie de l’idée mallarméenne de la femme, « cette divinité qui n’est que soi ».

La chevelure vol d’une flamme à l’extrême

Debussy Pelléas et Mélisande Mes longs cheveux descendentCliquez sur Mélisande

Occident de désirs pour la tout éployer

Se pose (je dirais mourir un diadème)

Haendel Giulio Cesare Caro Bella Piu amabile beltaCliquez sur l’image

Vers le front couronné son ancien foyer

Mais sans or soupirer que cette vive nue

L’ignition du feu toujours intérieur

Berlioz Béatrix et Bénedict l'amour est un flambeau l'amour est une flamme (Domingo)Cliquez sur l’image

Originellement la seule continue

Dans le joyau de l’œil véridique ou rieur

Une nudité de héros tendre diffame

Celle qui ne mouvant astre ni feux au doigt

Gounod Faust Bijoux CallasCliquez sur Marguerite

Rien qu’à simplifier avec gloire la femme

Accomplit par son chef fulgurante l’exploit

De semer de rubis le doute qu’elle écorche

Ainsi qu’un joyeuse et tutélaire torche

Citations musicales :

La chevelure : DEBUSSY Pelléas et Mélisande air : « Mes longs cheveux descendent » de l’acte III.

un diadème : HAENDEL Giulio CESARE in Egitto duo « Caro ! Bella ! Piu amabile belta ». À la fin de cet opéra, César remet le diadème royal à Cléopâtre et ils se déclarent leur amour.

L’ignition du feu toujours intérieur : BERLIOZ Béatrix et Bénédict, air « l’Amour est un flambeau, l’amour est une flamme ».

ne mouvant astre ni feux : GOUNOD Faust Air des bijoux.

Et pour vous permettre d’apprécier ce poème sans être géné(e) par mes disgressions musicales, le voici dans sa version originale.

10 réflexions au sujet de “LA CHEVELURE VOL D’UNE FLAMME A L’EXTRÊME, de MALLARMÉ”

  1. Comme je n’ai pas tout compris au poème, je vais te faire un commentaire incompréhensible :
    Âge – ride – émeuve – hoir – Cybelle – ans – semi – roue – are

    Je plaisante, j’aime bien ce poème. Même sans tout comprendre on est bercé par sa musicalité.

    Aimé par 1 personne

  2. Bon jour J-L ( il se fait tard, mais je sais que tu ne me liras que demain matin)…

    Alors… à propos du poème: pas facile facile à comprendre en première lecture. Mais Mallarmé disait lui-même que « le poème est un mystère dont le lecteur doit trouver la clef ». Et en effet, avec celui-ci, allégorique ( tiens tiens, ça me rappelle qq chose ) basé sur l’inversion et l’ ellipse, entre figures de style, absences de mots liens et sauts dans le temps, il a fait fort Mallarmé. Les lecteurs sont gâtés. D’aucuns diront peut-être qu’ils la cherchent encore, cette clef.

    Bon, parlons peu (mais bien), parlons musique : je me suis très bcp régalée avec tes choix musicaux. Cela ne t’étonnera point. Aussi qu’est-ce qu’on dit avant de quitter les lieux ? MERCI monsieur Toutlop’. C’était (trop) bien, je reviendrai.

    Toute belle journée de lundi et très très bonne semaine à toi. A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. Et de fait, le lendemain matin, je lis ton commentaire. 🙂
      Parmi les poèmes de Mallarmé traités sur ce blog, celui-ci est certainement un des plus difficiles à percevoir le sens.
      On peut y voir une allégorie de la femme (dixit Mallarmuche) représentée par sa chevelure (comme l’avait déjà fait Baudelaire), chevelure abondante et rousse (comme le feu).
      On peut aussi y voir beaucoup d’autres choses, et heureusement, car c’est un peu triste (et anti-poétique) que de vouloir forcer le poème à révéler ses secrets. On n’est pas des profs de français, quand même !
      Excellent début de semaine à TOi, SOlène.

      Aimé par 1 personne

      1. Ben oui, d’accord, mais c’est pas moi, c’est Mallarmé qui le dit: c’est au lecteur de trouver la clef.
        ( je ne l’ai même pas cherchée, d’abord)
        Euh, quoi comme autres choses, par exemple ?
        😀

        Aimé par 1 personne

  3. Sympa le coup de la perruque sur le canapé 😀
    Ce poème parait très hermétique mais l’agencement des mots et des sonorités est très agréable !
    Bonne journée Jean-Louis ! Et cette fois-ci je pars vraiment en vacances pour de bon 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s