Mes opéras préférés

LA DAME DE PIQUE de TCHAÏKOVSKI

La Dame de pique est un opéra de TCHAÏKOVSKI composé sur un livret de son frère Modeste d’après une nouvelle de POUCHKINE, et créé à Saint-Pétersbourg en 1890. C’est avec Eugène Onéguine un des deux plus connus de ce compositeur, et on y retrouve sa francophonie, notamment avec le chœur d’enfants introductif et avec le personnage de la Comtesse qui se rappelle sa jeunesse à Paris.

 Acte I : Le rideau se lève à Saint-Pétersbourg, au parc où les gouvernantes emmènent les enfants. On voit ceux-ci jouer les petits soldats, comme dans Carmen de BIZET que Tchaïkovski révérait. Sourine et Tchékalinski parlent de leur ami Herrmann. Celui-ci, taciturne, passe ses nuits dans les cercles de jeu, mais sans toucher aux cartes. Herrmann se confie à Tomski : il est amoureux d’une belle et riche inconnue.

Le Prince Eletski se joint à ses amis pour annoncer son mariage. Tout le monde s’en réjouit, sauf Herrmann tout à son désespoir. Alors que Lisa approche avec sa grand-mère, la comtesse, Herrmann reconnaît en Lisa sa belle inconnue. L’air sombre de Herrmann fait peur aux deux femmes qui l’ont déjà remarqué tournant autour d’elles. Tomski raconte une anecdote sur la comtesse. Dans sa jeunesse, elle avait perdu sa fortune au jeu à Paris. En échange d’un rendez-vous galant avec le comte de Saint-Germain, elle avait obtenu le secret de trois cartes gagnantes, qui lui avaient permis de regagner sa fortune. Sourine et Tchékalinski, par plaisanterie, proposent à Herrmann d’obtenir ce secret, mais Herrmann, lui, ne pense qu’à obtenir l’amour de Lisa. L’orage se déchaîne sur le parc.

Dans son salon, Lisa fait de la musique avec ses amies (Duo).

dame de pique duo lisa paulineCliquez sur l’image

Son amie Pauline chante une chanson mélancolique, puis pour consoler Lisa, un air populaire russe que toutes reprennent en chœur. La gouvernante vient les gronder de la part de la Grand-Mère, disant que c’est l’heure d’aller se coucher. Restée seule dans sa chambre, Lisa confie son chagrin à la nuit. Elle n’aime pas Eletski, c’est vers Herrmann que vont ses pensées. Herrmann apparaît à la fenêtre et lui confie son amour, et son souhait de mourir maintenant qu’il sait qu’elle va se marier avec un autre. Il se cache lorsque la comtesse vient dire à Lisa qu’il est l’heure de se coucher, mais en la voyant, il se rappelle le secret des trois cartes de la comtesse. Il renonce à la mort à laquelle il aspirait pour s’en emparer. Quand ils sont à nouveau seuls, il supplie Lisa qui finit par céder et se donne à lui.

 Acte II : Lors d’un bal, le Prince Eletski s’étonne de la froideur de sa fiancée. Déclarant son amour dans un air plein de noblesse, il dit à Lisa que si elle ne l’aime pas, il est prêt à renoncer à elle pour assurer son bonheur.

dame de pique amour herrmannCliquez sur l’image

Herrmann paraît, obsédé par le secret des trois cartes. Sourine et Tchékalinski poursuivent leurs plaisanteries au sujet des trois cartes de la comtesse.

Suit une très mozartienne pastorale sur le thème de l’amour triomphant de la richesse. Quand Herrmann se trouve face à face avec la comtesse, l’idée des richesses qu’il pourrait obtenir avec les trois cartes le hante.

dame de pique pastoraleCliquez sur l’image

Lisa lui confie une clé qui lui permettra de la rejoindre la nuit dans sa chambre, en passant par celle de sa grand-mère. Il accepte le rendez-vous de Lisa, mais c’est bien le secret de la comtesse qu’il compte ravir.

Herrmann pénètre dans la chambre de la comtesse. Entendant des bruits de pas, il se cache et la vieille dame entre avec ses suivantes. Se remémorant sa jeunesse, elle évoque les réceptions auxquelles elle allait à Paris. (Air de Grétry qui personnellement m’émeut toujours : « Je crains de lui parler la nuit ».)

dame de pique comtesseCliquez sur l’image

Comme elle s’assoupit, elle voit Herrmann se dresser devant elle, qui la menace et lui demande de révéler son secret. Terrifiée, elle meurt sans parler. Lisa entre alors et réalise que ce n’est pas pour elle que Herrmann est venu, mais pour le secret de sa grand-mère.

Acte III : Après un prologue orchestral, le rideau s’ouvre sur Herrmann lisant une lettre de Lisa, qui lui donne rendez-vous à la nuit pour lui permettre de se disculper de la mort de sa grand-mère. Dans un demi-sommeil, Herrmann revit les événements de la nuit précédente, il croit entendre un requiem, il veut fuir, mais le spectre de la comtesse se dresse devant lui et lui donne la formule des cartes : le trois, le sept, l’as, en lui demandant d’épouser Lisa.

Lisa, qui attend Herrmann, veut croire à son innocence (grand air de Lisa).

dame de pique air de lisa acte IIICliquez sur l’image

Quand il arrive enfin, il répète machinalement les mots d’amour que Lisa lui dit. Il est obsédé par l’idée d’aller à la salle de jeu. Finalement, tout à son obsession, il repousse Lisa qu’il ne reconnaît même plus. Désespérée, celle-ci va se jeter dans la Neva.

Le prince Eletski arrive au cercle de jeu. Il déclare aux joueurs qui s’étonnent de sa présence qu’il a perdu sa fiancée et qu’il vient pour se venger. Après une chanson légère de Tomski et un chœur des joueurs, le jeu peut commencer. Herrmann arrive et mise sur les cartes révélées par la comtesse et gagne sur les deux premières. Il remet tous ses gains en jeu sur la troisième carte, et le prince Eletski relève le défi. Herrmann joue donc l’as, mais c’est la Dame de Pique qui sort. Regardant cette carte funeste, il croit voir le visage ricanant de la comtesse. Il se suicide et, en mourant, demande pardon au prince. Il croit voir Lisa, implore son amour, et meurt.

 

14 réflexions au sujet de “LA DAME DE PIQUE de TCHAÏKOVSKI”

  1. Bien le bonjour,
    Bon, cette fois-ci, je reconnais tout de même le nom du compositeur. Et la présentation de La Dame de Pique étant très bien faite, un univers s’ouvre à nous. Je pense que c’est le but et c’est très bien.
    John 😌

    Aimé par 1 personne

    1. Merci John. Ouvrir des portes vers des univers qui nous sont a priori étrangers est effectivement le but (outre le fait de partager ce que j’aime).
      Si tu ne devais cliquer que sur 2 liens, je te conseillerais l’air du Prince au début du 2e acte, et l’air de la Comtesse à la fin du susdit.
      Je te souhaite une excellente journée.

      Aimé par 1 personne

  2. Miracle ! Les liens ont fonctionné . Mais oui sur mon Smartphone. Va comprendre !
    Bon, avant tout: merci. Emportée par ce bel opéra russe, le jeu de l’amour et de la mort…. on aime croire à l’amour triomphant de la richesse. Ne triomphe t’il pas de tout, toujours ? Mais voilà entre le jeu, Lisa et le secret de la grand-mère, on sait bien, on le sent que ce n’est pas gagné. L’atmosphère des bouges de Saint Pétersbourg tt ça et ce romantisme qui détonne, ça donne un petit bijou lyrique dont tu tires ce très très beau billet.
    La pause ( café) finie, je retourne vaquer à mes occupations toute chose. 🙏😘

    Aimé par 1 personne

    1. Merci SOlène. Je suis content que ce billet t’ait plu.
      Eh oui, l’amour vs la passion du jeu, et ce pauvre HERRMANN qui est pris entre les deux, et qui ne maîtrise plus rien de sa vie, semant la mort autour de lui.
      Et en plus TCHAÏKOVSKI a su écrire une partition très particulière entre le post-romantisme tragique tel qu’on peut l’entendre dans ses symphonies et un retour vers le passé avec la citation de GRÉTRY ou l’atmosphère mozartienne de la pastorale.
      Je te souhaite une excellente journée.

      J'aime

  3. M A G N I F I Q U E…!
    Quelle belle présentation…Je ne connaissais pas cet opéra, hormis son compositeur…
    J’aime beaucoup l’histoire et aussi quand tu nous présentes chacun des Actes ainsi que le lien qui s’y rattache. …
    On se croirait au Conservatoire, dans la peau des futurs acteurs et chanteurs à qui on présente l’ opéra dans lequel ils vont jouer. ( Inspiration suite à une série sur l’Opéra de Montréal ) …
    Bravo ….Bonne soirée
    Mes amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Manouchka, je suis vraiment touché par tes commentaires sur mon blog !
      Déjà l’autre fois, tu le qualifiais de professionnel, maintenant , tu le compares à un travail de Conservatoire, vraiment ça me touche.
      Pour moi qui suis depuis peu en pré-retraite, et ai donc du temps pour partager à mon tour tout ce que j’ai eu la chance de recevoir pendant des années, ça me fait vraiment plaisir.
      Ça me fait aussi penser que ce doit être l’époque où je vais pouvoir m’inscrire au Conservatoire, pour faire valider par l’Institution mes savoirs acquis. Qui sait, si un jour je termine mon livre sur l’Opéra, ça pourrait faire sérieux d’avoir un diplôme en musicologie accolé à mon nom. 😉

      Je te souhaite une excellente journée/soirée.

      Jean-Louis

      Aimé par 1 personne

      1. Ce fut un réflexe instantané pour le Conservatoire …Je suis heureuse que tu aies accueilli cette impression avec autant de plaisir…Je te souhaite tellement que ton projet fonctionne…Tu travailles tellement bien et tu investis énormément de ton temps. Ta passion est authentique, sinon ton travail n’aurait pas cette qualité. Diplôme ou pas, je souhaite de tout coeur que ton travail soit un jour reconnu.
        En toute amitié …Excellente soirée également…https://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musique1.gif
        Manouchka

        Aimé par 1 personne

  4. Coucou Jean-Louis 😀.
    Je crois bien que j’aime beaucoup le chat chat kovsky !
    C’était agréable d’écouter ces musiques ce matin…
    C’est très mélodieux… Je connaissais déjà de nom de toute façon mais sans écouter en profondeur…
    Je ne suis pas déçue…
    Merci pour ce partage musical qui adoucira ma journée quelque peu stressante le plus souvent…
    Gros bisous 😀😀

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Cécilou, tu as le bonjour du chat chat kovsky ! 😉
      Je suis heureux que mon blog et ses musiques adoucissent ta journée.
      Sans indiscrétion, qu’est-ce qui rend ainsi tes journées si stressantes ? (Je te pose la question, mais je comprendrai très bien que tu ne répondes pas sur le net…)
      En attendant, passe une très belle journée en musique 🎼.

      Aimé par 1 personne

      1. Ça ne me dérange pas de t’avouer que j’ai toujours été une grande stressée…
        Déjà, durant mes études, les profs me disaient que j’étais surmenée ! C’est pour te dire…
        Pour un rien je suis en mode stress… Et avec le boulot c’est pire… Mais bon, je ne vais pas me plaindre…
        C’est pourquoi le week-end j’essaie au maximum de décompresser, d’écouter des tonnes de chansons et par la même occasion tes airs d’opéras… J’essaierai d’avoir la zen attitude en semaine mais ce n’est pas toujours évident…
        Je te fais de gros bisous Jean-Louis 😀.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s