cinéma, Compositeurs, Historique, Mythologie, Uncategorized

Camille SAINT-SAËNS

Camille SAINT-SAËNS est né à Paris en 1835. Son père meurt quand il a deux mois, et il est élevé par sa mère, peintre, qui veut faire de son fils un artiste. Il apprend le piano avec une grand-tante, et se révèle vite être un enfant prodige. À onze ans, il donne son premier concert, où il joue le 3concerto de Beethoven. Il entre au Conservatoire de Paris en 1848, où il a GOUNOD comme professeur de composition. Il se distingue de ses petits camarades compositeurs français en n’obtenant pas le Grand Prix de Rome, et il sort du Conservatoire avec un prix d’orgue.

En 1853, à la sortie du Conservatoire, il est titulaire de l’orgue de Saint-Merri, où il se fait remarquer par BERLIOZ et LISZT. Avec un tel parrainage, il n’est pas étonnant qu’il se soit distingué plus tard avec ses poèmes symphoniques (Liszt est considéré comme « l’inventeur » du poème symphonique.) En 1857, il prend les commandes des grandes orgues de La Madeleine à Paris, où il restera 20 ans.

En 1861, il est professeur de piano dans une école de musique à Paris, où il a comme élève Gabriel FAURÉ et André MESSAGER. Pour le piano, il écrit cinq concertos, dont un en dix-sept jours seulement pour permettre à son ami Anton RUBINSTEIN d’avoir quelque chose de neuf à jouer lors d’un séjour à Paris. En 1870, il s’installe en Angleterre et a l’occasion de jouer devant la reine Victoria. Il produit également de la musique de chambre (sonate pour piano et violoncelle, rondo capricioso pour violon [1870]).

Saint-Saëns sonate piano violoncelle no 1Cliquez sur la pianiste et le violoncelliste (et la tourneuse de pages)

En 1871, de retour en France, il fédère autour de lui un groupe de jeunes musiciens français, et fonde la Société nationale de musique, pour défendre une musique conforme au génie français (on sortait alors de la guerre perdue contre la Prusse), société à laquelle adhèrent notamment César FRANCK ou son élève Gabriel Fauré.

En 1872, il compose un premier opéra, La Princesse Jaune, qui est un échec. Ses poèmes symphoniques qui datent de la même décennie connaissent plus de succès (Le rouet d’Omphale en 1871, Phaéton [1873] d’après les Métamorphoses d’OVIDE, La Danse Macabre en 1874…)

Saint-Saëns PhaetonCliquez sur l’image

En 1875, il se marie, mais son mariage est un échec. Après la mort de ses deux enfants en 1878, il se sépare de sa femme et assume désormais son homosexualité. 1875 est aussi l’année de sa première tournée à Saint-Pétersbourg, où il dirige La Danse Macabre.

Saint-Saëns la danse macabreCliquez sur l’orchestre

En 1877, il reçoit une forte somme de la part d’un mécène, qui meurt cette même année. Il écrit son chef-d’œuvre (pour l’opéra) Samson & Dalila (créé par Liszt en 1877 à Weimar).

Saint-Saëns Samson et Dalila Printemps qui commenceCliquez sur Dalila

En 1878, il crée son Requiem à la mémoire de son mécène. Il fait jouer les poèmes symphoniques de son ami Liszt en France.

Dans les années 1880, il entre à l’Académie des beaux-arts et reçoit la Légion d’honneur. En 1883, il compose l’opéra Henry VIII, et en 1886, sa monumentale Symphonie avec orgue, (dédiée à la mémoire de Liszt) et le délicieux Carnaval des animaux.

Saint-Saëns symphonie avec orgueCliquez sur l’organiste

Saint-Saëns le carnaval des animauxCliquez sur les animaux

À partir de 1888, après la mort de sa mère, il se met à voyager, notamment en Algérie et en Égypte, où il subit l’influence des musiques orientales (son cinquième concerto de piano est appelé « l’égyptien »).

En 1906, lui qui a déjà joué partout en Europe part en tournée aux États-Unis. En 1908, il est également le premier compositeur de musique de film (L’assassinat du duc de Guise). Il meurt à Alger en 1921.

Saint-Saëns autographe(autographe de Saint-Saëns, collection de l’auteur de ce blog)

21 réflexions au sujet de “Camille SAINT-SAËNS”

    1. Merci Marie-Anne !
      Tu m’as fait (re)penser à quelque chose que je voulais vérifier. Il y avait à l’époque de SAINT-SAËNS un autre compositeur homosexuel, TCHAÏKOVSKI, qui s’est marié à la même époque. Lui aussi a connu un mariage malheureux (ça s’est quand même terminé par une tentative de suicide de la part de Tchaïkovski), mais il n’a pas reconnu (du moins ouvertement) son homosexualité. Peut-être était-ce plus difficile dans la Russie tsariste et orthodoxe de l’époque.
      Et quand on sait qu’encore aujourd’hui, le maître du Kremlin, qui défend une idéologie violemment anti-homosexuelle, rejette toute référence à une prétendue homosexualité de leur compositeur le plus connu à l’étranger, on se dit qu’il y a encore du travail à faire chez l’humain.
      Bonne soirée à toi.

      Aimé par 1 personne

      1. Je ne sais pas si c’est « à cause de ça » qu’il s’est suicidé. La première tentative de suicide, oui, c’était juste après sa séparation d’avec sa femme.
        La deuxième, qui a « réussi », on ne sait pas trop, mais toujours est-il qu’il n’assumait pas en public son homosexualité (même si dans certaines lettres à caractère privé, il se laissait aller).
        Bonne soirée à toi, Marie-Anne.

        Aimé par 1 personne

      1. Je te rassure, pour les désabonnements il n’y a pas qu’ici que ça le fait. Et j’ai vu dans mes abonnés récents des amis ( alors qu’on se connait depuis des lunes et qu’abonnés ils l’étaient)
        Il ne faut pas chercher à comprendre avec WordPress.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s