Cinéma, Films, Maria Callas, Woody Allen

MATCH POINT, de Woody ALLEN (2005)

Match Point est un film de Woody ALLEN de la décennie 2000 – 2010, sa période européenne, tourné en Angleterre en 2005.

On y entend beaucoup d’airs d’opéra, car le héros, un jeune homme pauvre et ambitieux, cherche à entrer dans une riche famille anglaise, dont la culture classique fait partie de l’ADN. Dès lors, pour courtiser la jeune fille de la maison, il se voit obligé de la suivre à l’opéra, où on le voit s’ennuyer profondément. Il cherche également à se doter d’une culture qui lui ouvrirait la porte de la haute société, aussi le voit-on essayer de lire Crimes et Châtiments, de DOSTOÏEVSKI, avant que de se rabattre sur Ce qu’il faut savoir de Crimes et Châtiments. Ce choix n’est pas innocent, puisqu’il s’agit presque d’un remake du célèbre roman de Dostoïevski.

Le pitch : Chris est un professeur de tennis qui, par ambition, cherche à entrer dans une famille riche. Il parvient à ses fins en épousant Chloé, la fille de cette famille, mais éprouve une passion violente pour Nola, l’ancienne fiancée de Tom, le frère de Chloé (et donc le fils de famille). Écartelé entre les deux femmes, il décide de s’en sortir en tuant Nola, qui menace de révéler sa liaison à Chloé.

Dès le début, on peut entendre l’air « Una furtiva lagrima » extrait de l’Élixir d’amour de DONIZETTI, interprété par CARUSO. Par la suite, cet air servira de fil conducteur en réapparaissant de manière récurrente.

Donizetti l'Élixir d'amour Una furtiva lagrima CarusoCliquez sur la scène d’ouverture

Chris est un professeur de tennis qui se fait embaucher dans un club huppé de Londres. Il rencontre Tom, jeune homme de bonne famille avec qui il se lie d’amitié (pour pouvoir s’introduire dans sa famille). Il se fait passer pour un amateur d’opéra, alors que le père de Tom est un des mécènes de Covent Garden, et Tom l’invite à une représentation de la Traviata de VERDI dans la loge familiale.

Verdi la traviata Un di felice, etereaCliquez sur Alfredo et Violetta

Chris séduit Chloé, la jeune fille de la famille, et se fait embaucher par le père dans sa société. Lors d’une réception de la famille, on peut entendre l’air « Mal reggendo all’aspro assalto » du Trouvère de Verdi.

Verdi Il Trovatore Mal reggendo all'aspro assaltoCliquez sur l’image

Tom a une fiancée, Nola, une actrice américaine qui rate tous ses castings, mais cette fréquentation n’est pas du goût de la mère. Très vite, Chris est attiré par Nola (normal, le rôle est joué par Scarlett JOHANSSON).

Allen Match Point un jeu agressifCliquez sur Chris et Nola

L’idylle continue entre Chris et Chloé, celle-ci lui proposant de lui faire découvrir le monde des galeries et des expositions, et lui lui proposant des cours de tennis. À la sortie d’une exposition chez SAATCHI, on peut entendre l’air « Mia piccirella » de Salvatore Rosa de GOMEZ. Cet air léger sert à chaque fois qu’il s’agit de montrer les moments heureux du couple.

Gomes Salvator Rosa Mia piccirellaCliquez sur le célèbre ténor français

La vie continue pour le quatuor : repas au restaurant, parties à la campagne et séance de ball-trap, sorties à l’opéra. On peut alors entendre l’air « Caro nome » du Rigoletto de Verdi.

Verdi Rigoletto Caro nome (Callas)Cliquez sur Gilda

Chris et Chloé se marient, et Tom rompt avec Nola pour choisir une femme de son rang. Un jour, Chris rencontre dans une galerie d’art Nola. Une liaison s’installe très vite entre eux, et Chris doit jouer entre sa femme Chloé, qui voudrait qu’il lui fasse un enfant, et Nola, qui voudrait qu’il laisse tomber Chloé pour partager sa vie. L’enfant qu’il ne réussit pas à faire avec Chloé, il le conçoit avec Nola, qui refuse d’avorter comme le lui demande Chris. (Air : « Mi par d’udir ancora » [« Je crois entendre encore »] des Pêcheurs de perles de BIZET.)

Bizet les Pêcheurs de perles Mi par d'udir ancora (Caruso)Cliquez sur Chris et Nola

Elle menace alors d’aller voir Chloé et de tout lui raconter. Chris, acculé, conçoit un plan diabolique, il simule un cambriolage chez la voisine de Chloé, tue la voisine, puis attend le retour de Chloé pour la tuer également, comme l’aurait fait un cambrioleur surpris à l’œuvre. Puis, il jette dans la Tamise les bijoux volés (sauf une bague tombée au sol) et reprend sa vie normale auprès de sa femme et de sa belle-famille.

La police le soupçonne, car Nola tenait un journal intime, dans lequel on retrouve bien évidemment sa trace en permanence.

Je ne vous raconterai pas la fin, ne voulant pas espoiler cette histoire. 🙂

Parmi les airs qui constituent la B.O. de ce film figurent, outre les airs déjà cités, le « Arresta ! », extrait du Guillaume Tell de ROSSINI,

Rossini Guillaume Tell Arresta... Quali sguardi !Cliquez sur l’image

l’air « Desdemona rea », extrait d’Otello de Verdi,

Verdi Otello Desdemona rea !Cliquez sur Otello

l’air « O figli, o figli mio » du Macbeth, toujours de Verdi, ainsi qu’un air plus léger quand Chris emmène Chloé voir une des comédies musicales préférées, « I believe my heart » air extrait de The Woman in white de LLOYD WEBER.

16 réflexions au sujet de “MATCH POINT, de Woody ALLEN (2005)”

  1. Bonjour monsieur Toutlopera ( ou presque),

    Waououh ! C’est un concentré de bonheur pour moi, ce billet. 🤩 En tout cas, je me le garde precieusement ( enregistré) pour ce week-end. MERCI infiniment.

    Alors J -1 ? 😊

    En attendant, bonne et belle journée à TOI, Jean-Louis.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu peux attendre le ouikènde, SOlène, le billet ne s’envolera pas !
      Oui, J – 1, hier soir répétition avec l’orchestre et le baryton.
      Demain générale et concert.
      Bonne fin de journée.
      (P.S. quand tu regarderas les vidéos, tu pourras voir Roberto A. et Ermonela J. 😊)

      J'aime

      1. Euh, oui, j’ai bien sûr tout de suite remarqué qu’ en un seul billet, il y avait non seulement ces opéras que j’adore, mes compositeurs préférés et, en plus, Alagna, la Callas et Ermonela J… bref, tt ça tt ça.
        Juste oublié l’essenciel: ce week-end, je ne suis pas là, et ainsi jusqu’à fin octobre et tout novembre ( j’ai accepté des signatures en galerie et salons du livre). Bah, pas grave. Comme tu dis: les billets ne s’envoleront pas.
        Je te… vous souhaite un super concert. A bientôt.

        Aimé par 1 personne

      2. C’est juste que je ne savais pas si tu avais eu le temps de jeter un coup d’œil !
        Merci pour le souhait de super concert, on va donner tout ce que nous avons !
        Bonne soirée (et bonnes séances de dédicaces !), SOlène.

        J'aime

      3. Merci ! Ça va bien se passer (des artistes peintres que je connais bien). Les salons du livre, c’est aussi le bouche à oreille. Du coup, je ne suis plus aussi catégorique pour la suite…

        Et sinon, tu sais, je n’aurais certainement pas rédigé ce premier commentaire si je n’avais pas fait bcp plus que de  » jeter un oeil »…
        Non, j’ai bel et bien lu entièrement ( et attentivement) ton billet, c’est pour ça.
        Mais j’écouterai plus tard les vidéos, même si il n’y a pas encore de temps dans le « plus tard ». Un peu dépassée par les évènements. Il faut que ça se mette en place tout simplement ( question d’organisation avec les déplacements que ça implique)… voilà, voilà 😊

        Bonne soirée à toi également.

        PS: j’aurai sûrement des nouvelles du concert par l’OSE. Tout finit par arriver, tu vois. Trop bien, en tout cas !

        Aimé par 1 personne

  2. Quand j’ai lu ton billet je me suis aussitôt procuré le film et je l’ai visionné, j’ai adoré.
    C’est un rythme beaucoup plus rapide que James IVORY mais les images sont toutes aussi belles, le scénario amusant et les personnages bien décrits (la musique je n’en parle pas, mais « Les pêcheurs de perles » , « L’Élixir d’Amour » et « La Traviata » sont parmi mes opéras préférés. .
    J’attends avec impatience ton prochain billet sur le cinéma.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, John Duff, ça fait plaisir !
      Le prochain billet qui traitera d’un film sera probablement « Guerre et Amour » (1985) du même Woody ALLEN, qui sortira à l’occasion d’un tir groupé autour du 11 novembre, jour du 200e anniversaire de DOSTOÏEVSKI, avec un billet sur Dostoïevski, un sur « De la maison des morts » de JANACEK, inspiré du « Journal d’un disparu », et peut-être, si j’en ai le courage et le temps un sur les mises en scène de Patrice CHÉRERAU.
      Je te souhaite une bonne journée.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s