Elle voulait qu'on l'appelle..., Géographie, Grandes villes

ELLE VOULAIT QU’ON L’APPELLE PRAGUE

Quelle drôle d’idée… comme ne l’a pas chanté Julien CLERC, qui s’était arrêté à Venise.

Prague, aujourd’hui capitale de la Tchéquie, est une ville au riche passé historique et culturel. Sans surprise donc, on la retrouve souvent quand on feuillette le grand livre de l’opéra.

Ainsi, le jeune GLUCK se rend à Prague dans sa jeunesse (en 1732). Il y étudie la musique et gagne sa vie comme violoniste.

Une cinquantaine d’années plus tard, c’est pour l’opéra de Prague que MOZART écrit Don Giovanni (1787) et La Clémence de Titus (1791).

Mozart Le Clémence de Titus ouvertureCliquez sur la partition

En 1813, c’est WEBER qui arrive à Prague où il restera trois ans. Il y dirige les opéras de Mozart, Fidelio de BEETHOVEN, mais aussi les œuvres de ses contemporains que sont CHERUBINI, MÉHUL ou BOÏELDIEU.

Dans la famille des compositeurs originaires de cette région, je demande le grand-père :  SMETANA (1824 – 1884). En 1863, il ouvre à Prague une école de musique pour promouvoir la musique tchèque. EN 1866, il devient chef d’orchestre de l’opéra de Prague, dans l’orchestre duquel joue DVORAK. Son premier opéra, Les Brandebourgeois de Bohème (1863), est le premier opéra écrit en langue tchèque. Un autre de ses opéras, la Fiancée vendue, est resté aux programmes de nos concerts, au moins pour son ouverture.

Smetana La Fiancée vendue ouvertureCliquez sur l’orchestre

Dans la famille des compositeurs originaires de cette région, je demande le père : DVORAK (1841 – 1904).

Après avoir joué comme altiste dans l’orchestre de l’opéra et dirigé le conservatoire de New York, il deviendra à la fin de sa vie directeur du Conservatoire de Prague. Il meurt dans cette ville en 1904.

Dvorak danse slave

Dans la famille des compositeurs originaires de cette région, je demande le fils : JANACEK (1854 – 1928).

Né à Brno, en Moravie, il fait ses études à Prague où, en 1874, il rencontre Dvorak qui l’encourage dans sa vocation de compositeur. Sa réputation ne sortira longtemps pas de sa Moravie natale et il faudra attendre la création en 1916 à Prague d’un de ses chefs-d’œuvre, Jenufa, pour qu’il voie s’élargir le cercle de ses admirateurs. Sa dernière œuvre, De la Maison des morts, d’après DOSTOÏEVSKI, fut créée de manière posthume à Prague en 1931. Un autre de ses opéras, l’opéra fantastique l’Affaire Makropoulos (1925), se passe à Prague.

Dans la famille des compositeurs originaires de cette région, je demande le petit-fils : Hans KRÁSA (1899 – 1944).

Né à Prague, il fait ses études auprès de ZEMLINSKY. En 1938, il écrit l’opéra pour enfants Brundibár. En 1942, il est déporté au camp de Theresienstadt où il en réécrit par cœur la partition, en l’adaptant aux instruments disponibles et le fait jouer. Krása meurt à Auschwitz en 1944.

Krasa BrundibarCliquez sur l’image

Dans la famille des compositeurs originaires de cette région, je demande la petite-fille : Vítězslava KAPRÁLOVÁ (1915 – 1945).

Née à Brno, elle commence ses études musicales au conservatoire de cette ville, avant de les compléter à Prague, puis à Paris avec Nadia BOULANGER. Tous ceux qui l’ont connue se sont accordés à lui reconnaître de grandes capacités de compositrice, et de chef d’orchestre, et lui avaient prédit une brillante carrière. Malheureusement, elle meurt à Montpellier en 1945, à l’âge de 30 ans.

Kapralova Con brioCliquez sur la compositrice

10 réflexions au sujet de “ELLE VOULAIT QU’ON L’APPELLE PRAGUE”

  1. Bonjour Jean-Louis
    Je ne pensais pas que Prague et sa région ait pu produire autant de grands musiciens sont certains sont morts très jeunes comme on peut le voir à la fin de ton billet ou dans les camps ce qui n’était malheureusement pas rare dans les années 40.
    Je retiens le nom de Dvorak dont je ne connais que la symphonie du nouveau monde mais quelle symphonie !
    Amitiés et belle journée
    John

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis heureuse de découvrir cette compositrice, Kapralova, dont le quatuor me fait beaucoup penser à ceux de Janacek, que j’écoute très souvent et que j’aime vraiment beaucoup malgré une grande tristesse …
    Dommage qu’elle soit morte si jeune …

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, moi aussi j’étais content de la découvrir !
      Effectivement on peut penser qu’elle serait allée loin si elle n’était morte si jeune !
      En tout cas, je la reprogrammerai le 8 mars prochain, quand je consacrerai un autre billet aux femmes compositrices.

      J'aime

  3. Bonjour monsieur #touloperaoupresque
    Décidément j’entends bcp parler de Prague, ces temps. Qqu’un de ma famille ( par alliance) y vit. Et je viens de lire tout a fait par hasard un billet sur Mozart. Une chronique du film Amadeus par Princecranoir. Vraiment une très très belle plume.
    Merci a toi pour ce beau billet, J-L. Je repasserai en fin de journée pour écouter ces morceaux choisis, je n’ai malheureusement plus beaucoup de temps.
    Bonne journée, à plus tard donc.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour SOlène et merci pour le commentaire.
      Je suis d’accord avec toi sur la qualité de plume de Princecranoir, ces billets sont à la fois bien écrits ET intéressants !
      Repasse quand tu veux écouter la zizique !
      Très_s belle journée à toi.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s