Mythologie

PROMÉTHÉE

Dans la mythologie grecque, Prométhée était le fils d’un titan et de Thémis, la déesse de la justice. Il a trompé Zeus lors d’un sacrifice où il a favorisé les hommes. Le dieu en chef s’est alors vengé sur les hommes en les privant du feu, mais Prométhée le leur rendit.

La seconde vengeance de Zeus fut terrrible, il punit les hommes en leur envoyant la première femme, Pandora (Pandore), porteuse d’une boîte qui contenait tous les maux, qui se répandirent sur les hommes. Quant à Prométhée, il le punit en l’enchaînant à une colonne. Son histoire a été racontée par ESCHYLE dans son Prométhée enchaîné. Prométhée était porteur d’un secret concernant Zeus (je vous le dis parce que c’est vous, mais prométhée moi de ne pas le répéter à plus de deux personnes à la fois) : si Zeus s’unissait à Thétis, il en concevrait un fils qui le détrônerait. Prométhée refusa de livrer son secret, préférant subir chaque jour son supplice : un aigle venait lui boulotter le foie tous les jours, mais Prométhée étant immortel, son foie repoussait toujours. Au bout de quelques siècles, c’est Héraclès qui finira par le délivrer, en tuant l’aigle d’une flèche bien ajustée.

Cette légende a inspiré bien des compositeurs, surtout à partir de l’époque du romantisme où Prométhée représentait l’orgueil humain qui se révoltait contre les dieux.

GOETHE écrira un Prométhée en 1773 alors que Lord BYRON écrira le sien en 1816.

En musique, BEETHOVEN composera la musique d’un ballet, les Créatures de Prométhée, dont l’ouverture est régulièrement jouée en concert.

Beethoven les Créatures de ProméthéeCliquez sur l’orchestre

Après Beethoven, plusieurs compositeurs déposeront de la musique au pied des vers de Goethe. Parmi eux figure, en 1819, SCHUBERT.

Schubert PrometheusCliquez sur l’image

En 1849 est créé le Prométhée de Fromental HALÉVY.

En 1856, c’est LISZT qui s’y colle, avec son poème symphonique Prometheus, qui était à l’origine une musique de scène avec chœur écrite en 1850 pour un drame de HERDER.

Liszt PrometheusCliquez sur l’image

En 1867, SAINT-SAËNS publie sa cantate Les Noces de Prométhée.

Retour à Goethe en 1886, avec la mise en musique de son poème par Hugo WOLFF.

Wolff PrometheusCliquez sur l’image

En 1900, FAURÉ écrit un opéra à grand spectacle (oui, vous avez bien lu), Prométhée, qui sera créé aux arènes de Narbonne.

Fauré Prométhée le Cortège de PandoreCliquez sur l’image

En 1910 SCRIABINE compose un de ses chefs-d’œuvre, le poème symphonique Prométhée ou le Poème du feu.

Scriabine Prométhée 1ère partieCliquez sur l’image

Et en 1916 – 1918, c’est Maurice EMMANUEL qui compose son Prométhée enchaîné.

Emmanuel Prométhée enchaînéCliquez sur l’image

Le mythe de Prométhée continue à inspirer les compositeurs puisqu’en 1984, c’est NONO qui nous propose son Prometheus.

Nono PrometheusCliquez sur l’image

16 réflexions au sujet de “PROMÉTHÉE”

  1. Prométhée, le titan voleur de feu ( et défenseur des hommes) qui, à mon humble avis, devait reprocher à Zeus, son pouvoir. Ben oui, comment est-ce possible que le feu soit un vol fait à la nature divine, plutôt qu’un don du ciel, hein déjà ?
    En tout cas, c’est cher ( et douloureusement) payé d’être ainsi enchainé à un rocher, pour être offert en pâture à un vautour qui vient quotidiennement dévorer le foi de ce pauvre Prométhée. Ajouté à cela, la femme, Pandore, donnée aux hommes, avec sa boite; la fameuse boite de Pandore ( c’est vivement déconseillé de l’ouvrir. Enfin je dis çà je dis rien)…
    Toujours est-il que je suis nullement étonnée que ce mythe ait autant inspiré de compositeurs.
    J’ai bien aimé l’ouverture du ballet des « créatures de Promethée » sous la direction de Danièle Gatti. En même temps c’est Beethoven.
    Bien aimé aussi « Prometheus » , le poème symphonique n°5, S99 de Liszt. Mais évidement c’est Liszt
    J’aimerais bien en savoir plus sur l’opéra de Fauré.
    Et sinon, j’ai noté  » Prométhée » de Goethe. Si je le trouve à la bibli du CAC, il viendra grandir ma PAL.
    Merci Jean-Louis de nous culturer ainsi musicalement. Ta passion est contagieuse. Mais sans effets indésirables – elle est pas belle la vie ?
    Belle et douce soirée de jeudi, à bientôt.

    Aimé par 2 personnes

  2. Bonjour Jean-Louis. Le mythe de Prométhée est l’un des plus beaux, mais la révolte contre les dieux se termine forcément mal (ils sont tellement plus forts que nous). Il aura au moins réussi à obtenir le feu…
    Je suis en train d’écouter Nono, ça me plait, dans un style hypnotisant et apaisant. Très beau.
    Scriabine était sûrement un peu fou mais il avait la flamme.
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

  3. M..ouais, Pandore ou Eve… 😦
    Quant au feu, on nous avait averti, pas touche aux allumettes!
    Oui, les mythes nous en apprennent beaucoup sur l’homme, son rapport au mystère et au sacré.
    Merci Jean-Louis pour cette mine d’or d’informations et de beaux moments d’écoute.
    Bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s