Divers

LES GRANDS CHŒURS DE WAGNER

Dans les opéras de WAGNER, le chœur a souvent une grande importance. En effet, Wagner qui rêvait de retrouver l’art total du drame antique, qui mêlait théâtre, musique et danse, donne sa place au chœur, non pas pour souligner ou commenter l’action mais comme partie prenante des drames qu’il met en musique.

Dès son troisième opéra, Rienzi (1841), il nous montre qu’il maîtrise déjà l’emploi du chœur.

Wagner Rienzi choeurCliquez sur l’image

Le premier de ses opéras « de la maturité », Le Vaisseau fantôme (1842), ne manque pas de chœurs. On y trouve notamment les deux « tubes » que sont « le chœur des marins » et « le chœur des fileuses ».

Wagner Vaisseau fantôme choeur des matelotsCliquez sur le chœur des matelots

Autre tube, le « chœur des pèlerins », extrait de Tannhäuser (1845).

Wagner Tannhaüser choeur des pélerinsCliquez sur l’image

La marche nuptiale de Lohengrin (1850) est restée célèbre, même pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de Wagner.

Wagner Lohengrin Marche nuptialeCliquez sur l’image

J’aime bien aussi le chœur des hommes de Hagen dans Le Crépuscule des dieux (1874).

Wagner crépuscule choeur des vassauxCliquez sur l’image

 

Enfin, terminons par un peu de douceur avec les filles-fleurs de Parsifal (1882).

Wagner Parsifal filles-fleursCliquez sur les filles-fleurs

 

 

6 réflexions au sujet de “LES GRANDS CHŒURS DE WAGNER”

Répondre à laboucheaoreille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s