Agenda Ironique, Fantaisie

UNE QUESTION DE LANGUE

Ce mois-ci, c’est Max-Louis qui nous propose le thème de l’Agenda Ironique, sur le thème de la langue :

Agenda Ironique Juin 2021 ‹ Le dessous des mots ‹ Reader — WordPress.com

Max-Louis explique : la langue organe de communication parmi d’autres est protéiforme dont les voies portent les voix d’actions parfois inattendues. Voici des exemples : langue bien pendue, donner sa langue au chat, sur le bout de la langue, avoir la langue déliée, avoir un cheveu sur la langue, langue de vipère, tenir sa langue… etc., etc.

Il nous propose donc de composer un texte (prose ou poésie – long ou court) avec la langue écrite de votre choix (réelle ou imaginaire) et dans le genre qu’il vous plaît (fantastique, utopique, commun, amoureux, journalier, carnet de bord, romantique, animalier, érotique…) le tout… Ironique.

Et pour « faire » bonne mesure, quatre mots imposés :
– Insomniaque
– Chouette
– Frigoriste
– Narine

Le secret avait été bien gardé. Pour le 500e billet de son blog, monsieur Toutl’op ! s’apprêtait à mettre les petits opéras dans les grands en organisant une grande fête. Tout le monde dans son entourage avait su tenir sa langue.

Seul Papageno avait la langue bien pendue, mais trois très étranges dames étaient venues lui mettre un cadenas sur la bouche avant qu’il n’en dise trop.

Mozart La Flûte enchantée Hm Hm HmCliquez sur Tamino et Papageno

Petit appétit, les invités arrivaient dans la salle de concert. Il y avait là nos héros favoris, Faust et Marguerite, Tristan et Isolde, Violetta et Alfredo, Roméo et Juliette, Carmen et Don José,… qui devisaient plus ou moins gaiement de leurs aventures.

Un deuxième groupe arriva, il s’agissait des habitués de l’Agenda Ironique? Il y a avait là Onésime et Anapodoton, ainsi qu’Arnoldo POIVRIERI accompagné de Yuja. Onésime était suivi par un poussin qui n’avait pas la langue dans sa poche et qui pioutait à qui mieux mieux.

Mozart marche turqueCliquez sur Yuja

Les conversations allaient bon train.

« Sais-tu pourquoi GOUNOD était fâché avec VERDI ? », demandait Faust à Otello.

« Euh, je ne sais pas, je donne ma langue au chat« , répondait Otello.

« C’est parce que chaque fois que Gounod voulait laver Maria, Verdi ôtait l’eau », s’esclaffait alors Faust en lui tirant la langue.

C’est alors que Iago, une vraie langue de vipère, fit remarquer à Otello que Desdémone semblait prendre langue avec un toréador qui venait d’entrer.

otello credi un un dio crudeleCliquez sur ce traître de Iago

Aussitôt, cette mauvaise langue de Basile enchaîna sur son fameux « air de la Calomnie » pour charger cette malheureuse Desdémone de tout un tas de rencontres infondées.

Rossini le barbier de Sévilla La CalunniaCliquez sur Basile

Le poussin, fatigué d’avoir tant piouté, voulait dormir. « Si tu veux faire un somme n’y a qu’à te mettre dans un coin », lui conseilla Onésime.

ROSSINI qui, le succès arrivé, avait troqué son piano de compositeur contre un piano de cuisine donnait sa recette de langue de bœuf à Verdi, autre gastronome qui lui préférait les langues de chat.

STRAVINSKY racontait à qui voulait l’entendre que dans les années 1915 – 1920, il s’était installé dans le canton de Vaud et c’est là qu’avec RAMUZ, il écrivit, en langue de Vaud, l’Histoire du Soldat (1918).

Stravinsky Histoire du soldatCliquez sur l’image

Quant à CHOSTAKOVITCH, il racontait comment lui était venu l’idée d’écrire un opéra d’après le conte le Nez de GOGOL.

Chostakovitch le NezCliquez sur les narines géantes

Voilà, à ce moment de mon histoire, j’ai encore quelque chose sur le bout le la langue, mais ça ne me revient pas. C’est le moment alors de signaler que le chouette duo de frigoristes constitué par Jean Yanne et Tito TOPIN avait écrit un ouvrage ultime sur la conservation des langoustes par le froid. Son titre : La Langue, ouste, ne passera pas !

24 réflexions au sujet de “UNE QUESTION DE LANGUE”

  1. J’ai adoré ! Quels rythme joyeux, trouvailles malicieuses, jeux de langue fortiches, narines sans covid, Maria vite séchée, etc (bon, Desdémone bafouée mais c’est son destin). Le clou du spectacle ? Vot’poussin !!!! Depuis le temps qu’Onésime cherchait sa Gertrude ou sa Thérèse -selon les traductions du langage onésien- sûr que ce poussin-ci r’viendra sur son chemin.
    😀

    Aimé par 2 personnes

      1. Hihihi… Alors là, monsieur Toutlop’, tu as fait fort. En plus, même pô tu m’invites à la teuf’ avec mon pote Otello.
        N’empêche que j’suis pliée de rire. J’en pleure !
        Du coup, je tape l’incruste, mais j’hésite: « je prends langue avec … » ( c’est notre ami commun, mon cher Emplumé qui m’a appris ce que signifiait l’expression) ou bien, je la tourne sept fois dans ma bouche ( et je ferme mon clapet) ?
        🤣🤣🤣
        En tout cas, merci à toi, pour le fou rire. Ça fait du bien. Bonne fin d’après-midi, J-L. A bientôt.

        Aimé par 1 personne

      2. Hihihi, réfléchis bien avant de prendre langue avec Otello, j’ai entendu dire qu’il avait des antécédents fâcheux !
        Pour l’expression « tourner sept fois sa langue dans sa bouche » (ou, comme dirait San Antonio, « tourner sept fois la langue dans la bouche de sa copine »), je l’avais aussi sur ma liste, mais je n’ai pas réussi à la placer.
        Bonne fin de journée, SOlène.
        (Aux fêtes, c’est quand que tu m’envoies ton texte à relire ?)

        J'aime

      3. Grrr 😡😡😡 il y a un décret liberticide aussi inutile que stupide datant du 1er juin, interdisant explicitement toute pratique du chant choral amateur jusqu’au 30 juin, même à l’extérieur et masqués.
        Du coup, le concert prévu le 17 juin est annulé, et pour Chamboulive, ça va être difficile faute de répétitions suffisantes après. 😡😡😡
        Mais comment peut-on être aussi stupide !

        Aimé par 1 personne

      4. Ah ça, je te le fais pas dire ! La stupidité, les incohérences…. la liste est longue depuis le début de cette pandémie.
        Déçue pour vous, les vocalistes. Et oui, grrr 😡😡😡

        Aimé par 1 personne

  2. Re Bon jour Jean-Louis,
    Excellent ! La langue est bien vivante par les voix de l’opéra et de ce texte qui porte « Petit appétit » jusqu’aux narines Géantes qui ne tiennent pas langue avec « langue, oust … » 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 3 personnes

  3. Bien ri aussi et c’est le principal. L’évocation d’Anapodoton m’a ravie et, qui sait, donné envie de participer en ce mois de juin mais le délai est court… Qui sait, ma première participation s’était aussi faite sur les chapeaux de roues 😉
    Bonne fin de journée JL.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s