littérature, Mallarmé, Oulipo, poésie

« SAINTE », de MALLARMÉ

Après Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx, je vous propose un autre poème traité à la sauce OuLiPo, choisi dans le riche corpus mallarméen. (Rappel du principe, je prends un poème parmi mes préférés, et j’illustre les images évoquées par ce poème par des citations musicales en rapport avec ces images.)

Aujourd’hui, je vous propose donc Sainte, qui correspond à une description d’un vitrail représentant Sainte Cécile, patronne des musiciens.

À la fenêtre recélant

Rossini Barbier ecco ridente in cieloCliquez sur l’image

Le santal vieux qui se dédore
De sa viole étincelant
Jadis avec flûte ou mandore,

Est la Sainte pâle, étalant

Gounod messe de Sainte Cécile SanctusCliquez sur l’image

Le livre vieux qui se déplie
Du Magnificat ruisselant

Jadis selon vêpre et complie :

 

Monteverdi Vêpres MagnificatCliquez sur l’image

À ce vitrage d’ostensoir
Que frôle une harpe par l’Ange

Messiaen Saint François d'Assise l'ange musicienCliquez sur l’image

Formée avec son vol du soir
Pour la délicate phalange

Du doigt que, sans le vieux santal
Ni le vieux livre, elle balance
Sur le plumage instrumental,
Musicienne du silence.

 

Cage 4 min 33 sCliquez sur le pianiste

Citations :

À la fenêtre : Dans le Barbier de Séville de ROSSINI, le comte Almaviva chante une sérénade à la fenêtre de Rosine (ecco ridente in cielo.)

la Sainte : Puisqu’il s’agit de Sainte Cécile, je vous propose un extrait de la messe de Sainte Cécile de GOUNOD.

Magnificat et Vêpre : j’ai choisi ici le Magnificat extrait des Vêpres pour la bienheureuse Vierge Marie, de MONTEVERDI.

viole et l’Ange : dans Saint-François d’Assise, MESSIAEN met en musique un ange musicien qui s’apprête à jouer de la viole.

Musicienne du silence : John CAGE, 4 min 33 s, un vrai morceau de musique qui dure 4 minutes et 33 secondes, entièrement silencieux, sur des paroles de HAVRE et CAUMARTIN.

 

9 réflexions au sujet de “« SAINTE », de MALLARMÉ”

  1. Maintenant que je passe par Google, c’est agréable de pouvoir écouter les morceaux choisis. J’ai apprécié Jessye Norman 🎼
    Je ne connaissais bien sûr pas ce poème de Mallarmé ( j’adore ! Et d’autant plus que sainte Cécile est la patronne des musiciens).
    En tout cas ton exercice à la sauce Oulipo est brillement réussi, encore une fois.
    Merci J-L pour ce billet, belle journée de lundi à toi.
    PS: tempête vous aussi, tt là-haut ? Souffle fort le vent ici

    J'aime

    1. Merci SOlène pour ton commentaire.
      J’ai encore tant de belles musiques à partager…
      Pour la tempête, oui, nous l’avons dans le Nord aussi, elle a soufflé toute la nuit et a fait pas mal de dégâts.
      En fait, il y tout juste un an, j’ai écrit un billet sur la tempête, resté à l’état de brouillon. Je crois que je vais le terminer et le publier maintenant.

      Aimé par 2 personnes

  2. Je n’ai pas écouté la dernière minute trente de Cage, j’espère ne pas avoir manqué le principal 🙂 Mais déjà les trois minutes de calme m’ont bien reposée !
    Plus sérieusement, le Magnificat est vraiment très beau et porte bien son nom …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s