Compositrices

Francesca CACCINI (1587 – 1641)

Contemporaine de MONTEVERDI, première femme à avoir écrit un opéra, Francesca CACCINI est née le 18 septembre 1587 à Florence. Son père, chanteur et compositeur, faisait partie de la Camerata fiorentina, ce cénacle d’intellectuels visant à retrouver l’art tel qu’il se pratiquait dans la Grèce antique. Il travaillait à la cour des MÉDICIS.

À ce titre, il compose en 1600 à l’occasion du mariage de Marie de Médicis et d’Henry IV une pièce musicale chantée, Euridice, sur le même livret que son collègue de la Camerata, Jacopo PERI. C’est à la suite de ces représentations que Claudio MONTEVERDI « inventera » la forme opéra, avec son Orfeo de 1607.

Pour en savoir un peu plus sur cette époque, vous pouvez cliquer sur le lien « Histoire de l’opéra, les années 1600« .

On connaît de Giulio un très bel Ave Maria, même si les recherches musicologiques récentes ont tendance à l’attribuer à un autre compositeur.

Caccini ave MariaCliquez sur l’image

La petite Francesca apprend de son père la musique : le chant, le clavecin, la composition.

De 1604 à 1605, le père, sa femme et ses deux filles sont invités à Paris par Henry IV et Marie de Médicis, où ils raviront les courtisans, notamment par la qualité du chant de Francesca.

En 1607, elle se marie et entre au service des Médicis au grand-duché de Toscane en tant que musicienne, et a été à une époque la musicienne la mieux payée.

En 1618, elle publie son premier livre de musique : Il primo libro delle musiche a una, e due voci (Le premier livre de musique à une et deux voix.)

Caccini Francesca Maria, dolce MariaCliquez sur l’image

Caccini Ch'amor sia nudoCliquez sur l’image

Caccini Chi desiaCliquez sur l’image

Caccini O che nuovo stuporCliquez sur l’image

Caccini francesca ChaconneCliquez sur la chaconne

Caccini Lasciatemo qui soloCliquez sur l’image

Francesca est restée dans l’histoire de la musique en tant que première femme compositrice d’opéras. En effet, en 1625 elle écrit la liberazione di Ruggiero dall’ isola d’Alcina (la Libération de Roger de l’île d’Alcina), d’après l’Orlando furioso de l’ARIOSTE.

Caccini Francesca La liberazione di Ruggiero dall' isola d'Alcina Ahi, MelissaCliquez sur l’image

Elle écrit aussi un Rinaldo inamorato dont la partition est malheureusement perdue.

On ne connaît pas exactement la date de sa mort, probablement survenue après 1641.

Dans mes recherches pour écrire cet article, je suis tombé sur la page suivante (en anglais) très intéressante: https://www.youtube.com/watch?v=DmHhvpbxoNM.

Et si vous voulez encore de la musique de Francesca Caccini, vous pouvez cliquer sur le bonus surprise.

Point d'interrogationCliquez sur le bonus surprise si vous voulez encore un peu de musique de Francesca Caccini.

(P.S. comme pour mes récents articles consacrés à un écrivain ou à un compositeur, j’ai fait appel pour le portait de Francesca Caccini à un jeune artiste qui peut réaliser à la demande vos portraits, ceux des gens que vous aimez, ou de vos animaux familiers, à des prix tout à fait raisonnables. Si vous voulez leur faire une surprise, un cadeau, c’est ici : https://adrian-mercure-fr.carrd.co/# )

13 réflexions au sujet de “Francesca CACCINI (1587 – 1641)”

  1. Re…
    Tu nous invites à planter la tente sur ton blog, là, avec dame Francesca Caccini: 8 vidéos et un opéra Sans compter les liens..
    ( j’avais un autre anniv’, moi, today)
    Non mais, plus sérieusement: L’ Ave Maria Di Caccini est de toute beauté. J’en ai eu des frissons.
    Je me le suis mis de côté pour une prochaine fois ( quand j’aurai les nerfs à bout, plutôt que me gaver d’oursons guimauve chocolat 😉)…
    Je repasserai, de toute façon. (Avec le sac de couchage et la thermos de café 😁 )
    Bonne soirée, Jean-Louis. Et MERCI pour ce magnifique billet.

    Aimé par 1 personne

    1. Il est magnifique cet Ave Maria, dit de Caccini, et tant pis s’il n’en est pas l’auteur, le principal est que cette œuvre nous touche, quatre siècles après !
      Dans la sélection d’œuvres de Francesca, j’aime particulièrement la chaconne (non chantée), et le » Lasciate », qui me fait penser au « Lasciate mi morire » de Monteverdi (normal, il sont complètement contemporains !
      Mis tous ces extraits sont intéressants !
      Bonne SOirée, SOlène , et mollo sur les nounours en guimauve. 🧸🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Non mais ça va aujourd’hui ( c’est dimanche). C’est en passant le texte de Word en PDF que…😡 ( tout décalé)… On s’est vengé sur les oursons et les fraises Tagada. En même temps, on riait ( mais c’était nerveux)…

        Oui, il est sublime cet Ave Maria. C’est apaisant….

        Et sinon, je prendrai le temps d’écouter tt ça. 🙏

        J'aime

  2. Bonjour Jean-Louis ! Bien sûr ces airs sont très beaux, mais la musique baroque chantée n’est pas ce que je préfère écouter, à quelques exceptions près… Par contre j’ai acheté récemment un CD de Lili Boulanger (découverte par ton blog) et je l’apprécie énormément, je n’arrête pas de l’écouter.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s