Mythologie, Nature

LES 4 ÉLÉMENTS (2) : LA TERRE.

Puisque nous sommes en automne, intéressons-nous à celui des quatre éléments (le feu – l’eau – l’air – la terre) qui symbolise cette saison. C’est à la terre que l’automne est associé.

Dans l’étude de la symbolique de ces quatre éléments, la terre est réputée sèche, et l’automne est une saison froide et sèche.

Par « la terre », il faut comprendre le monde sous-terrain, et le dieu associé dans la mythologie gréco-romaine est donc Hadès / Pluton, le dieu des enfers. Pluton est un des frères de Zeus / Jupiter. Alors que Jupiter règne sur le monde « d’en haut », Pluton règne sur le monde « d’en bas ». Il est considéré, de par son pouvoir sous-terrain, comme maître de la mort et de la renaissance qui s’en suit. C’est le même symbole qui est rattaché à l’automne, la saison où la végétation se met en sommeil, pour disparaître en hiver, et réapparaître toute jeune au printemps.

Amusamment, la femme de Pluton, Proserpine (ou Perséphone), qui est une fille de Jupiter enlevée par Pluton qui en a fait le reine des enfers, est aussi la déesse du… printemps ! Vous pouvez donc vous attendre à réentendre parler d’elle dans six mois.

Les différentes légendes liées à une descente aux enfers pour y retrouver, voire récupérer, un être cher peuvent être considérées comme des mythes de l’automne.

En premier lieu, il faut citer le mythe d’Orphée, du nom de ce héros musicien dont le pouvoir était tel qu’il était capable de charmer les dieux eux-mêmes par son chant. Ayant perdu son Eurydice, mordue par un serpent, il décide d’aller la rechercher aux enfers.

Monteverdi Orfeo Nulla impresa per uom si tenta invanoCliquez sur Claudio

Un autre mythe est celui d’Alceste et Admète, dans lequel le roi Admète est mourant. Apollon lui a toutefois accordé le droit de vivre s’il se trouve quelqu’un pour mourir à sa place. Alceste se dévoue. Alcide, qui était amoureux (secret) d’Alceste décide d’aller la rechercher aux enfers si Admète accepte de la lui céder à son retour du royaume des morts. Sa tâche accomplie, il décide de renoncer à Alceste, « le vainqueur des tyrans ne devant pas devenir tyran à son tour ». (Toute cette histoire sera racontée en détail dans des billets à venir consacrés au mythe d’Alceste et aux opéras qu’en ont tirés LULLY et GLUCK.)

Gluck Alceste Ah divinités implacablesCliquez sur Alceste

Dans Hippolyte et Aricie de RAMEAU, c’est Thésée qui descend aux enfers chercher son ami Pirithoüs.

Rameau Hippolyte et Aricie Puisque Pluton est inflexibleCliquez sur Thésée

Rameau a également mis en musique le mythe de Castor et Pollux, où Pollux se propose de descendre aux enfers prendre la place de son frère jumeau. Castor et Pollux étaient les fils de Léda, mais issus de deux œufs différents. Pollux, en tant que fils de Jupiter, était un demi-dieu et donc immortel, alors que Pollux, fils de Tyndare était mortel. Jupiter finit par accepter, soulignant que Pollux allait perdre son immortalité. À la fin Jupiter, ému par cet amour fraternel, leur réserve une place au ciel, et depuis ils forment la constellation des Gémeaux.

Rameau Castor et Pollux Tombez, rentrez dans l'esclavageCliquez sur l’image

17 réflexions au sujet de “LES 4 ÉLÉMENTS (2) : LA TERRE.”

  1. Eh bien tu sais quoi, monsieur Toulopera ( ou presque) ?
    J’aime beaucoup beaucoup ce billet. Il me laisse toute pensive. Inspiŕée, voire même. C’est surtout qu’il me renvoie à certains passages d’un manuscrit (oublié).
    Merci à toi, en tout cas. Je repasserai ce week-end, peut-être même ce soir pour écouter la zik. Là, j’ai froid. Envie de crêpes et d’un bon chocolat chaud.
    Bon appétit, Jean-Louis. A plus !

    Aimé par 1 personne

      1. Non non, j’ai bien écrit buffer. C’est la zone tampon où se glisse la zone de texte entre un copier et un coller dans le copier / coller.
        Et si on ne vide pas le buffer entre deux copier / coller, au deuxième coller, on recopie ce qu’on avait rangé dans le buffer la première fois ! 😉

        Aimé par 2 personnes

  2. Formidable ! Votre billet est formidable !
    Est-ce un hasard: à l’heure où vous convoquez nombre des héros de ma requête, le troisième frère semble enfin s’en sortir !
    Vous trouverez sûrement ma logique puérile mais je n’ai pas fini de faire appel à vous !
    Kielowski (orthographe ?) et notamment sa « double vie de Véronique » avaient troublé ma toute jeune âme d’adulte au moment.

    J'aime

      1. Je me disais bien. Et pas plus tard qu’hier encore ( chelou cette histoire). Mmouais, on a beau être le fils d’un roi et de la muse Caliope – elle-même fille de Zeus et déesse grecque, inspiratrice de la poésie épique grecque….et avoir séduit Apollon jusqu’à se faire offrir par lui une lyre à à sept cordes ( avec laquelle il endormira Cerbère, gardien des Enfers), il n’est pas malin du tout, l’Orphée. On lui dit de ne pas se retourner. Et qu’est-ce qu’il nous fait ? Il se retourne ! Point de non retour. Ça finit mal – obligé.

        Plus sérieusement, je me demande: pour Hyppolyte et Aricie à Paris 2ème quinzaine de novembre, vu que la capitale est en zone très rouge, ça craint, non ? Bah, d’ici là !

        Bel aprem’ monsieur peudopera 🤣

        Aimé par 1 personne

      2. Pour Hippolyte et Aricie, on verra d’ici là comment les choses évoluent, mais ils n’est pas question pour moi d’arrêter de vivre ou de faire des projets.
        Il faudra s’adapter d’ici là, et si les conditions ne sont pas réunies pour aller à Paris, renoncer, jusqu’à la prochaine fois.
        C’est vrai que pour Orphée, on a toujours envie de lui dire, non, ne te retourne pas ! Mais à chaque fois c’est la même chose, il se retourne ce gros ballot !
        Bel après-midi, SOlène !

        J'aime

      3. J’en connais un qui disait ça. En guise de vivre, il s’est retrouvé en réa (après avoir contaminé ses proches). Pour en ressortir plusieurs semaines après en fauteuil roulant ( avec ses projets sérieusement compromis).

        Aimé par 1 personne

      4. Euh, je crois que je me suis mal exprimé.
        Je respecte et j’ai toujours respecté les précautions pour limiter la propagation du coronavirus.
        Ce que je voulais dire, c’est que ne sachant pas comment sera la situation en novembre, je fais comme s’il était possible, d’ici là, d’envisager un déplacement à Paris. Si les conditions sanitaires ne sont pas remplies, j’annulerai ce déplacement.
        Bonne soirée, SOlène.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s