histoire, Histoire de l'opéra, littérature

Histoire de l’opéra : les années 1800 – 1850

J’avais laissé notre ami l’opéra à la fin des années 1700.

La transition entre les deux siècles se fait naturellement avec BEETHOVEN (1770 – 1827), qui a excellé dans toutes les formes musicales, sonates, musique de chambre, symphonies, concertos, etc. Parmi toute son œuvre, Beethoven a tenu à écrire un opéra, genre incontournable à son époque, et c’est ainsi qu’il a écrit Fidelio, en s’y prenant à deux reprises, une première version en 1804 et une deuxième en 1814.

Beethoven fidelio mir ist so wunderbarCliquez sur l’image

La première moitié du XVIIIe siècle correspond au romantisme. En Allemagne, ce romantisme s’exprime avec SCHUBERT (1797 – 1828) et surtout WEBER (1786 – 1826) et son Freischütz (1821).

freischutz harnoncourtCliquez sur l’image

À cette époque, l’Allemagne essaie de se libérer de l’influence italienne (La Flûte enchantée et Fidelio sont écrits en allemand). Dans ce même mouvement vers le nationalisme, l’opéra de Vienne commande dans les années 1820 à Schubert et Weber des opéras en allemand (des singspiels), mais c’est malheureusement l’époque où la déferlante ROSSINI (1792 – 1868) se répand sur l’Europe, et les représentations de Vienne, balayées par la Rossini-mania, sont des échecs.

rossini semiramide bel raggioCliquez sur l’image

Après Weber, l’Allemagne continuera dans le romantisme voire l’opéra gothique avec SPOHR (1784 – 1859), et surtout MARSCHNER (1785 – 1861) et son Vampire (1828) d’après Lord Byron et le Templier et la Juive (1829) d’après Walter SCOTT.

Marschner le vampireCliquez sur le vampire (à vos risques et périls)

L’écrivain romantico-historique écossais Walter SCOTT (1771 – 1832) connaîtra un succès prodigieux dans toute l’Europe, et inspirera bon nombre de compositeurs.

En Italie, les musiciens les plus renommés sont Rossini (1792 – 1868), DONIZETTI (1797 – 1848) et BELLINI (1801 – 1835).

Curieusement, Paris devient la capitale européenne de la musique où l’on rencontre les grands virtuoses, tels que LISZT ou PAGANINI, et  où les Italiens CHERUBINI (1760 – 1842), Rossini, Bellini et Donizetti viennent tous se faire adouber au Théâtre-Italien. BERLIOZ (1803 – 1869) représente à lui tout seul la musique romantique française.

Devant cette concentration parisienne de compositeurs, on assiste alors à la création d’un nouveau genre, le Grand Opéra à la française, sous l’impulsion de l’Italien CHERUBINI (1760 – 1842), de l’Allemand MEYERBEER (1791 – 1864) ou du Français AUBER (1782 – 1871). Ce genre est caractérisé par un drame bâti sur une trame historique avec des décors somptueux et un grand ballet.

Et pour terminer, je vous propose une petite sélection des plus beaux duos d’amour écrits pendant cette période.

Retrouvez la suite dans Histoire de l’opéra : les années 1850 – 1880.

1 réflexion au sujet de “Histoire de l’opéra : les années 1800 – 1850”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s