Compositeurs, opéra russe

Alexandre BORODINE (1833 – 1887)

Alexandre BORODINE est né à Saint-Pétersbourg en 1833. Durant ses études, il étudie à la fois la flûte et la médecine, avant de se spécialiser en chimie.

Ses premières œuvres musicales sont de la musique de chambre et des mélodies (si on excepte une polka écrite à l’âge de neuf ans pour une dame dont il était « follement amoureux ».)

De 1856 à 1859, il exerce comme médecin militaire. C’est là qu’il rencontre MOUSSORGSKI (qui était également militaire à cette époque). En 1859, il rencontre une pianiste de talent avec qui il se mariera.

Son œuvre musicale est relativement étique, car Borodine a consacré plus de temps à sa carrière de chimiste qu’à sa carrière musicale.

En 1860, il écrit sa sonate pour piano et violoncelle (il était lui-même violoncelliste).

Borodine sonate pour piano et violoncelleCliquez sur l’image

En 1862 à Saint-Pétersbourg, Borodine rencontre BALAKIREV et rejoint le Groupe des Cinq, avec RIMSKI-KORSAKOV et César CUI.

En 1864, il devient professeur de chimie à l’académie de Moscou, et c’est là qu’il travaille avec MENDELEÏEV, « l’inventeur » du tableau périodique des éléments.

En 1869, il écrit sa première symphonie, ainsi qu’une farce, les Preux, qui est un échec. (Il écrira trois symphonies, dont la troisième est restée inachevée.)

Borodine Symphonie n° 1 adagioCliquez sur l’image

En 1879, il écrit son premier quatuor à cordes.

Borodine quatuor n° 1Cliquez sur le quatuor

En 1880, il écrit, à l’occasion des 25 ans du règne d’Alexandre II, le poème symphonique Dans les Steppes de l’Asie centrale, sans doute son œuvre la plus connue de nos jours.

Borodine Dans les steppes de l'Asie centrale

En 1881, il compose son deuxième quatuor, dont le mouvement « nocturne » (« notturno ») est resté relativement connu.

Borodine quatuor n° 2 nocturneCliquez sur le quatuor

En 1869, il commence son opéra le Prince Igor, opéra sur lequel il travaillera jusqu’à sa mort en 1887, et qui sera terminé par GLAZOUNOV et Rimski-Korsakov. Ses « Danses polovtsiennes » sont également un morceau de bravoure pour les orchestres symphoniques.

Borodine le Prince Igor danses polovtsiennesCliquez sur les polovtsiennes

(P.S. comme pour mes récents articles consacrés à un écrivain ou à un compositeur, j’ai fait appel pour le portait de Borodine à un jeune artiste qui peut réaliser à la demande vos portraits, ceux des gens que vous aimez, vos animaux familiers, à des prix tout à fait raisonnables. Si vous voulez leur faire une surprise, un cadeau, c’est ici : Adrian Mercure (adrian-mercure.carrd.co ].

10 réflexions au sujet de “Alexandre BORODINE (1833 – 1887)”

  1. « Une polka écrite à l’âge de 9 ans pour une dame dont il était follement amoureux »… prometteur le jeune Alexandre.

    En fait, je connais très très peu les compositeurs russes. Je découvre donc; Y compris le groupe des 5. Billet qui m’a échappé ( semble-t-il). Je me souviens juste en effet que tu devais aller voir le prince Igor à Bastille.

    En tout cas j’ai eu beaucoup de plaisir à écouter ta sélection (Sonate, symphonie, quatorS…)…. avec deux très gros coups de cœur pour « Dans les steppes d’Asie centrale » ( absolument magnifique) et les Danses Polovtsiennes…. J’y reviendrai, c’est sûr.

    MERCI J-L pour cet apaisant moment. Belle soirée à TOi.

    Aimé par 1 personne

    1. Hihihi, le coup de la polka, je l’ai vu sur Wikipédia, et ça m’a plu (Wikipédia n’est pas ma source première d’inspiration, mais un petit coup d’œil de temps en temps, pourquoi pas, le tout c’est de savoir que toute information vue sur sur ce site [globalement très bien fait], doit être contrôlée par une autre autre source).
      « Dans les steppes de l’Asie Centrale », œuvre découverte au collège (en cinquième, peut-être) et les « Danses polovtsiennes », un de nos tout premiers 33 tours quand nous avons eu un tourne disque à la maison, donc quand j’avais dans les quinze – seize ans. c’est pour ça que je tenais à voir « le Prince Igor » sur scène, plus de quarante ans après !
      Les autres œuvres, je les connaissais aussi, dont le fameux « notturno » !
      La découverte pour moi, en composant ce billet, a été la sonate piano – violoncelle !
      Très belle SOirée à TOi, SOlène.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, je sais bien que tu n’es pas un copiteur pro Wikipedia. De temps en temps, hein, why not. Ne serait-ce que pour confirmer ou infirmer ce que l’on croit savoir. Et là, l’anecdote est rigolote.

        Une douce nuit à toi. Si demain matin je me réveille dans les temps, je me collerai au 3 e et dernier billet non vu. Et j’aurais rattrapé mon retard. 😊

        Aimé par 1 personne

  2. Je connaissais bien « les danses polovtsiennes », que j’adore absolument, mais là je découvre ces beaux quatuors et le « nocturne » me plait beaucoup !
    C’est très fort de pouvoir mener de front une carrière scientifique et une autre de grand compositeur, je suis épatée 🙂
    Belle journée à toi, Jean-Louis !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s