Mes opéras préférés, Mythologie

LA BELLE HÉLÈNE, d’OFFENBACH (1864)

La belle Hélène est un opéra-bouffe écrit par OFFENBACH en 1864 sur un livret des joyeux duettistes MEILHAC et HALÉVY, et créé avec succès en décembre de cette même année. Repris un peu partout dans le monde dès l’année suivante (Vienne, Berlin, Prague, …). En l’honneur de cet opéra, le chef Auguste ESCOFFIER a créé le dessert qui porte son nom.

poire belle-hélèneCliquez sur ce délicieux dessert !

Acte I : Sparte s’apprête à célébrer les fêtes d’Adonis. On célèbre Vénus, qui a battu Junon et Minerve dans le concours de beauté du mont Ida, grâce au berger Pâris. Hélène questionne Calchas, le grand augure de Jupiter, sur « l’affaire du mont Ida ». Pour remercier Pâris, Vénus lui a offert en récompense la plus belle femme du monde, Hélène. Le neveu d’Hélène, Oreste paraît, mais Calchas l’empêche d’entrer dans le temple où Hélène s’est réfugiée.

Pâris débarque déguisé en berger et remet à Calchas une lettre de Vénus où elle demande à l’augure d’aider Pâris à séduire Hélène. Pâris lui raconte le jugement de Pâris (Air : Au mont Ida). Calchas accepte. Hélène apparaît et tombe sous le charme du faux berger.

Offenbach la belle Hélène Au mont IdaCliquez sur Pâris

Le cortège des rois arrive pour la fête d’Adonis (Chœur : Voici les rois de la Grèce).

la belle HélèneCliquez sur les rois de la Grèce

Celle-ci s’accompagne d’un concours consacré aux « choses de l’intelligence » : une charade, un calembour et des bouts rimés. Pâris remporte facilement l’épreuve et peut ainsi recevoir le trophée. Il se fait reconnaître comme étant Pâris, fils de Priam, le roi de Troie. Hélène, enchantée, le couronne. Dans le tonnerre, Calchas, obéissant à Vénus, rend son oracle. Il faut que Ménélas aille passer quatre semaines en Crète, laissant Hélène seule.

Acte II : Les quatre semaines se sont écoulées, et Hélène résiste toujours à son amour (Air : On me nomme Hélène la blonde). Pâris, impatient, lui décrit les trois moyens d’arriver au cœur d’une femme : l’amour, la violence et la ruse.

Offenbach la belle Hélène On me nomme Hélène la blondeCliquez sur Hélène la blonde

Les rois arrivent chez la reine pour une partie de jeu de l’oie (sic !) Calchas, trichant, rafle la mise mais éveille les soupçons des rois. Il est obligé de rendre la moitié de ses gains. Hélène, torturée par son amour naissant, lui demande de voir Pâris en rêve, puisqu’elle fuit le vrai. La reine s’endort. Pâris entre dans sa chambre et Hélène croit que c’est son rêve (Duo : Oui, c’est un rêve).

Offenbach la belle Hélène Ce n'est qu'un rêveCliquez sur Hélène et Pâris

Alors que Ménélas rentre de Crête, il trouve Pâris dans le lit de son épouse, et ameute les autres rois qui devaient veiller sur son honneur. Hélène rejette la faute sur Ménélas : un mari doit avoir la bienséance, lorsqu’il s’absente, de prévenir sa femme de son retour (Air : Un mari sage). Tout le monde s’accorde pour chasser Pâris de la ville.

Acte III : Oreste et le peuple célèbrent Vénus, mécontente de l’attitude de Ménélas (Air & chœur : En repoussant Pâris). Ménélas jaloux cherche à comprendre pourquoi Hélène a parlé de rêve quand il l’a trouvée au lit avec Pâris. Hélène, clame son innocence, et agacée, finit par le menacer de lui donner de vraies raisons de se plaindre (Air : Là, vrai, je ne suis pas coupable).

Agamemnon et Calchas font remarquer à Ménélas qu’il n’est pas bon de s’opposer au vœu d’une déesse, mais il s’entête : il ne cédera pas à sa femme (Trio : Lorsque la Grèce).

Offenbach la belle Hélène Trio patriotiqueCliquez sur le trio (patriotique)

Il fait venir de Cythère le grand augure de Vénus, qui débarque alors et rend son oracle : Hélène doit accompagner l’augure à Cythère. Ménélas pousse Hélène à accepter. Mais elle ne veut pas faire ce voyage pour Ménélas, puisque c’est lui le responsable du courroux de la déesse. Le grand augure lui révèle alors qu’il est Pâris. Ils s’embarquent tous deux pour Cythère.

Ils sont déjà hors de portée quand la supercherie est dévoilée. Hélène a été enlevée par Pâris. La guerre de Troie peut commencer.

Offenbach la belle Hélène FinalCliquez sur Pâris

15 réflexions au sujet de “LA BELLE HÉLÈNE, d’OFFENBACH (1864)”

  1. Bonjour Jean-Louis,
    J’ignorais que c’était Escoffier qui avait inventé la poire Belle-Hèlène, un des desserts préférés de mon enfance.
    Je m’autorise une question digressive. Utilise-tu l’ancien éditeur ou celui par bloc ?
    Bonne journée Jean-Louis.

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour Régis.
      Si tu veux d’autres recettes inspirées du monde de l’opéra, n’hésite pas à cliquer sur la poire !
      Pour l’éditeur, j’utilise le nouveau. Je n’ai pas le choix, qui me laissait la liberté de composer mais pages comme je le voulais n’est plus disponible.
      Le « Hic », c’est que maintenant, suivant que je veux faire du texte, il faut choisir le « Bloc » paragraphe (ce, qui en soie ou en satin est logique), si je veux mettre mes images avec des vidéos cachées derrière, il faut que je prenne le « Bloc » classique, qui soit dit en passant n’a rien de classique. Mais je ne peux pas mélanger les eux, puisque ce sont des blocs.
      Le problème est qu’avant je pouvais panacher les caractéristiques dans ma page unique, alors que maintenant les caractéristiques attachées au bloc classique ou au bloc paragraphe ne sont pas les mêmes.
      Pire, sur certains anciens billets en mode brouillon, j’ai l’impression d’être dans un « Pas d’homme pays » où je ne sais pas dans quel bloc je suis (Est ou Ouest, non, entre les deux !). Du coup, je suis obligé de ressaisir plus ou moins ces anciens billets.
      Je te souhaite une bonne journée.

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai vu qu’il existait la possibilité de grouper des blocs… mais c’est incompréhensible… Quand à celle que j’évoquais de changer le type de bloc, il y a un truc mais qui emmène vers un outil externe payant….
        Donc nada de nada…

        Aimé par 1 personne

      1. Non merci, à cette heure-là ( moi non plus) je ne la « digérererais » pas ta poire belle Hélène. 😂 Elle ne me fait même pas envie.
        Non, c’est juste que je me suis souvenu ( pas si loin, hein)

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s