Uncategorized

MARIE STUART, de DONIZETTI (1834)

DONIZETTI a eu l’idée d’écrire une œuvre d’après le drame de SCHILLER Marie Stuart (1800) après avoir signé en 1834 un contrat pour un opéra avec le théâtre San Carlo de Naples.

Ce drame est tiré de l’histoire de Marie, devenue reine d’Écosse à l’âge de six jours au décès de son père, en 1542. Elle fut reine de France de 1559 à 1560 par son mariage avec François II.  Son second mari, Henri Stuart, fut assassiné par son amant, amant que Marie épousera en troisièmes noces. À la suite d’un soulèvement, elle se réfugie en Angleterre. Compromise dans un complot contre la reine, elle fut assignée à résidence et placée sous la surveillance de Georges Talbot. Elle fut finalement décapitée sur ordre d’Élisabeth.

Dès les répétitions de Maria Stuarda (Marie Stuart), la censure, très active à Naples à cette époque, demande des modifications, mais malgré ces modifications, la pièce est interdite par le roi de Naples dès le lendemain de la générale.

Fin 1835, Donizetti réussit à faire jouer Marie Stuart à la Scala de Milan, mais l’opéra est de nouveau interdit dès le début 1836.

Il faudra attendre plus d’un siècle pour que cette œuvre soit montée à nouveau et rencontre le succès.

Le pitch : Élizabeth, reine d’Angleterre, et sa cousine Marie Stuart aiment le même homme, Leicester. Mais comme c’est Élisabeth la reine, c’est elle qui gagne et elle fait condamner à mort sa cousine.

Acte I : Au palais de Westminster, les courtisans attendent Élisabeth qui, par son mariage, doit unir les trônes de France et d’Angleterre. Mais c’est Leicester que la reine aime. Elle le nomme ambassadeur de France.

Donizetti Maria Stuarda Ah quando all'ara scorgemoCliquez sur Élisabeth

La cour demande à Élisabeth la grâce de sa cousine Marie (Stuart), mais Cecil, le conseiller de la reine, lui rappelle qu’on ne peut pas faire confiance à Marie.

Talbot vient dire à Leicester qu’il est allé voir Marie dans sa prison, et que celle-ci a demandé l’aide de Leicester. À la vue du portrait de Marie, Leicester est frappé par sa beauté, et accepte d’aider Marie.

Donizetti Maria Stuarda Ah rimiro il bel sembianteCliquez sur Leicester

Élisabeth revient et demande à voir la lettre que Leicester tient en main. Elle comprend que Marie convoite non seulement le trône d’Angleterre, mais également l’homme qu’elle aime.

Donizetti Maria Stuarda Era d'amor l'immagineCliquez sur Élisabeth et Leicester

Dans le parc du château de Fortheringay, la prison de Mary, Mary évoque avec sa suivante Anna les jours heureux passés en France.

Donizetti Maria Stuarda O nube che liev Nella pace del mestro riposoCliquez sur Marie Stuart

À l’arrivée de la reine, Leicester conseille à Marie de se soumettre, et jure qu’il la vengera si la reine demeure insensible à ses prières. Puis il demande sa main à Marie. Quand Élisabeth entre, Marie se force à s’agenouiller et à implorer le pardon, mais accusée d’avoir assassiné son mari, elle se révolte et insulte la reine, la traitant de bâtarde. Folle de rage, la reine la condamne à mort et ordonne à Leicester d’assister à l’exécution.

Donizetti Maria Stuarda final acte 1Cliquez sur Marie Stuart et la reine Élisabeth

Acte II : Au palais de Westminster, Élisabeth, qui n’a pas encore signé la condamnation à mort de Marie, hésite.

Donizetti Maria Stuarda Quella vita a me funestaCliquez sur Élisabeth

Mais la vue de Leicester, qu’elle soupçonne d’aimer Marie, et les pressions exercées par Cecil, son âme damnée, la convainquent. Elle signe la condamnation de Marie et donne l’ordre à Leicester d’assister à l’exécution.

Au château de Fortheringay, Cecil informe Marie de la sentence. Marie se confesse à Talbot. Elle croit voir le fantôme de son second mari, mais nie avoir été complice de l’assassinat du secrétaire de son mari, que celui-ci avait fait assassiner avant que d’être assassiné à son tour.

Donizetti Maria Stuarda Quando di luce roseaCliquez sur Marie Stuart

Marie adresse une dernière prière à Dieu quand Cecil vient lui dire qu’Élisabeth lui accorde une dernière faveur avant de mourir.

Donizetti Maria Stuarda Deh Tu di un'umile preghieraCliquez sur Marie Stuart

Marie demande que sa suivante Anna l’accompagne aux marches de l’échafaud. On entend les trois coups de canon qui annoncent l’exécution et, après avoir une dernière fois proclamé son innocence, Marie marche fièrement vers l’échafaud.

Donizetti Maria Stuarda FinalCliquez sur l’image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s