Histoire de l'opéra

Ces Italiens venus en France

Au XVIIIe siècle, le voyage en Italie était un passage obligé pour tous les artistes européens en formation, qu’ils soient peintres ou musiciens. Un vestige de ce passage en est, en France, le Grand Prix de Rome dont les titulaires se voient offrir un séjour en résidence de 3 ans à la villa Médicis.

Mais des Italiens, et non des moindres, sont aussi venus en France pour se faire reconnaître dans leur art musical.

C’est MAZARIN qui introduit l’opéra en France dès le milieu du XVIIe siècle, en faisant représenter l‘Orfeo de ROSSI (1647). En 1660, à l’occasion du mariage de Louis XIV, il commande à CAVALLI un opéra, Ercole amante.

Toujours à la cour du roi, un autre Italien, Lully (1632 – 1687), est nommé en 1653 compositeur de la musique instrumentale du roi. Il composait à l’époque des ballets. En 1672, il rachète le privilège royal de l’opéra pour toute la France et triomphera dans ce genre musical. Ainsi, le premier compositeur français d’opéra se trouve être un Italien.

Un gros siècle plus tard, ce sont les compositeurs italiens les plus célèbres de leur époque qui éprouveront le besoin de venir à Paris faire adouber leur talent lyrique.

ROSSINI (1792 – 1868) le premier, qui fort de ses succès dans toute l’Europe vient à Paris en 1823 et crée en 1829 son fameux Guillaume Tell. Rossini meurt à Passy.

Rossini Guillaume Tell 2Cliquez sur l’image

DONIZETTI (1797 – 1848) ensuite qui s’installe à Paris en 1838 et il écrit pour la France La Fille du régiment et la Favorite (1840). Son système nerveux est attaqué par la syphilis et il est interné près de Paris. Il est rapatrié à Bergame juste avant sa mort en 1848.

donizetti la fille du régimentCliquez sur l’image

Son cadet (de peu), BELLINI (1801 – 1835) vient en France à l’appel de Rossini en 1833. Il s’installe à Puteaux et c’est là qu’il écrit Les Puritains. Il meurt à Puteaux quelques jours après la création en 1835, et Donizetti écrira un Requiem à la mémoire de son rival et ami.

bellini les puritainsCliquez sur l’image

Le cas de VERDI (1813 – 1901), un des deux géants du XIXe siècle avec WAGNER est intéressant. Verdi don est né dans la province de Parme en 1813, alors que cette province était sous domination française (napoléonienne). Verdi est donc né en France !

Il a eu l’idée de son opéra sans doute le plus célèbre, La Traviata, en assistant à Paris en 1852 à une représentation de la Dame aux Camélias d’Alexandre DUMAS. En 1855, il vient en France et donne, pour l’opéra de Paris les Vêpres siciliennes. En 1867, il honore une nouvelle commande de l’Opéra de Paris, Don Carlo (qu’il reprendra en italien sous le titre Don Carlos).

J’aurais aussi voulu vous parler dans ce billet de TUTTI QUANTI, mais je manque d’éléments biographiques. Merci de me les envoyer en commentaire si vous disposez d’éléments biographiques fiables au sujet de Tutti quanti.

19 réflexions au sujet de “Ces Italiens venus en France”

  1. Bonjour,
    A part Verdi, si les Italiens ont trouvé le succès en France, ils sont tous morts prématurément. Syphilis et autres maladie. Et Lully qui se serait mis un coup de « bâton » qui rythmait la musique sur le pied (avant la baguette du chef d’orchestre). IL serait mort des suites de cet accident.
    Sinon, beau billet sur la présence des Italiens en France.

    Aimé par 2 personnes

      1. C’est l’hécatombe. Et aujourd’hui, la tendance s’inverse-t-elle ?
        Je sais, ce n’est pas gai mais j’ai toujours été impressionné par l’âge auquel les grands de la musique ont créé leurs œuvres majeures.

        Aimé par 1 personne

      2. Pardon de mettre mon grain de sel: moi, j’aime, Joplin Wynehouse etc ! Tu as aussi Joelle ( j’ai encore rêve d’elle). Je me souviens quand c’est arrivé parce qu’elle habitait à côté de mon bahut, à côté des Buttes-Chaumont.
        Morisson, je suis allée sur sa tombe au Père Lachaise, il y a deux ans et quelques. Oui l’hécatombe perdure.

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour SOlène. Bien sûr que tu peux mettre ton grain de sel.
        Petite précision sur mon commentaire, Hendrix, Morrison, Joplin, j’aime. C’est avec Amy Winehouse que j’ai un peu plus de mal…
        Quand à Joelle, désolé, mais je ne la connais pas.
        Passe une très bonne journée.

        Aimé par 1 personne

      4. Amy Winehouse, j’adore. Sa voix. Je l’ai beaucoup ecoutée à une periode.
        Tu ne connais pas le groupe  » Il était une fois » ? C’est surtout leur chanson « j’ai encore revé d’elle » qui a super bien marché. Et longtemps. Joëlle etait la chanteuse du groupe. Et comme Amy, overdose. Triste !

        J'aime

      5. Ah si,  » Il était une fois  » et  » J’ai encore rêvé d’elle « , je connais. Mais je ne savais pas que la chanteuse s’appelait Joelle, ni qu’elle était morte à 27 ans. Après quelques recherches (dans mon livre !), je vois que Pergolèse qui a été involontairement à l’origine de la querelle des Bouffons, est mort à 26 ans.

        J'aime

      6. Tu sais, à l’époque on mourrait globalement beaucoup plus jeune qu’à la notre, entre les guerres, les famines et les maladies…

        Pergolèse est mort de la tuberculose, mais il a encore eu le temps avant de mourir d’écrire son sublime Stabat Mater.

        Aimé par 1 personne

  2. Cette fameuse villa Medicis !
    Tu sais pour les Italiens , justement c’est ce que je me suis dit il y a qq jours: ils sont nombreux finalement à l’origine d’operas célèbres. Mon grand faible, c’est Verdi, mais tu le sais.
    C’est impressionnant, oui, ces musiciens, peintres petris de talents et qui ont laissé des oeuvres phénoménales bien qu’ils soient partis jeunes.
    Mission accomplie (mon mauvais humour)
    J’aime ton billet, surtout qu’il tombe super bien. Juste trop court à mon goût. J’en redemande !
    Ce Napoléon, quel envahisseur celui-là !

    Aimé par 1 personne

    1. Dans la querelle des bouffons (cf. billet sur ce thème), tu te ranges délibérément du côté de JJ.ROUSSEAU, ce qui, ayant lu l’Orage et la Flûte, ne m’étonne guère.
      Côté compositeurs français, nous avions quand même BERLIOZ (ze romantic french composer), mais aussi GOUNOD (Faust, Roméo et Juliette), MASSENET (Werther, Manon), BIZET (Carmen) et si les Italiens avaient TUTTI QUANTI, nous avions TANT d’AUTRES. 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Coucou Cher Jean-Louis ! J’espère que tu vas bien.
    Moi, j’étais stressée et surbookée jusqu’à ce Samedi. Mais là ouf… Un peu de repos et de musique….
    Je préfère me lever tôt même le week-end comme ça j’ai l’impression que je profite plus…
    Dans cet article, je n’ai aimé qu’un seul air : « Les puritains ». Je trouve que le duo fonctionne bien ensemble…
    Je vais regarder les autres articles que j’ai manqués…
    De gros bisous 😀😀💋

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s